Le Deal du moment : -39%
Jeu Twister Junior, tapis réversible – 2 ...
Voir le deal
18.39 €

[Terminé] Nouvelle Relation [pv Valentin]
 :: Zone RP - Downtown :: The Loop :: Logements :: Appart de V. Reznikof

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Mer 1 Sep - 20:37
La veille au soir pendant l’éternelle soirée au Lopper, Caël n’était pas tranquille. Il continuait de pianoter sur son ordinateur et n’avait même pas dansé de la soirée ni bu un seul verre contrairement à son habitude. Quelque chose le travaillait. Il avait eu un soupçon sur un potentiel suspect concernant l'assassin de la sœur de Val et ne tenait plus en place. Agacé, frustré, il quitte le bar plus tôt que prévu. Il prévient un de ses coéquipiers qu’il rentrait chez lui et qu’il allait vérifier quelques sources qu’il pouvait se faire sur le chemin de chez lui.
Caël traîna un peu tard et n’était toujours pas rentré. Il butait sur un détail idiot. Un objet était soit disant à gauche du corps. Là, Il était à droite dans la rue. C’était idiot mais Cael était bloqué sur ce fait ca la taraudait au point qu’il ne vit pas l’ombre sur le toit de l’immeuble. Un tireur qui le visait. Cael perdu dans ses pensées ne vit qu’au dernier moment qu’on lui tire dessus.Il se cache derrière un arbre. il était coincé. Puis il vit à proximité une porte d’entrée d’un immeuble laissé à l’abandon. Là, il pourrait se transformer. Ni une , ni deux le Therian s'élança, des coups retentirent encore mais Caël put se mettre en sécurité en évitant les tir et se camoufler dans la sombre pièce. Caël se transforma avant de prévenir ses coéquipiers. Certain Membre du thirs encore au bar sentirent leur téléphones sonner et vit le message de Cael. On pouvait entendre des juron comme des “salle con”, ou des “il fait encore des siennes, il faut y aller”. Au moins Cael savait  qu’il aurait les soins post transformation.
Grâce à sa petite taille, il est aisé pour Caël de sortir. Au moment où Cael bondit sur le tireur crocs et griffes sorties une balle est tirée ce qui le blessa. Au même moment un des collègues de Cael mais sous forme humaine arrive de justesse pour arrêter l’homme en question. Le pauvre Val vit de nouveau débarquer ses clients du soir avec un renard sur une civière. Ils expliquaient que le dit renard était Cael et qu’ils avaient besoin d’un espace clos à l'abri des regards. Cael perdait beaucoup de sang. Après les instructions de Val on pu soigner la blessure du renard. Par contre pour les soins s’était autre chose Cael n’aimait dépendre de quelqu'un même s’il lui faisait confiance et changer régulièrement de partenaire ne l’aidait pas. De plus, sous sa forme de renard, il était plutôt agressif pendant les soins.

Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Jeu 2 Sep - 16:50
T'emballe pas, p'tit con...
"Я похожа на медсестру?1"

S'il y a des jours où on ferait mieux de ne pas se lever, il y a aussi des soirs où on devrait rester chez soi et j'aurais clairement dû le faire hier soir... Tout avait bien commencé, une soirée normal où rien ne sortait de l'ordinaire jusqu'à ce que l'équipe du THIRDS, Delta Destructive, débarque. Dans l'ensemble, il n'y avait rien qui ne sortait de l'ordinaire, on échangeait quelques mots, plaisantait un peu et surtout entre eux mais le petit geek faisait la tête à son verre, ne prêtait aucune attention à ce qui se passait autour de lui et continuait de pianoter sur son putain d'ordi portable. Au final, il est parti assez tôt et c'est à peine si j'ai eu droit à un signe de la main pour dire au-revoir. Charmant... Soit j'avais fait une connerie que j'ignorais avoir faite, soit il était clairement perturber par quelque chose. Étant donné que personne ne me dit rien et qu'ils n'avaient pas l'air de savoir exactement de quoi il retournait, j'en ai déduis que je n'avais donc rien fait de mal. Les heures passèrent à leur rythme et j'avais même déjà oublié le départ précipité du blondinet, m'occupant de mes clients comme d'habitude quand je perçu de l'agitation à la table qu'occupait Delta Destructive, quelques jurons volèrent et ils se levèrent, pas franchement heureux que leur moment détente soit écourté. J'en ai déduit qu'ils devaient reprendre le boulot. Pour ce que j'en sais, les agents du THIRDS sont de service H24 à moins de poser des congés ou d'être en permission et encore, même là, il leur était possible d'être rappeler.

Une demi heure plus tard, les voilà qui débarquaient à nouveau, un renard sur un brancard de fortune. Non mais sérieux, est-ce que je ressemble à un véto ? Ah mais non, c'était le petit geek apparemment et il avait besoin d'un coin calme. On est dans un bar les gars ! Est-ce qu'il ne devrait pas plutôt aller à l'hôpital ? Et c'est là le hic... Visiblement, l'agent Hunter n'avait pas totalement jouer dans les règles et son équipe tentait de le couvrir pour lui éviter des problèmes avec la hiérarchie. Donc, puisque le Looper était l'endroit le plus proche où ils pourraient bénéficier d'un peu d'aide, ils étaient revenu. Sympa, les gars...
Premièrement, je n'avais pas de fringue pour ce p'tit con une fois qu'il reprendrait sa forme humaine. Deuxièmement, je n'avais pas de Kit STPT au bar ─ va peut-être falloir que j'en prévoie un à l'avenir, on sait jamais ─ et troisièmement, j'ignorais totalement si ma boîte de premier secours serait suffisante pour soigner le blondinet. Rapidement, j'ai dû laissé les rennes du bar à l'un de mes employés et entraînait avec moi l'équipe au complet jusqu'à mon appartement qui heureusement n'était qu'à deux pas. Vu l'heure, Grisha devait sans doute dormir, encore une chance... En arrivant, j'intimais la discrétion à tout le monde, hors de question qu'on réveille mon p'tit gars et qu'il voit le sang. J'entraînais les brancardiers de fortune jusque dans la salle de bain où je leur fourni le Kit STPT et de quoi soigner le renard une fois qu'il aurait repris sa forme humaine avant de les laisser à leurs affaires.

Je retournais dans le salon et posais des questions sur ce qui s'était passé. Après tout, il n'y a pas si longtemps, j'étais encore un flic alors certaines habitudes sont difficiles à perdre. Malheureusement, personne ne pu rien me dire. Au final, à part le blessé et les deux agents qui l'avaient transporté, je mis tout le monde dehors, renvoyant tout le monde dans ses pénates pour se reposer, promettant que leurs collègues les tiendraient informés. En fin de compte, une heure plus tard, l'un des agents restant sorti de la salle de bain et me demanda si Cael pouvait rester au moins pour cette nuit. Et bien entendu, j'ai fini par accepter, lui indiquant la chambre où il pourrait larguer leur coéquipier avant de rentrer chez eux...

Je me suis juste assuré qu'il trouve de l'eau sur la table de chevet et une barre énergétique avant de sortir et de passer à la pharmacie renflouer ma boîte de premier secours et le Kit STPT que je garde toujours à disposition pour quand Grisha subira sa premier transformation. Je suis ensuite rentré et me suis écroulé sur le canapé. En me réveillant ce matin, je n'avais aucune chance de me dire que tout cela n'avait été qu'un cauchemar, mon dos ne me le permettait pas, pas plus que les compresses ensanglantées dans la poubelle de la salle de bain que je me suis dépêché de changer avant que mon neveu se lève. Va falloir que j'investisse dans une poubelle à couvercle... C'est dingue le nombre de petite chose qu'on croit sans importance et qui en fait en ont beaucoup quand on a un gamin de 7 ans.

Je suis occupé de préparer le petit-déjeuner quand des petits pieds se font entendre sur le sol, courant dans ma direction, m'arrachant un sourire quand un petit corps vint percuter ma jambe, l'enserrant de ses petits bras...

дядя² ! дядя ! Y a un monsieur dans ton lit...

Je mis de côté la poele avec les oeufs et éteignis la cuisinière avant de le soulever, le posant sur ma hanche pour lui parler et le saluer...

Tout d'abord, bonjour p'tit monstre. Ensuite, le monsieur dans mon lit est... un ami... Il a été malade et il avait besoin que quelqu'un s'occupe de lui alors il est venu à la maison parce que tu vois, il n'a personne pour s'occuper de lui dans sa maison...

Grisha me regarda en hochant la tête, l'air grave... Je ne lui mens jamais d'ordinaire mais j'avais peur qu'il pense à ses parents si je parlais des blessures de notre invité. La maladie n'étant pas très loin de la vérité, j'avais préféré cette option, surtout que Cael guérirait rapidement de ses blessures. Cependant, Grisha n'en avait pas encore fini avec ses questions...

Ca veut dire que tu vas t'occuper de lui comme tu t'occupes de moi ?

Je n'ai jamais ramené personne chez moi, aussi, c'était tout naturel pour ce petit garçon de penser que si Cael était là, ce serait pour le garder mais j'allais devoir lui faire comprendre que ce n'était pas le cas...

Non, ça veut seulement dire qu'il va rester le temps d'aller mieux et de se reposer, ensuite, il rentrera chez lui. Maintenant, que dirais-tu de prendre ton petit déjeuner avant d'aller te préparer pour l'école ?

Je reposais mon p'tit gars au sol, le laissant s'installer au comptoir pour lui servir son petit déjeuner avant de préparer une autre assiette plus conséquente pour mon blessé encore au lit. Grisha voulu m'accompagner mais je le renvoyais à son repas, lui rappelant qu'il ne devait pas être en retard à l'école, ce qui eu le don de l'amuser mais il obéit sagement. Arrivant dans ma chambre, je secouais doucement l'épaule de l'endormi. Il fallait que je lui parle de l'excuse que j'avais sorti à Grisha avant qu'ils ne se croisent et peut-être discutent ensemble...

Traduction:
© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Jeu 2 Sep - 21:08



Je t’emmerde grand con
Nouvelle relation ;
Caël avait l’art de s’attirer des ennuis. Là, il n’avait rien fait d'autre que de profiter du chemin du retour sans même faire de détour pour vérifier une piste. Vu qu’il venait de se faire attaquer son intuition était bonne. La dernière fois qu’il eu ce genre d’intuition c’était pour le type qui avait réalisé un prise d’otage lors de son parcours universitaire. Et qui qui lui a valu sa place au thirds. Avant d’évoquer une moindre piste avec le beau Reznikof  Caël voulait être sur de ses informations et ne pas lui donner de faux espoirs. Le lendemain il se réveilla humain, bu l’eau du verre présent sur la table de chevet et manger la barre énergétique avant de plonger a nouveau dans un sommeil réparateur. Sur la deuxième table de cheveux un petit dossier avec le nom de la sœur de Valentin était posé, Le barmen pouvait regarder s’il en avait envie. Ce n’était pas confidentiel. Juste des infos que Caël avait croisées entres elles et l’avait mené la-bas. Il était arrivé a la conclusion que sa piste le mènerai a un membre de  l'Ordre d'Adrastée.
Quelques heures plus tard  il senti quelqu’un lui secouer l’épaule et grogna. Il papillonna des yeux et les ouvrit. Ho bordel pas lui, pas le beau gosse. Caël ne résistait jamais a son sourire démoniaque.  A votre avis pourquoi il ne refusait jamais un verre et restait tard le soir quand il faisait la fête a bar.

« Hum salut beau brun. »

Caël bailla et en bougeant, il grogna  de douleur. Cette foutue balle lui faisait un mal de chien.

« J’ai entendu l’enfant, va t’occuper de lui je ne bougerai pas. De toute façon je n’irai pas loin. »

Caël laissa Valentin lui explique pour l’excuse et accepte de jouer le jeu. Et respectera ce qu’ils avaient mis en place. Valentin reparti Caël tenta de se lever, se déshabilla. C’est la première fois qu’il lutta autant juste pour une douche. Elle fut rapide et revigorante. Caël retourna dans le lit uniquement vêtu de son caleçon et parla à voix haute pour lui même

« Il va me détester, comment va t-il prendre le fait qu’on ai retrouvé le corps de sa sœur devant cet entrepôt alors que la bombe a explosée plus loin et plus fort que prévu. Et la presence de ce pitain de fragment de cadenas a cause de qui je suis revenu sur les lieux. Je suis sur que les empruntes de mon tireur et ceux sur le fragment de cadenas seront les même et que ce type  a bien tenter de nuire à sa sœur en bloquant une des porte de sorties. Ce qui a cause ce nombre de victimes. »


Caël pesta, râla, il n’avait pas envie de ce moment Valentin allait lui en vouloir. Lui dire de se mêler de ses affairesque le dossier de sa sœur était clos et qu’il fallait tourner la page. Caël avait peur de la réaction de Valentin et réalisa que ce dernier pouvait être planqué et avait sûrement écouté ce qu’il avait pensé a voix haute. Caël voulu filer, il ne voulait pas affronter le regard d’un ancien flic et sexy auquel il flancherai aussitôt.

Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Ven 3 Sep - 17:52
Les jeunes, j'vous jure...
"Я похожа на медсестру?"

Je fais comme si je n'avais rien entendu, c'est pas le premier à me faire ce genre de salut et ce sera pas le dernier. Il a juste de la chance que je ne lui enfonce pas la tête sous un oreiller pour l'étouffer avec. On a pas idée de jouer au con avec le protocole... Maintenant, me voilà coincé avec un "malade" que Grisha voudrait déjà adopter comme un animal domestique. C'est bien ma veine... Au moins, il est d'accord pour jouer les malades et pas les blesser, c'est déjà ça. Bordel ! Maintenant que j'y pense, j'ai de la chance si son putain d'aîné débarque pas en fracassant ma porte. Il a intérêt à le prévenir fissa avant que l'armoire à glace débarque et fasse peur au gamin. En attendant, je laisse notre invité manger et se laver, rejoignant Grisha dans la cuisine où il termine son jus de fruit.

J'ai fini...

Je l'envoie dans sa chambre pour s'habiller pendant que je débarrasse, mettant assiette et couverts dans le lave-vaisselle avant de me resservir un café. J'essaie de me remémorer mon planning de la journée... Heureusement, je n'ai pas grand chose à faire, la compta est faite, les stocks sont bons, le plannig des employés déjà distribué, les salaires versés... À part aller chercher Grisha à l'école quand il aura terminé les cours et préparer le bar pour l'ouverture, je suis libre le restant de la journée. Je devrais peut-être ne profiter un peu pour faire les lessives ou un peu de nettoyage. J'ai dû batailler avec ma mère pour qu'elle ne s'occupe pas du ménage chaque fois qu'elle vient, c'est à dire tous les jours pour s'occuper de Grisha, alors autant ne pas lui donner de raison de s'y mettre. Surtout qu'en plus, aujourd'hui, elle n'aura pas à s'occuper uniquement de Grisha. J'ai déjà écourté mes heures de boulots hier soir, je ne peux prendre congé aujourd'hui. D'autant plus que mes employés ne sont encore qu'à l'essai pour le moment, je ne peux pas les laisser sans supervision deux soirs de suite. Et là, je me dis que Grisha en met du temps pour se préparer, d'ordinaire, il ne met que dix petites minutes... Je me dirige donc vers sa chambre mais j'entends des vois venir de la mienne...

Comment tu t'appelles, Monsieur ? Moi, c'est Grisha.

J'aurais dû savoir qu'il voudrait satisfaire sa curiosité de petit garçon. Je ne peux cependant pas m'empêcher de sourire en écoutant mon p'tit gars mener l'interrogatoire. Il est vrai qu'il n'a pas souvent affaire à des étrangers. Je le préserve autant que possible. Je ne veux pas qu'il s'attache à quelqu'un qu'il ne reverra jamais. Il a déjà bien assez perdu dans sa vie. C'est râpé pour cette fois-ci mais au moins, il sait que l'agent Hunter ne restera pas...

Pourquoi tu es malade ? T'as pas la grippe, hein ? Peter, un garçon de ma classe, il a eu la grippe et il avait pleins de boutons partout qui le chatouillaient comme des piqûres de moustique. Il paraît que c'est contazieux...

Il faut que je me retienne de rire. Non seulement Grisha confond la grippe avec la varicelle mais en plus, il a encore quelques difficultés à prononcer certains mots comme "contagieux" apparemment. C'est mignon même s'il n'est pas de cet avis quand ça lui arrive. Ce gamin se prend trop au sérieux parfois, j'aimerais lui éviter d'avoir à grandir trop vite mais quand on sait par quoi il est passé, parfois, je me dis que c'est pas étonnant. Les gens des services sociaux n'étaient pas chauds à l'idée de me confier Grisha, pas parce qu'il est therian, même si dans certains états, ça reste problématique, mais parce que j'étais flic. C'était un boulot à risque et assez prenant même si je pouvais compter sur l'aide de ma mère pour m'occuper de lui. Au final, démissionner des FPH a été une bonne chose mais Grisha était présent quand l'inspectrice des services sociaux a mentionné ses inquiétudes envers mon premier emploi... Depuis, il croit dur comme fer qu'il doit être sage et un grand garçon s'il ne veut pas être obligé d'aller ailleurs. J'ai essayé de lui dire que ça n'arriverait pas et qu'il n'irait nulle part, qu'il pouvait être un petit garçon comme les autres mais je n'ai pas encore réussi à le convaincre. Deux ans que j'attends sa première bêtise et toujours rien... Je me dis que le temps finira bien par le convaincre si mes mots n'y parviennent pas.

дядя1 dit que tu vas rentrer chez toi quand tu iras mieux mais si tu veux, je peux lui demander de te garder. Ca doit pas être cool de rester tout seul. Nous, on est deux et parfois, trois quand Бабушка2 vient à la maison ou quand on va chez elle le dimanche...

J'adore mon neveu mais je le sens venir dans ses petits sabots, il est temps que j'intervienne avant qu'il ne tente de me convaincre de garder notre invité à demeure de manière permanente, chose que je ne pourrai pas lui accorder, ce qui va forcément le décevoir. J'avance donc dans la chambre, posant la main sur la tête de Grisha pour attirer son attention...

Allez, Маленький волк3, il est temps d'aller à l'école. Laisse Monsieur Hunter se reposer et va chercher ton cartable. Je t'attends dans le salon...

Je fis un simple signe de tête pour remercier Cael de sa patience avec Grisha. Je sais que le gamin ne pense pas à mal mais tout le monde n'a pas la patience de satisfaire sa curiosité d'enfant... Je sors de la chambre, emportant la vaisselle du petit déjeuner de mon invité que je dépose dans la cuisine avant d'attraper mes clés de voiture et d'enfiler mes chaussures. Grisha me rejoint quelques secondes plus tard, on fait la checklist de tout ce qui lui faut pour la journée et on est parti. Trente minutes plus tard, je suis de retour à l'appartement. Je me déchausse, laisse mes clés dans le vide-poche près de l'entrée et repasse par ma chambre pour m'assurer que mon blessé n'a besoin de rien...

Traduction et commentaire:
© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Dim 5 Sep - 11:01



Je ne suis pas une peluche! con
Nouvelle relation ;
Cael avait tout vu mais certainement pas ça. Il se faisait soigner par un beau mec et l’instant d’après il se faisait cuisiner par un gosse. De nature affective c’est naturellement que Cael répondit

« Bonjour, mon grand. Moi c’est Caël , je vois que tu es prêt pour l’école. Tu vas apprendre plein de chose pour plus tard. Faut bien travailler d’accord enfin le mieux que tu peux. »


Caël essaya de bien se poser et se caler au montant du lit et continua sa discussion avec un mioche adorable. Nullement forcé, il joua donc les pipelettes avec le petit. Il posa des questions à l’enfant aussi histoire de tâter le terrain. Cael éclata de rire sans retenue ne pouvant se retenir. Le gamin confondait grippe et varicelle. Voyant le gamin bouder Cael anticipa et lui proposa.

« Ne boude pas d’accord ! Je suis désolé ! Quand je serai en renard, tu auras le droit de venir me faire un câlin.  Bien sur avec l’autorisation  et la présence de ton oncle avant.  »


De toute façon et de manière générale Cael était faible devant les enfants.

« Hum malade non, j’ai mal au ventre  et du coup Valentin, m’aide à aller mieux. Je n’ai pas ce qu’il faut dans ma maison pour me soigner »


C’était idiot mais c’était la réponse la plus logique à donner. Cael, avec les drap de lit, avait sa blessure cachée et donc évitait à l’enfant de voir et d’avoir peur. Cael sourit et posa lui aussi des questions.

« Dis moi Grisha, qu’est ce que Valentin aime ? Tu sais, il ne parle pas beaucoup et comme il m’aide, je veux pouvoir le remercier en contre partie. Mais chut c’est notre secret d’accord ?.  »


Cael fit un clin d’oeil au petit à la fois amusé mais aussi sérieux. Cael fut gêné à l’arrivée de Valentin mais lui sourit aussi. Il n’avait aucune honte. Il resta un moment seul et en profita pour faire ce qu’il avait à faire et prendre son déjeuner. Le moment était venu, quand Valentin reviens Cael lui révéla alors la vérité. Après ca il aurai le droit de le jeter dehors

« Je suis désolé pour ces derniers jours. Je continuais de récolter des infos sur la mort de ta sœur. J'en ai oublié la politesse. Dans les journaux, il a été mentionné la présence de débris d’un cadenas ce qui a été confirmé par l’expert qui a analysé les lieux. L’explosion était, pour moi, anormalement grosse j’ai donc voulu vérifier par moi-même en allant sur les lieux vu que c’est sur le chemin du retour pour aller chez moi. Et sur place j’ai trouvé le reste de qu’on soupçonnait être le cadenas. J’ai également trouvé d’autre preuves confidentielles que mes collègues ont récupérées hier et je me suis retrouvé à me faire tirer dessus. Ta sœur et son mari ont bel et bien été piégés, on les a empêché de fuir normalement, d’où le fait qu’il y ai autant de victimes. »

Cael avait le droit de dévoiler ce genre d’information vu qu’elles avaient été mentionnées dans le journal télévisé. Mais d’autre éléments étaient confidentiels, il ne pouvait rien dire. Mais Valentin pouvait être sûr quand au fait que l’enquête sur sa sœur continuait. C’est juste que les preuves étaient difficiles à trouver. . Cael expliqua qu’il était retourné là-bas, il avait pensé qu’il manquait quelque chose. Grace aux cadenas ils pourraient avancer un peu plus. Cael baissa la tête, Valentin n’avait peut-être pas envie d’avoir ce genre de nouvelles balancées en pleine tronche comme ça mais Cael n'en pouvait plus de ne rien lui dire.

« Je sais, je partirais ce soir»

Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Mer 8 Sep - 15:52
Tu l'as proposé, assume...
"Я похожа на медсестру?"

L'échange entre Grisha et Cael était attendrissant, marrant et inquiétant. Le soin et la patience qu'avait pris l'agent à répondre à mon p'tit gars avait été assez surprenant. Pas dans le sens où je m'attendais à ce qu'il se comporte mal avec mon neveu mais plutôt dans le sens où je m'étais imaginé qu'il se sentirait un peu plus mal à l'aise que ça. Au final, s'il a été surpris au départ que Grisha l'approche, il ne s'est pas démonté et lui a répondu le plus simplement du monde, sans être anxieux. C'est sans doute ce qui a pousser mon petit garçon à continuer de lui parler. Grisha s'était montré enthousiaste quand Cael lui a proposé de lui faire un câlin quand il serait sous sa forme animale. J'essaie de faire en sorte que mon p'tit loup puisse fréquenter d'autres therians en dehors des enfants de l'école mais ce n'est pas toujours facile. Alors se retrouver avec un therian à la maison, même si ce n'est que pour une courte période, c'est une aubaine pour lui. J'imagine la tonne de questions qui lui viendra à l'esprit dès qu'il le pourra, surtout qu'il est aussi impatient qu'angoissé d'arriver à sa première transformation et je ne peux lui parler que de la théorie, n'étant pas un therian moi-même, je ne peux pas lui expliquer ce qu'on ressent à se transformer... Cela dit, ce qui me sort de ma léthargie, c'est la question de Cael juste avant que je n'intervienne pour déloger Grisha de ma chambre avant qu'il n'invite l'agent renard à s'installer définitivement à la maison... Question à laquelle Grisha a répondu à ma plus grande consternation...

дядя1 aime les câlins, il m'en fait tous les jours. Il aime aussi lire des livres, le café tout noir et les gauffres de Бабушка2 et son t-shirt "Tonton" et...

Bien sûr, Grisha ne connait de moi que ce qu'il voit. Il est encore bien trop jeune pour que je lui parle de certaines choses. Comme du fait que sa définition du câlin n'est pas toujours la même pour tout le monde... Bon sang ! J'ai la chaire de poule rien que d'imaginer LA conversation quand il sera en âge... Bref, j'entre dans la chambre et récupère mon p'tit bonhomme pour le conduire à l'école. À mon retour, je repasse par ma chambre pour m'assurer que mon blessé n'a besoin de rien mais alors que je n'ai pas encore ouvert la bouche, il me fait un debrief de ce qui lui a valu sa blessure...

D'accord, laisse-moi récapituler... Tu avais une piste sur l'attentat qui a tué ma soeur et son mari mais au lieu de faire passer l'info aux agents qui sont payés pour ce job, tu as préféré y aller toi-même alors que, premièrement tu n'étais pas armé, deuxièmement tu n'avais rien à faire là et troisièmement, sans renfort... Tu sais, là tout de suite, j'hésite à t'en coller une derrière la tête pour te remettre les idées en place...

Résumé les faits comme je viens de les présenter, je suis presque certain qu'il se rendra compte de sa bêtise, enfin, j'espère... Je m'avance et vais m'asseoir sur le lit, à côté de Cael, lui faisant face.

Très sincèrement, je te remercie de tes efforts pour coincer l'Ordre ou du moins les membres qui ont fait sauté le centre de jeunesse où travaillaient les parents de Grisha. Je sais que parfois, j'ai l'air impatient de savoir si vous les avez coincé mais j'ai été flic... Je sais que parfois, certaines affaires prennent du temps et jamais, Jamais, je ne demanderais à quelqu'un de prendre des risques inutiles simplement pour répondre à mes attentes. Alors, plus de conneries à partir d'aujourd'hui. Si tu as une piste, même si elle débouche chez ton voisin, tu appelles ton équipe et tu les laisses faire leur job. Tu sais pourquoi Ian a été transféré du THIRDS du Nevada à celui de Chicago, ne l'oblige pas à revivre le même traumatisme, tu veux bien...

J'étais encore flic quand je l'ai appris tout à fait par hasard. On venait de leur fournir un renfort pour une arrestation un peu risquée et alors que tout le monde remballait ses affaires, des agents, dont j'ai oublié le nom depuis, discutait du manque de chance qu'avait Delta Destructive de se voir transférer un agent du Nevada qui venait d'une équipe qui avait été dissoute après qu'il fut clair que ses membres ne se remettaient pas du décès de leur chef d'équipe lors d'une opération. Le Ian de l'époque où il était arrivé à Chicago et celui de maintenant étaient deux hommes très différents. C'était assez subtile mais le Ian MacCoy qui venait du Nevada était un homme brisé, renfermé, parlant à peine, ne souriant jamais et ne parlons même pas de rire. Il se tenait souvent à l'écart de ses coéquipiers... Celui que je voyais maintenant était un homme bien différent, il souriait assez souvent, se chamaillait avec ses collègues, riait d'eux et avec eux, discutait du renier match de basket... Il s'était reconstruit et je n'imaginais pas ce qu'il avait dû ressentir en allant chercher Cael la veille au soir après que ce dernier se soit fait tirer dessus. Cael avait l'habitude de rester dans un bureau où la seule aide qu'il ai besoin, c'était celle de leur système informatique. Son premier réflexe n'avait donc pas été d'appeler son équipe pour lui parler de ce qu'il avait trouvé, surtout que c'était sur son chemin pour rentrer chez lui, il n'y avait pas vu de danger... Une erreur qu'il aurait pu payer de sa vie et que j'espère, il ne répètera pas. Ca me manquerait de ne plus voir son joli postérieur se trémousser sur le dancefloor de mon bar, ce que je me garderai bien de lui dire, cependant... Et puis, j'ai bien assez d'inquiétudes à gérer entre Grisha et Jeremiah, un amant occasionnel, pour qu'il commence à s'y mettre lui aussi...

Traduction et commentaire:
© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Dim 19 Sep - 15:13



Je te veux !
Nouvelle relation ;

Cael se retient de ne pas exploser de rire en entendant Grisha . Grâce au petit bonhomme, il avait quelques tuyaux pour séduire le barman qui l'avait tapé dans l'œil. Il leva la tête vers sa cible et ne pu retenir son rire bien longtemps

" Ha oui! Il aime les câlins! Alors moi aussi je lui en ferait tous les jours. Comme ça on sera deux à câliner Tonton. Qu'en dis-tu ? Ais-je le droit de câliner tonton en dehors de la maison mon grand ?"


Cael adorait les enfants, c'est naturellement et sans gêne qu'il répondit au garçon. Il ne s'était pas senti agressé par l'enfant au contraire il aimait plaisanter avec et grâce a lui il taquinait aussi super tonton. Et prenait note de quelques informations utiles sur super tonton.

" Ho fait gamin! Quand viendra ta première transformation, dit à tonton de m'appeler d'accord. Je me libérerai pour être avec toi"


Caël fit un clin d'œil à Grisha avant que le petit ne se fasse écarter par le grand méchant loup qui n'avait pas envie que des dossiers sur lui ne sortent. Puis il grimaça quand Val lui fit la morale

" Ho ça va, j'ai juste voulu vérifier quelques trucs. Je n'ai même pas fait de détour. Je pensais que c'était une piste anodine comme on en a eu beaucoup jusque là.


Le renard croisa les bras en grimaçant. Il venait d'appuyer sur sa blessure. Vu que Val aime les câlins, autant mettre la pratique en place. Quand Val est près de Cael. Celui-ci lui enlace le bras en posant sa tête sur son épaule.Val lui plaisait, il n'allait pas se retenir sans profiter un minimum de la proximité de sa proie même si c'était pour un savon. Cael grimaça sa blessure lui faisait un mal de chien. Mais il refusait de se plaindre. Il était surveillé et bien soigné. Aucune raison de se plaindre.

" Oui je sais, toi aussi tu as été flic. Tu sais bien que ton instinct prend le dessus. En plus, j'avais prévenu que je rentrais. Mais j'avais ces foutues photos en tête. Un truc clochait. Je n'ai rien fais, je me suis juste posté dehors comme le ferait un touriste et c'est là que j'ai réalisé pour le cadenas trouvé. Il n'avait même pas été pris en compte. Puis tu me connais, tu sais très bien que quand un truc cloche ca tournera en boucle dans ma tête. Je n’aurais pas dormi de toute façon et je serais ressortis. J’ai besoin de savoir pourquoi ça cloche justement. Mais ne t' en fais pas je préviendrais mon équipe promis"


Étrangement Cael était un des rares a bien s'entendre avec Ian et même Nearra. Forte tête qu'il adorait. Cael avait rassuré Ian par sms, en lui disant qu'il allait bien. Il était blessé oui mais rien de grave. Il avait même dit que son chien de chasse ( Val XD)  veillait au grain sur lui. Cael sourit, il tira Val vers lui et réussi a lui voler un baiser.

Il paraît tu aimes les câlins alors. Tu seras servi."*


Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Mer 22 Sep - 11:14
À quoi tu joues ?!
"Я похожа на медсестру?"

Heureusement, j'ai éloigné Grisha avant qu'il ne puisse donner d'autres informations pas forcément pertinente à notre agent blessé. De toute façon, il était temps pour lui d'aller à l'école et j'ai toujours fait en sorte qu'il n'y soit jamais en retard. Je n'ai peut-être plus les services sociaux sur le dos mais comme l'a si bien fait remarquer une de mes connaissances, il suffirait d'un rien pour qu'il me soit enlevé. Cela dit, je n'ai pas eu besoin qu'il me le dise pour que j'agisse de la sorte mais revenons-en à nos moutons... À mon retour, j'ai voulu en savoir un peu plus sur ce qui s'était passé pour que Maître Renard se retrouve dans mon lit, blessé et tâchant de soutirer lâchement des informations d'un petit garçon de sept ans... Bien sûr, étant un ancien flic, je n'ai pas pu m'empêcher de lui faire la morale. S'il y a une procédure, ce n'est pas pour les chiens, sans compter qu'il avait fait preuve d'un manque de prudence assez flagrant. De mon temps, ça lui aurait valut une suspension ou alors un retrait de salaire le temps de la guérison. Il avait de la chance d'avoir une équipe pour le couvrir parce que j'ignore quelle sanction il aurait pu recevoir de la part de ses supérieurs... Pourtant, on dirait qu'il s'en fout complètement et quand il promet de faire appel à son équipe la prochaine fois qu'il aurait un doute ou une piste, c'est moi qui doute un peu de sa parole... Je ne fais même pas attention au fait qu'il vient se coller à moi tout en parlant. Jusqu'à ce qu'il me tire vers lui et me colle un bécot...

On peut savoir à quoi tu joues ?

Ouais, je ne suis pas très fan des manoeuvres de distraction quand je tiens une conversation aussi sérieuse, sans compter que je n'ai pas du tout l'esprit à ça et il ne devrait pas l'avoir non plus après s'être fait blesser. Sa répartie sur mon appréciation des câlins me passe largement au-dessus de la tête...

Tu tiens ça d'un gamin de sept ans qui ne sait même pas encore faire la différence entre sa définition d'un câlin et la tienne... Et tu es blessé, bordel ! Tu crois vraiment que c'est le moment ? Sérieusement ? Couche-toi et contente-toi de guérir au lieu de jouer au con !

La dureté de mes paroles est contrastée par le soin et la délicatesse que je mets à m'écarter du blessé. Oui, je suis contrarié et pour pas mal de raisons qui plus est. Premièrement, son manque de prudence ; deuxièmement, sa blessure qui lui vaut d'envahir mon espace, là où je n'amène jamais personne pour ne pas perturber Grisha avec des inconnus de passage ; troisièmement, j'ai déjà assez de soucis comme ça sans qu'il en rajoute ; quatrièmement, il cherche à m'allumer alors qu'il devrait se concentrer sur sa guérison ; cinquièmement... Bon sang ! Je pourrais continuer comme ça pendant des heures... Cela dit, ce n'est pas une excuse mais je suis assez à cran en ce moment, d'où ma rudesse à son encontre. En d'autres circonstances, j'aurais pu apprécier son geste mais là, je ne suis tout simplement pas d'humeur et comme je l'ai déjà dit, pour tout un tas de raisons. Il ne devrait même pas être là... Après un énième soupire en espérant me calmer et avoir passer une fois de plus ma main dans mes cheveux, les rendant plus ébouriffés qu'en place, je sors de la chambre, le laissant seul. Bordel, il ne s'est même pas excusé de l'inquiétude qu'il cause aux autres... Ou est-ce qu'il ne s'en rend même pas compte ? Il a quoi... trente-cinq ans... À son âge, il devrait quand même bien se rendre compte qu'il n'est pas tout seul et qu'il y a des gens qui s'inquiètent, non ?! Et puis c'est quoi cette façon de m'allumer alors qu'il est blessé et ne peut même pas bouger sans grimacer de douleur ?! S'il croit que je ne l'ai pas vu, il se fourre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude.

Du coup, me voilà dans la salle de bain à faire tourner une machine tout en grommelant contre un peu tout le monde et leur manque total d'esprit de survie... Cael, qui s'est dit que c'était pas bien grave de passer sur les ruines d'un attentat ; Jeremiah, qui reste aveugle à la dangerosité de son paternel ; Nearra, qui ne s'entend pas du tout avec Jeremiah et, même si je ne peux pas lui en vouloir, ça reste dangereux pour elle à cause du père de ce dernier parce que Dieu seul sait jusqu'où il peut avoir le bras long ; Grisha, parce qu'il fait bien trop facilement confiance et là, je me rends compte que c'est de ma faute parce que je ne lui ai pas appris à se méfier des inconnus... Bref, vous l'aurez compris, je suis sur les nerfs. Il y a un peu trop de choses qui arrivent en même temps en ce moment et je me sens un tantinet dépassé...

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Dim 3 Oct - 15:34



Pardonne moi mon grand!
Nouvelle relation ;


Cael se sentait idiot, il venait de se prendre une soufflante comme on engueule un gosse. Il voulut répondre mais il ne fit qu’ouvrir et fermer la bouche sans dire un mot.  Val avait raison après tout. Cael grogna, il devait arranger la situation. Mais sur l’instant il n’y arriva pas. Il laissa Val retourner a ses occupation furieux.

Pour tuer le temps soit 2 jour après la soufflante, le renard s’était amusé à créer un petit jeu vidéo dans lequel un renard devait fuir un chasseur qui ressemblait beaucoup  a val. Sauf que le renard se faisait constamment avoir par le dit chasseur. A chaque vie perdu le chasseur donnait même des conseils pour éviter de se faire avoir. Et bien souvent c’était des phrases que Val avait dites que ce soit pour lui ou quelqu’un d’autre. Ca Val pouvait le voir a tout moment vu que Cael ne fermait pas son ordinateur. Il verrouillait juste certain accès.

Cael n’était pas très doué en excuses. Ce jour là, il avait moins mal il décida d’aider val à la maison. Celui-ci n’avait presque rien a faire à part s’occuper de lui.
Cael vient vers lui l’air gêné. Il n’arrivait toujours pas à s’excuser. Il grogna et vient enlacer Val doucement et posa une tasse bien chaude de sa boisson préférée sur la table. A la place d’excuses il reçu un ordre.

« Tais toi, profite. Les devoirs de Grisha pour demain ont été vu en avance. Je ferai les nouveaux avec lui quand il rentrera. Sa tenue de demain est même déjà prête»


Cael s’écarta de Val s’apprêtant a retourner dans sa chambre il susurra un

« Je suis désolé, pour l’autre jour, je pensais pas inquiéter autant. J’en ai pas l’habitude »


Cael  avait aussi réalisé qu’il avait inquiété son équipe. Ils étaient proche, mais ils n’avait pas encore compris a quel point. Les remontrance de Val de l’autre nuit lui avait fait ouvrir les yeux. Caël n’était plus seul, il avait une famille qui tenait à lui. Et rien que pour ca il ferai maintenant attention. Plus tard, Cael revient dans le salon et vit val avec les yeux fermés posé dans le canapé. Pensant qu’il était dans un sommeil profond, il lui présenta ses excuses,

« C’est plus facile quand tu dors barman.  Je, je suis désolé pour l’autre soir, j’ai été maladroit. Mais tu me plais vraiment et je n’ai pas été très fin. Et tu as vu juste pour la blessure, elle me fait un mal de chien, puis quand tu es avec moi moi plus rien. J’arrive à oublier. Même là je suis ridicule, je suis même pas foutu de m’excuser en face de toi et même là je m’y prends comme un con. Quel abruti !»


Cael grogna furieux contre lui même. Les excuses vraiment c’était pas son truc. Mais depuis quelques jour Valentin pouvait voir que Caël faisait attention. Caël pris un plaid qu’il posa sur Valentin

« Toi aussi tu devrais causer , gueule d’ange. Tu ne parles jamais de ce qui te tracasses, Tu me fais la morale mais tu es mal placé toi aussi. Je suis là tu pourrais parler, on pourrait trouver des solutions ensemble bah non tu es aussi têtu que moi. Ouai je sais je t’engueule alors que tu dors. Je m’en fiche. Je suis là moi aussi, bon avec un trou dans le ventre en ce moment certes mais tu n’est pas seul toi non plus. »



Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Jeu 7 Oct - 16:31
C'est bon, mais ne recommence pas...
"Я похожа на медсестру?"

J'avais été sur les nerfs tout le restant de la journée, ne parvenant pas à comprendre ce qui se passait dans la tête de mon invité. D'accord, j'ai au moins fini par comprendre que je lui plaisait sérieusement même s'il a mal choisi son moment pour me le montrer. On a déjà flirté par le passé, un flirt innocent sans rien de compromettant mais c'était au bar et il n'est pas le seul avec qui je flirt sans pour autant que ça aille plus loin alors, même si physiquement, je dois dire qu'il me plait assez, je n'y ai jamais vraiment porté attention. Sauf que maintenant, j'ai du mal à faire comme si rien ne s'était passé et avec tout ce que j'ai dans la tête, je dois dire que ça me met pas mal sur les nerfs. J'aime flirter, ça ne fait de mal à personne, bien au contraire, parfois, ça fait même du bien à ceux qui ont une piètre estime de soi de savoir qu'ils ou elles sont assez séduisants pour attirer mon attention et je ne parle pas forcément de séduction physique. Je ne me vante pas, loin de là, c'est juste un commentaire que m'a fait un jour une cliente du bar qui m'est resté en tête. Je dois dire que c'était la première fois qu'on me remerciait d'avoir flirter avec quelqu'un par simple plaisir de mettre les gens à l'aise, alors forcément, ça marque. Toutefois, avec Cael, c'est différent... Ca ne l'était pas avant... Il n'était qu'un simple gars, physiquement attirant, intelligent et facilement troublé par mes marques d'attention, réagissant parfois de façon incroyablement enfantine à mes taquineries. Pour moi, ce n'était qu'un jeu, un flirt sans conséquence et il semblait jouer le jeu, du moins, c'est ce que je croyais. Maintenant, je ne suis plus sûr de rien et j'ignore ce qu'il veut réellement. Un coup d'un soir ? Un peu plus ? Ou une relation longue durée ? Qui peut savoir ce qui se trame dans sa petite tête blonde... Est-ce que j'aurais envoyé des signaux contradictoires sans que je ne m'en rende compte ?

Certes, j'agis de la même manière avec pas mal de gens et jusqu'ici, ça n'a jamais posé de problème... Bon, pour être tout à fait sincère, il est vrai que l'agent Hunter est un cas un peu particulier. Allez savoir pourquoi, il éveille mon instinct de protection aussi bien que Grisha et pourtant, on n'est pas de la même famille. J'en sais assez peu sur Cael, au final. Je sais qu'il est agent du THIRDS, un agent Intel pour être précis, je sais qu'il a un grand frère agent de terrain et que ce dernier n'est pas commode quand il s'agit de protéger son petit frère... La première fois que je l'ai croisé, l'équipe de Cael était au bar et ce dernier était royalement éméché. Il a bien failli se retrouver dans les ennuis parce qu'un autre client n'a pas compris, ou pas voulu comprendre, qu'il n'était pas là pour se faire sauter dans les toilettes, une ruelle sombre ou à l'arrière d'une voiture... Le temps que j'intervienne, quelqu'un de son équipe avait déjà appelé son frère pour venir récupérer le jeune homme et bon sang, j'ai bien cru qu'il allait m'en mettre une quand il a cru que l'agresseur de son frère était moi. Heureusement, tout s'est rapidement arrangé mais depuis, il faut dire que je garde un oeil attentif sur Cael au même titre que son équipe. Ce que je sais de mon invité s'arrête là... Du moins, si on parle de son histoire. Pour le reste, je sais que c'est un petit génie informatique, qu'il est obstiné, gentiment provocateur, qu'il peut faire preuve d'esprit, même si la plupart du temps, c'est lui qui est la victime des taquineries des autres, un peu immature, comme s'il devait rattraper une enfance qu'il n'avait pas eu... Maintenant que j'y pense, tout ça me laisse penser que je l'observe un peu plus que je ne le pensais au départ... Pourtant, visiblement, j'ai raté certains signes puisque finalement, je n'ai pas compris que je lui plaisais avant aujourd'hui. Il n'empêche qu'il a mal choisi son moment...

[...]

Deux jours plus tard et même si je ne suis plus autant en colère contre Cael, j'ai toujours un peu de mal à ne pas rester distant, autant à cause de sa blessure que parce que j'ai trop de chose qui me trotte dans la tête. Je me contente de lui changer ses pansements, de le nourrir, de m'assurer qu'il ai tout ce dont il pourrait avoir besoin. Celui qui passe plus de temps avec lui, c'est Grisha et ça continue de me tarauder l'esprit parce que Cael finira par partir et que je vois déjà d'ici le petit coeur de mon garçon se briser. Pourtant, je n'interviens pas, Cael aide Grisha dans ses devoirs quand je ne suis pas disponible, il lui tient compagnie avec ma mère quand je vais au boulot... Pour le coup, ma mère l'a adopté lui aussi, elle adore la façon qu'il a de s'occuper de Grisha, responsable mais plus décontracté que moi, un peu comme Nearra en somme, si ce n'est qu'il ne s'est pas encore mis à lui acheter des jeux de société et c'est une chance parce que rien qu'avec Nearra, les armoires sont déjà pas loin d'être entièrement remplies... Je dois admettre que même si Cael n'est là que pour quelques jours, le temps de guérir de sa blessure, ça m'aide d'avoir quelqu'un qui s'occupe du p'tit, même quand je suis là. Je n'ai pas à surveiller toutes les cinq minutes que Grisha va bien, je peux me concentrer sur les repas pendant que je les prépare, ce qui me fait gagner du temps, je ne dois pas courir dans tous les sens pour que tout soit prêt pour que le gamin puisse aller à l'école tout en jonglant avec mes autres responsabilités... L'avantage aussi, c'est que Cael peut parler à Grisha de ce que c'est d'être therian, comment ça se passe lors de la première transformation, après celle-ci, ce qu'il doit surveiller, ce qu'il doit apprendre à contrôler. J'ai bien reçu des cours pour parents avec des enfants therians mais dans mon cas, ce n'est que de la théorie, Cael peut parler par expérience, c'est toute la différence. Il y a beaucoup de question de Grisha auxquelles ma seule réponse a été un "je ne sais pas" retentissant alors que notre invité, lui, il peut lui répondre en connaissance de cause.

Et maintenant, je suis là, dans le salon, pianotant sur mon ordinateur, travaillant sur ces foutus dossiers qui me prennent la tête depuis des années alors que j'étais encore flic. J'en ai conservé une copie que je mets à jour chaque fois que je le peux, j'élabore mes théories sans avoir à en référer à une hiérarchie qui de toute façon ne me suivra pas. Le plus gros dossier qui me pose problème et sur lequel j'aurais dû me taire, c'est celui sur Samuel Plenton Senior, ce putain de juge de New York dont j'ai rencontré le fils, avec qui j'ai eu quelques bons moments et une pseudo relation que j'ai foutu en l'air en ouvrant ma grande gueule... Je suis certain que Plenton Senior est un pourri mais malheureusement, le type est doué pour ne pas laisser de trace... Je suis donc là, à grommeler tout seul comme un imbécile, contre moi-même et sur ce connard, quand deux bras viennent m'enlacer par derrière après qu'une tasse fumante de café soit apparu sur la table, une petite injonction de la part de Cael en prime...

Dire que je me suis figé serait un mensonge mais on ne peut pas dire non plus que j'aie réellement bougé. À vrai dire, c'est à peine si on a discuté depuis que je l'ai repousser et je ne sais plus vraiment ce que je dois faire à présent. Oui, j'étais en colère et très franchement, vu l'immaturité dont peut faire preuve le jeune blessé, je ne m'attendais pas vraiment à des excuses, plutôt à de la bouderie mais alors qu'il s'éloigne, je peux clairement l'entendre s'excuser, même si c'est assez maladroit, il faut bien le reconnaître...

Va te reposer, ta blessure va se ré-ouvrir si tu force trop...

Ouais, j'ai été un peu lâche sur ce coup mais j'ai encore besoin de réfléchir. Je ne sais toujours pas à quoi m'en tenir avec Cael et avec tout ce que j'ai en tête en ce moment, je dois dire que c'est assez fatigant d'essayer de mettre de l'ordre dans mes idées. Le laissant regagner ma chambre, j'enregistre mon travail et décide de faire une pause. J'ai besoin de dormir... Depuis ma dispute avec Jeremiah, c'est devenu quelque chose d'assez difficile et les âneries de Cael ne m'ont pas aidé. Je referme mon ordinateur et m'allonge dans le canapé après avoir siroté mon café. Il ne me faut pas un quart d'heure que je dors déjà pour mieux me réveiller un instant plus tard en sentant la présence de quelqu'un s'approchant de moi... J'ignore combien de temps j'ai dormi mais je continue de faire semblant, me demandant ce que la personne qui s'est approchée me veut. J'ai d'abord pensé qu'il pouvait s'agir d'un intrus, parce que je n'ai toujours pas l'habitude d'avoir quelqu'un à la maison en journée quand Grisha est à l'école, puis je me suis souvenu de Cael et très franchement, je ne suis pas fier de ma conduite parce que j'ai continué de fuir pour ne pas avoir à lui répondre mais si son premier couplet est facile à laisser passer, le second me prend un peu de court...

J'ai tellement l'habitude de tout gérer tout seul comme un grand et ça, depuis longtemps. Me reposer sur les autres, c'est pas mon fort. Ce n'est même pas une déformation professionnelle gagnée avec mon ancien boulot de flic, si je dois être honnête, ça remonte à plus loin. Je ne reprocherai jamais à ma mère ses absences après le décès de mon père, elle faisait de son mieux pour ma soeur et moi et je crois qu'elle a assez culpabilisé comme ça durant cette période mais c'est là que j'ai commencé à tout prendre en charge. Ma soeur, mes études, les repas, les corvées... J'étais l'homme de la maison et c'était à moi de faire en sorte de soulager Maman au mieux parce qu'elle avait deux boulots, parce qu'elle n'avait pas le temps de s'occuper de la maison, de nous, comme elle l'aurait voulu... Alors me livrer, me confier, m'appuyer sur les autres, ce n'est pas un exercice facile dans mon cas. Nearra l'a bien compris, elle sait qu'il ne sert à rien de m'aider de sa propre volonté ou de me proposer un coup de main, elle sait que je déclinerai, aussi attend-elle que ce soit moi qui fasse le premier pas quand j'ai vraiment besoin d'un coup de main ou d'une oreille attentive...

Toutefois, je ne m'attendais pas vraiment à ce que Cael m'en fasse le reproche et je dois dire que ça me secoue un peu... Est-ce que j'ai vraiment laisser quelqu'un d'autre que ma mère ou Nearra voir que ça n'allait pas ? En tout cas, ce laïus-là me fait réagir...

Faut vraiment que tu revoies ton timing quand tu décide de faire des excuses, une confession et des reproches à quelqu'un, tu sais...

C'est seulement après avoir dit ça que j'ouvre les yeux. J'ai parlé calmement, sans colère, un brin amusé, même si le sujet est sérieux, et avant même qu'il puisse avoir l'idée de décamper parce que je l'ai surpris, je l'attire sur le canapé, le forçant à s'asseoir à côté de moi, même s'il ne reste pas beaucoup de place vu que j'y suis allongé. Je le retiens par le poignet, mon bras libre passer derrière ma tête et les yeux le scrutant sans animosité, juste de la curiosité...

On reviendra sur ta confession plus tard, pour l'instant, dis-moi ce qui te passe par la tête pour que j'ai droit à des reproches, tu veux. Qu'est-ce qui te fais croire que quelque chose me tracasse ou que je garde tout pour moi ?

Ouais, c'est un coup bas, une petite provocation mais parfois, il faut remettre les choses à leur place, et oui, je parle des choses, pas des gens, même si parfois, eux aussi il faut les remettre à leur place mais pour l'instant, ce n'est pas ce qui se passe. Je veux simplement souligner que Cael ne sait quasiment rien de moi. Il sait que je suis célibataire, que ma soeur et mon beau-frère sont mort dans un attenta, que je suis un ancien flic, que j'élève seul Grisha même si ma mère me donne un coup de main quand je vais bosser, mais à part ça, que sait-il vraiment de moi ? Tout le monde porte un ou plusieurs masques en société. Au bar, je suis le type sympa qui te sert ton verre, flirt un peu pour jouer et qui sort sa batte de base ball quand les emmerdes commencent. Avec mon employé, je suis le patron sympa mais sévère, qui aime que les choses soient faites convenablement et honnêtement, qui lui donne un bon salaire et de bonnes conditions de travail et qui lui donnera une chance de faire ses preuves ou de se relever s'il fait une erreur. Chez moi, je suis un tonton, un père célibataire qui doit gérer un petit garçon incertain de ce que la vie lui réserve, terrifié à l'idée qu'on ne veuille plus de lui s'il fait une bêtise... Avec mes coups d'un soir, je ne suis qu'un amant de passage, rien de personnel, rien d'intime, juste un type ramené dans un motel pour un peu de bon temps... Mais qu'est-ce que je suis pour Cael ? Ca, je n'en sais rien et j'ignore totalement ce qu'il voit de moi alors que d'ordinaire, je suis un as pour ne laisser voir que ce que je veux montrer...

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Dim 10 Oct - 22:05



Je suis là, confies-toi !
Nouvelle relation ;


Caël était le genre d’homme qui quand il avait quelqu’un en vue c’était pour une relation longue. Il n’aimait pas le court terme. Sa dernière relation avait durée 5 ans. Il avait son partenaire dans la peau, mais quand il le découvrit au lit avec un autre car ses plans avaient changés et voulu faire une surprise à son homme en rentrant plus tôt que prévu, la soirée avait vite tournée court. Deux heures après, les valises de Caël étaient prêtes, il avait supprimé le numéro de son ex et claqua la porte sans un mot plus haut que l’autre. Alors avec Val il voulait faire les choses bien même si cela tournait parfois au ridicule. Val n’avait fait aucun signal contradictoire, Caël s’attachait juste, rapidement, trop rapidement. Et quand un coup de foudre vous tombe sur la tête , certains agissements ne s’explique pas. Caël aimait flirter  avec Val, mais parfois il démarrait trop au quart de tour. Caël était démonstratif en terme de sentiments. Il ne savait pas faire semblant. Caël n’est pas du genre à raconter son passé. Il n’y a rien a dire de toute façon. A part qu’il tien à son frère et serai capable de déplacer des montagnes pour lui. La seul famille de Caël se limite à son équipe du Thirds et à son frère , un peu voir trops protecteur envers lui. Limite il agirait comme un parent avec son enfant. Les deux aiment se chercher et se provoquer.

Caël aimait qu’on s’occupe de lui, ça faisait du bien. Il ne se faisait pas d’idée qu’il devait bientôt rentrer. Son frère lui avait déjà fait des remontrances sur le fait de venir vivre chez lui. Val avait pu entendre un peu de leur conversation durant laquelle Caël refusait, il avait sa chambre au Thirds et jusqu’à présent Caël ca lui convenait. Depuis qu’il est chez Valentin même si cela fait peut de jour, il se verrai bien maintenant avec un petit appartement. Il n’y avait pas songé jusque là car il était souvent appelé au Thirds et donc très peu chez lui enfin sa chambre. Plus d’une fois Caël avait prévenu Grisha sur le fait qu’il partirait bientôt, il avait expliqué ca à l’enfant, mais il faut croire que le petit Grisha était aussi têtu que lui. L’autre soir Caël avait doucement réprimandé Grisha sur le fait qu’il ne range pas de suite sa chambre.

«  Tu sais mon grand quand je serai parti, il faudra que tu range comme un grand. Maintenant que tu sais mieux faire plus d’excuse »


Grisha semblait faire la sourde oreille sur un potentiel départ. Caël lui, n’aimait pas  l’idée de rentrer, il avait pris goût à s’occuper du garçon là où d’autre aurait prit la fuite de savoir un célibataire avec un enfant. Caël s’entend très bien avec la mère de Val ils sont même complice et ont  déjà échangé leur numéro de téléphone. Il était clair que  Caël passerait du temps avec maman Reznikof surtout pour lui mettre la raclé à la belote et entendre mama pester contre son jeu de carte. Caël passe beaucoup de temps avec Grisha  répondant aux multiples questions du petit sur sa transformation. Cael se veut rassurant et protecteur, même s’il ne cache aucun détail et refuse d’adoucir la chose. Caël aime s’occuper de ces deux là, il jura quand Val le réprimande en l’envoyant au lit.
Caël fut des plus surpris en entendant Val répondre a sa remontrance.

«  Hey, tu dormais, tu ne devais pas entendre çà. Traitre ! »


Caël bouda, honteux de s'être fait prendre comme un bleu. Il tenta de reculer pour mieux fuir quand une main le força à s'asseoir. C'était mauvais signe. Caël n'aimait pas ces situations pendant lesquelles il devait expliquer ses mots. Le jeune homme était un instinctif avec les gens. Je m'assoie à côté de lui, là où il me laisse de la place. Je grogne et obéi. Je me passe la main libre dans mes cheveux, fuyant dans un premier temps son regard. Je soupire et me lance.

«  Facile, tu gardes tout pour toi, je l’ai vu ! T’avoir aidé pour Grisha ta rendu service, tu a encore soufflé devant ton ordinateur, chose que je ne te fais presque jamais, puis tu es pensif alors que d’habitude tu es joyeux au bar et fait le con. Là, chez toi tu es trop silencieux, tu cours partout comme si tu n’avait pas envie de te poser pour réfléchir a ce qui ne va pas. Au bar, et chez toi tu n’es pas pareil et quand tu a tes moments a toi, tu es devant cet ordinateur et tu as ce regard qui demande de l’aide mais qui nous mets en garde si jamais on s’approche de trop. Et puis, j’ai ce ressentiment comme si tu avais besoin d’aide mais que par fierté tu refuses d’en demander ou de te laisser aider. Ça na rien avoir ta mère, elle t’aide car elle vous aimes toi et Grisha. Ce que devrai faire tous parents normaux.»


Caël en avait trop dit, il détourna le regard qui se voila un court instant en pensant à sa famille qui elle n’avait rien fait pour l’aider lui et son frère. Il n’avait pas envie de blesser l’ancien flic, il enchaîna directement avec la suite.

« Quand on tient à quelqu’ un  on remarque certaines choses qu’on explique pas. Ne cherche pas à comprendre et accepte simplement. Tu n’es pas tout seul vieux. »


Caël voulu retirer sa main que Val tenait toujours et se relever ce qui me fit grogner. Parfois Caël devrait s’appliquer ses propres conseils. Mais lui, comme Val il faisait l’autruche.

«  Tu peux me lâcher ? J’ai à faire. »


Mensonge c’était plus une échappatoire qu’autre chose. Caël tira un peu fort et une petite zone de sa blessure se rouvrit très légèrement. On pouvait voir que la dite blessure avait sacrément bien avancée point de vu guérison. Caël se leva, ignorant sa blessure qui saignait très peu et répondit inconsciemment à une question que se posait mentalement Valentin

«  Par contre mon grand, s’il y a une chance pour qu’on se mette ensemble un jour, il faudra viser sur le long terme mon coco, les relations de passages ne  m’intéresse pas. Et accepte mon aide bordel, je ne te demande rien, juste de parler quand ça ne va pas ok ? »



Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Mer 13 Oct - 13:23
Comme si c'était facile...
"Я похожа на медсестру?"

Ouvrir les yeux sur un Cael embarrassé, c'est un coup à vous foutre la trique et j'en étais vraiment pas loin, déjà à demi dur mais heureusement, je sais assez bien me contrôler. Une petite remontrance mentale à moi-même sur le fait que ce n'était pas le moment et j'étais prêt pour la conversation qui allait suivre. Je dois dire que je ne pensais pas en avoir montré autant. Cael a percé la mascarade, compris que je porte généralement un masque une fois que je sors de chez moi, arborant une apparence joviale et joueuse, comme si tout allait bien et le fait qu'il soit resté chez moi lui a permis de découvrir une facette de moi-même que je dissimule la plupart du temps. C'est assez dérangeant d'être percé à jour de cette manière et en même temps, il y a un je ne sais quoi de soulageant. Certes, en dehors de mon cercle proche, je ne laisse personne deviner qui je suis vraiment et même si Cael est présent, qu'il est en dehors de ce cercle, je n'ai pas pu porter le masque habituel pour le tenir à l'écart parce qu'il y a Grisha, parce qu'il y a ma mère... Si Mama, sait faire la différence entre le moi naturel et le moi social, ce n'est pas le cas de Grisha, il est encore bien trop jeune pour comprendre qu'en grandissant, on se cache derrière plusieurs masques pour ne laisser voir aux autres, ceux qui ne nous connaissent pas vraiment, que ce que l'on veut montrer.

Du coup, puisque je ne me cache pas de Grisha, ni de ma mère, Cael a pu voir la différence et mon agitation même s'il en ignore la raison. Et pour une raison obscure, je n'avais pas envie de le lâcher, même après sa petite bombe sur sa vision de notre éventuelle relation... Forcément, quand il tenta de se dégager, je raffermis ma poigne et tirais encore vers moi, le rapprochant tout en me redressant...

Tu ne vas nulle part pour le moment, on n'a pas fini de parler...

Il peut bien essayé de prendre la tangente, un conversation, ça se fait à deux et ça va dans les deux sens. Et puis on n'a pas encore abordé tous les sujets qu'il a soulever en premier lieu... Toujours sans le lâcher, j'essaie d'organiser un peu ma pensée avant de parler, ce qui n'est franchement pas facile quand on a une demi érection même si on se contrôle très bien...

Premièrement, personne ne se comporte au travail comme il se comporte chez soi, je suis certain que c'est la même chose pour toi. Alors, oui, j'ai des choses pas très joyeuses en tête, comme tout le monde mais c'est pas pour autant que je dois les exposer à la vue de tous. Je suis un grand garçon, je suis capable de me débrouiller tout seul, ça fait même des années que je le fais. Oui, j'ai besoin d'aide, surtout en ce qui concerne Grisha parce que je n'ai jamais eu de gosse avant, que j'ai peur de faire des conneries et que mes horaires de travail ne sont pas vraiment conventionnels. Je te remercie d'ailleurs pour ton aide parce que vraiment, tu n'y es pas obligé. Tu aurais très bien pu te contenté de rester au lit à récupérer sans te soucier de Grisha, mais tu ne l'as pas fait et, même si franchement, l'attachement qu'il te porte m'inquiète, ça compte parce que tu peux l'aider à obtenir des réponses que je ne pourrai jamais lui donner. Deuxièmement, c'est vrai que ce qu'il y a sur mon ordinateur me prend la tête et crois-moi, si je pouvais demander de l'aide à ce sujet, je le ferai mais je ne peux pas me permettre d'impliquer qui que ce soit. Si certaines personnes apprenaient ce que je fais, je ne donne pas cher de ma peau. J'ai déjà pris un énorme risque en en parlant à une personne parce qu'elle est concernée et que ça pourrait me coûter cher. De plus, si je t'en parles, je suis presque certain que tu ferais les même conneries qui te valent ton séjour ici, sans compter que je ne peux pas impliquer le THIRDS pour le moment. Je le ferai quand je serai certain que ce sera le bon moment, ça, je peux te le promettre...

Techniquement, j'en ai déjà trop dit, ça pourrait attiser la curiosité de Cael et soit le pousser à me poser plus de questions, soit à enquêter de son côté, ce qui risquerait de me faire repérer si ce n'est pas déjà le cas depuis que j'ai ouvert ma grande gueule avec Irya. Je n'ai jamais eu l'intention d'impliquer qui que ce soit mais le fait que le Gamin puisse s'attirer des ennuis avec mes anciens collègues juste pour que son paternel ne lui fasse pas une vie d'enfer, m'a fait perler de ce que je n'aurais pas dû et maintenant, il ne me reste plus qu'à prier pour qu'il garde sa langue.

Et troisièmement, quand à cette histoire de relation... Cael, on se connait à peine. Si tu n'étais pas venu ici, tu ne connaitrais de moi que le type du bar qui te sert ton verre, flirt un peu avec toi et te reluques quand tu es sur la piste de dance... Ca ne fait que quelques jours que tu es ici et tu l'as dit toi-même, ici, je ne suis pas comme au bar. Le type que tu vois ici, en dehors des tracas qui me cassent la tête, c'est ce que je suis... Tu sais que je ne me repose pas sur les autres, sauf quand je n'ai pas le choix, comme avec Grisha parce que la plupart du temps, j'ai peur de me planter. Bon sang, je n'arrive même pas à le rassurer assez sur le fait qu'il ne partira pas ou que je ne l'aimerai pas moins s'il fait des bêtises... Je ne suis pas parfait, Cael, ni insouciant... Le type du bar qui te plait tant, ce n'est qu'une façade. Je ne suis pas comme toi, mes émotions, mes sentiments, je ne les expose pas sur mon visage, je ne peux pas me le permettre... Tu te vois sortir avec un type grincheux, qui ne parle pas beaucoup, que ce soit sur lui ou sur ce qui le tracasse, et qui préfère passer ses jours de congé pénard chez lui à s'occuper de son gamin ?

Ouais, bon, j'expose un peu mes insécurités, surtout en ce qui concerne mon p'tit gars mais c'est pas nouveau que j'ai peur de faire des conneries avec lui. Et puis, Cael est jeune, d'accord, seulement un peu plus jeune que moins et certainement moins qu'Irya mais ça ne veut pas dire qu'il a envie de se retrouver coincé avec un pantouflard, taiseux qui est incapable de se reposer sur les autres... De plus, je suis bien trop indépendant pour ne serait-ce que songer à une relation durable et puis, ce n'est pas une excuse de dire que Grisha est ma priorité, je n'ai pas le temps pour construire une relation avec qui que ce soit... Je n'essaie pas de repousser Cael, je veux simplement qu'il se rende compte qu'on ne se connait pas autant qu'il le croit et qu'il mérite d'avoir quelqu'un pour qui il serait la priorité.

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Ven 15 Oct - 17:14



Tu n’es plus seul!
Nouvelle relation ;


Cael avait cru imaginer voir une petite bosse chez Val, surtout a un moment propice de la discution. Où encore une fois Cael qui tenta d’éviter celle-ci en trouvant mentalement une excuse mal placée. En se redressant Caël ne fit pas attention , et perdit équilibre se retrouvant a cheval sur les cuisses de Val, une main plaqué sur le torse de l’humain pour éviter de tomber sur lui et de l’écraser. Caël rougit gêné et détourné le regard. Ils étaient trop près.  C’était mauvais. Caël voulu reculer pour instaurer un certaine distance de sécurité entre eux.  Val lui plaisait peut-être mais il y avait un temps pour tout. Et là il n’était pas question de flirt. Quand Val cause on dire une personne âgée, il en déballe des choses. Et le voilà qui part a vive allure. Aussitôt Caël prit le visage de Val en coupe dans ses mains et le força a le regarder, plantant son regard dans celui de l’ancien flic. Val pu voir un Caël des plus sérieux. Fini la pitrerie, fini le séducteur qui cherche a avoir Val. Là il était le Caël serieux et imposant. Ce n’était pas souvent qu’il sortait celui-la, mais val devait se mettre quelque chose en tête

«  Hey, déjà, je ne te demande pas de me raconter ta vie,ok ! Mais quand ça ne va pas, maintenant tu as quelqu’un sur qui te confier. Justement tu as été seul trop longtemps, et ce quelqu’un c’est moi compris ! Secundo même si je suis malade, je ne vais pas jouer les pleureuses, je ne suis pas manchot, et il y a un gamin qui a besoin d’attention, il en a. En plus il est adorable ce gosse. Bon j’avoue que j’aime m’occuper des mioches, même si ça en ferai fuir plus d’un. Tu l’a bien élevé, il est sage.  Tercio, je t’ai fais une promesse, mon équipe sera informée de mes moindres agissement. Quatro ta vie, tu me la compteras plus tard quand on se connaîtra un peu mieux. Quand tu te sentiras à l'aise, rien ne presse/ Mais sache que tu n'es plus seul »


Caël voulait juste faire comprendre a Val qu’il n’était plus seul. Il lâcha le visage de Val réalisant ce qu’il venait de faire, comme s’il venait de se brûler les doigts. Caël réalisa ce qu’il venait de faire et écarquilla les yeux. Mon dieu Val allait lui en décocher une. Caël donna une pichenette a Val et sourit. Une fraction de seconde Caël laissa voir un voile de tristesse dans son regard. Avec Val, il s’était découvert une envie de fonder un foyer, une famille celle qu’il aurait toujours voulue avoir. Mais il n’avait pas le droit de voler celle de Val. C’était ce qu’il avait l’impression de faire. Il balaya bien vite cette pensée et posa ses main a plat de chaque côté de la tête de val plantant a nouveau son regard charmeur sur lui, mais tout en restant sérieux.

«  Quand a cette histoire de relation  pour reprendre tes mots  Val, je te propose une relation exclusive sans attache, pour voir ou cela nous même ? Comme ça on apprendra mieux a se connaître. J’ai découvert ce côté la de toi bien avant de venir ici. Parfois, tu a ce petit regard de chien battu qui appel à l’aide. Il ne dure pas longtemps mais je l’ai vu, surtout quand tu es devant ta caisse ou quand tu nettoie les verres par exemple. Tu sais je me fou que tu sois un connard sans nom, ou un avocat de renom, tu me plais point, je ne l’explique pas. D’ailleurs pourquoi crois-tu que je sois jaloux quand tu vas draguer les autres. De toute façon on ne naît pas parents, on le devient, tu t’occupe mieux de Grisha que ceux qui me servent de parents.»


Bon, il était temps de passer à autre chose, Caël en avait trop dit sur son passé. Val n’avait pas besoin de savoir et surtout pour ce coté jaloux de Caël. Val en avait assez vu sur le renard en une discutions serieuse. Surtout ce côté sérieux qui ne sort que dans de rare fois. Caël tourna la tête et croisa les bras

«  Justement avec moi, Grisha n’aura plus à s’inquiéter, vu qu’un autre Thérian vivra avec son oncle. Donc tu pourras le rassurer bien plus et te servir de moi. Si je vais dehors, c’est uniquement parce que tu m’auras fichue a la porte, et crois moi je compte bien continuer a m’occuper de ce petit gars après mon départ si tu es d’accord. Quand au type du bar ou au type grincheux qui me plaisent, et bien je pense leur plaire a eux aussi. Ce qui me fait dire ça,  c’est la petite bosse que je sens sous la cuisse.»


Là, il était temps de prendre la tengente, une nouvelle fois Caël tenta un fuite après avoir déstabilisé l’ancien flic. Caël n’aimait pas cette discution. C’était trop facile de lire en lui, et il allait encore tout foutre en l’air avec sa maladresse.

Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Ven 15 Oct - 20:16
Comme si c'était facile...
"Я похожа на медсестру?"

Bordel, j'avais pas prévu la chute de Cael et en voulant éviter de m'écraser les burnes en tombant, le voilà qui se retrouve à cheval sur mon bassin où, malgré le sérieux de la conversation, il peut clairement sentir une certaine rigidité sous le tissu de mon pantalon. Il a au moins la décence de ne pas la mentionner et je dois dire que je suis assez agréablement surpris par le sérieux dont il fait preuve. Très franchement, j'ai vraiment cru qu'il allait se mettre à me provoquer, à tenter de m'allumer pour changer de sujet... Sa jovialité serait-elle un masque et non sa véritable personnalité ? Je n'en sais rien mais j'avoue que je suis scotché par son discours... Je n'ai jamais eu l'impression d'être seul, sauf quand j'étais gosse et que ma mère se démenait pour nous... En y réfléchissant, cette impression de solitude a fini par s'estomper, du moins, c'est ce que je croyais mais honnêtement, maintenant que Cael me le fait remarquer, je crois surtout qu'en fait, j'en ai simplement pris l'habitude. Bon, je dois dire aussi qu'il est difficile de fuir le sujet quand je me retrouve coincé le visage entre les mains de mon invité au visage si sérieux... Pas du tout intimidant mais assez embarrassant même si je dois dire qu'il a de très beaux yeux noisette pailleté d'or...

Je ne suis pas vraiment seul, Cael. J'ai ma famille, des amis... C'est juste que j'ai l'habitude d'être indépendant et de gérer de mon côté.

Comme si je n'avais rien dit, et j'ignore même s'il m'a entendu, la suite de son discours me laisse littéralement sur le cul. Heureusement que je suis assis parce que j'aurais sans doute eu les jambes en coton s'il m'avait lâché sa bombe alors que j'étais debout. Sans réfléchir, je dois dire que sa proposition est assez tentante même si à première vue, elle me fait penser à un plan cul. Toutefois, dans les faits, ce n'est pas le cas. Cael fait cette proposition dans le but, l'espoir, de construire quelque chose, ne réclamant que l'exclusivité, ce qui ne me pose aucun problème parce que de toute façon, je ne partage pas et je ne suis pas du genre à papillonner à différents endroits en même temps. Ce qui me chagrine, c'est que j'ai l'impression qu'il n'a pensé à la partie "sans attache" que pour ne pas me brusquer ou me faire fuir. Je suis sûr que Cael est un type bien et sérieusement, je pense qu'il mérite bien mieux qu'un gars paumé comme moi mais, le hic, c'est que ce con parvient à me tenter avec ses paroles un peu maladroites et décousues. Cette histoire comme quoi je suis un meilleur parent que les siens me chiffonne un peu et j'ai bien envie de creuser la question mais pourtant, je me retiens. Premièrement, ce n'est pas le moment et deuxièmement, ce n'est pas le sujet de notre conversation. Ce n'est pas vraiment le moment de digresser... Ca me dérange toujours que Cael arrive à percevoir plus de moi ce que j'étais certain de cacher aux autres.

Premièrement, je ne drague pas systématiquement, je flirt... Un flirt innocent sans arrière pensée. Crois-moi ou non, mais on m'a déjà remercié, pour ça. Il parait que ça fait du bien à l'estime de soi pour certaines personnes... Deuxièmement, ta proposition est tentante mais tu ne devrais pas avoir à réduire tes critères pour avoir la personne que tu veux. J'ignore ce que tu vois en moi, ce qui t'attire tellement chez moi et je ne peux pas te promettre que ce sera facile. Tu sais que je ne parle pas beaucoup, je n'ai pas l'habitude de m'ouvrir aux autres et on va très certainement se prendre la tête... Je peux te promettre l'exclusivité, ça ne me pose pas de problème mais je ne peux honnêtement pas te promettre plus. Sachant cela, tu es sûr que c'est ce que tu veux ? Tu pourrais trouver mieux...

Oui, je suis sur le point d'accepter sa proposition et je ne sais même pas pourquoi. Si ce n'était que de l'attirance physique, ça ne me poserait pas de problème mais Cael veut quelque chose de bien plus profond et je ne suis pas sûr de pouvoir lui donner, d'où mon hésitation. C'est bien pour ça que je demande au jeune homme de confirmé qu'il pourra se contenter de si peux sachant que tout le reste relève de l'hypothèse. On ne change pas quatre décennies d'habitude si facilement, sans même savoir si j'en ai seulement envie. Me connaissant, il y a plus de chance pour que ce soit à sens unique, et je ne parle pas de sentiments, parce qu'il y a une forte possibilité pour que je finisse par ressentir quelque chose pour Cael. Non, je parle de tout le reste... Je ne suis pas sûr de pouvoir m'ouvrir à lui ou de le laisser me soutenir en cas de besoin. On ne peut pas dire que je sois le roi de la communication et pour autant que je sache, une relation, ça passe aussi par là. Bien sûr, je ne peux pas prendre la décision pour lui, c'est à lui de voir s'il peut faire avec ce que je lui donne sans espérer obtenir plus ou sans me mettre la pression pour que je le fasse. Encore une fois, je suis convaincu qu'il mériterait bien mieux qu'un vieux grincheux comme moi mais bon... Encore une fois, c'est pas à moi de décider à sa place. Quand au reste... tousse... Parce qu'il compte emménager directement chez moi ? Ca va un peu vite pour moi, là, même s'il a raison concernant Grisha...

Avant que tu ne t'installes ici, tu ne crois pas qu'on devrais peut-être justement voir où mène cette histoire de relation "sans attache" ? Tu vas un peu vite en besogne si tu comptes emménager ici tout de suite... Laisse nous le temps de voir comment évolue cette relation, tu veux ? Quand à Grisha, ça ne me dérange pas que tu viennes le voir ou passe du temps avec lui. Comme je te l'ai dis, tu peux lui donner des réponses que je ne pourrai jamais lui apporter. Tu es un therian, pas moi, c'est un fait. Je ne pourrai jamais lui expliquer ce que ça fait d'être un therian une fois qu'il aura passé sa première transformation, je ne pourrai jamais lui dire pourquoi il ne peut pas laisser son loup contrôler ses actes et ses émotions... Je connais la théorie qu'on enseigne aux parents humains avec des enfants therians mais ça s'arrête là. Toi, tu vis tout ça, chaque jour, dans ta vie privée et dans ton travail... Tu peux lui parler et lui expliquer les choses plus concrètement parce que tu en fais l'expérience chaque jour alors que moi, non. Donc, oui, si tu veux continuer à passer du temps avec lui, lui parler ou que sais-je encore, je ne te l'interdirai pas, du moins tant que tu respectes les règles. Et puis, je sais que Grisha t'aime bien, je ne veux pas lui faire de la peine en le privant de ta compagnie... Et oui, tu me plais. Physiquement parlant, en tout cas. Comme nous l'avons souligné tous les deux, on ne se connait pas beaucoup, voire pas du tout. Alors, oui, on va essayé, sans se mettre la pression mais pour l'instant, ne compte pas sur moi pour tenter quelque chose, tu es encore blessé. S'il doit y avoir quelque chose de physique, tu va devoir ronger ton freint jusqu'à ce que tu sois guéri mais ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas apprendre à se connaître entre temps...

Et voilà, je viens de signer la proposition de Cael. Au final, je n'aurai pas hésité bien longtemps... Je ne sais même pas pourquoi j'ai fini par céder et même sans se mettre la pression, je crains qu'on aille dans le mur. D'accord, ça ne veut pas dire qu'on en peut pas essayer mais même si je ne connais pas vraiment Cael, ça ne veut pas dire que j'ai envie de le blesser... Et puis, oui, peut-être bien que j'ai envie de voir si effectivement, la solitude dont il m'accuse de souffrir est réelle sans que je ne m'en sois rendu compte ou si c'est simplement une illusion qu'il a cru réelle. Il faut aussi dire que Cael a toujours suscité ma curiosité depuis que j'ai ouvert mon bar et que son équipe et lui en sont devenu des clients réguliers...

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Sam 16 Oct - 10:07



Enfin !
Nouvelle relation ;


Et bien finalement ce fut plus rapide que prévu. Val contre toute attente avait scotché le renard en acceptant si rapidement. Caël bloqua un moment et cligna plusieurs fois des yeux. Il  avait clairement bogué. Il faut un court instant au renard pour revenir à lui. Il se secoua la tête et posa son front  contre lui de Val tout en soupirant.

«  Je ne parle pas de cette solitude là mon cher val. Tu sais très bien de laquelle je parle. Et bien apprends a demander aux autres. Surtout qu’on est deux avec Nearra a vouloir prendre soin de toi. Ce n’est pas difficile de dire «  Fais-moi ça s’il te plais » Si tu veux je t’apprendrais à le dire »


Je m’avance peut-être un peu vite en parlant de Nearra. Au pire, il m’enverra balader. Quand je lui parle de ma proposition  de relation, je développe sur l’aspect «  sans attache » pour qu’il comprenne que c’est. Avant tout, c’est surtout pour apprendre a nous connaître justement et y aller étape par étape. Les plans baises ne m’intéresse pas, dans la discution je m’arrange pour le répéter. Il m’agace à se dévaloriser. Je pose mon doigt sur sa bouche pour qu’il arrête  de parler et relève la tête. Il ne drague pas a chaque fois, mon œil ! Il ne s’est pas vu. Je ne peux m’empêcher de soulever un sourcil a ses propos sans l’interrompre. Cela dit je suis de son avis. C’est agréable de se sentir désiré et de savoir qu’on plaît. Là je hoche la tête positivement quand il en parle.

«  J’ai déjà eu mieux, et franchement c’est d’un ennui ! Tu n’imagines même pas. De plus tu perds ton temps à te dévaloriser, ça ne fait que te donner des points en plus et me conforte dans mon envie d’être avec toi. Donc coco, tu es mal parti pour me faire fuir. Elle est sérieuse ta question ? Je peux te rouler un pelle en guise de réponse tu sais. Alors chut ! Je te drague depuis le début, il faut changer de lunettes si tu ne vois rien ou t’en faire poser. Tu me plais un point c’est tout, ne cherche pas a comprendre, je n’ai pas cherché non plus. Çà ne s’explique pas»


Et voilà, il part encore dans ses réflexions, il me fait soupirer et je ne peux m’empêcher de lui mettre une taloche derrière la tête. Il réfléchi trop. Le pauvre petit et se noie dans des excuses inutiles enfin presque inutiles.

« Idiot, je parle de venir ici pour m’occuper de Grisha, pas de m’installer. Pas dès le début, je ne veux pas te faire fuir. Je n’ai pas vraiment été aidé pour ma première transformation, Seul Elijah était présent. Je pourrais enseigner a Grisha ce que j’ai ressenti, et ce qui m’a aider pour ne pas me perdre dans mon animal. Où qu’il prenne le dessus. »


Voilà il accepte enfin et me fait sourire. J’essaie très vite de passer à autre chose Je ne veux pas qu’il me questionne sur mon passé. Je n’ai pas envie de parler de ma famille. Jusqu’à présent j’avais très bien réussi a éviter de parler de ma famille mais avec Val je lâche deux bombes rapidement. Il va vouloir me questionner hors de question où alors çà sera du donnant donnant. Cette idée me fait sourire, je viens de trouver un bon moyen de faire parler Mr coincé. En guise de remerciement je lui donne un bisou esquimau sur la joue. Je lui montre que je même s’il accepte et que je suis heureux je peux me retenir.  Il compte tenter quelque chose avec moi une fois rétabli, là il peut voir un sourire idiot collé au visage mais tout en restant sérieux. Je suis heureux que Val accepte. Je lui donne un baiser esquimo sur les lèvres. Très chaste, comme quand on flirt ensemble mais sans aller plus loin. Je veux lui montrer que je peux rester sérieux malgré cette relâche. Cela dit je boude, après relevant le fait qu’il ne fera rien tan que je serais blessé. Je fais une petite grimace, je vais pour faire une remarque un peu osée, mais je me retiens, ce sera pour une autre fois.

Je lui fait un clein d’oeil, maintenant qu’on a mis les choses a plats, j’essaie a nouveau de me lever. Il est l’heure de la douche et de changer les bandages. Voyant qu’il ne me retient pas je continue et je m’esquive enfin. Quoi qu’il en soit, cette conversation m’a quand même retourné. J’ai beau faire le fier, mais je n’en mène pas large. Je n'aime pas du tout être sérieux. J'espère qu'on aura pas trop de conversation comme celle-ci. C'est trop épuisant. Val peut voir mon regard perdu et troublé le temps que je passe ma main dans les cheveux et d’entendre un ventre gargouillé. C’est vrai que je n’avais pas manger depuis un moment. Ça attendra ce n’est pas grave. Dans le couloir qui me mets hors de la vue de Val et m’adosse au mur pour fermer les yeux. Quelque chose ne va pas. On pourrait croire risible la situation mais une montée de fière me viens aussitôt. J’ai terriblement chaud. Je file a la salle de bain et allume l’eau froide pour m’y plonger dedans. Je ne ferme pas la porte, je m’endors dans le bain. J’y reste un moment et la température commence seulement à baisser.

Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Lun 25 Oct - 19:45
T'emballe pas trop, tout de même...
"Я похожа на медсестру?"

Je ne vois pas où il veut en venir, je n'ai aucun problème à demander un coup de main quand c'est nécessaire, c'est juste que je ne vois pas l'utilité de le demander quand je suis tout à fait capable de me débrouiller tout seul. Et puis il se trompe sur un point. Nearra ne veut pas prendre soin de moi, ce n'est pas vraiment comme ça que ça marche entre nous. Elle adore Grisha et ma mère, qui d'ailleurs le lui rendent bien et même si on ne se fait pas de grandes déclarations d'affection, je sais qu'elle m'aime bien aussi mais jamais elle ne se permettrait d'intervenir dans ma vie sans que je lui demande. Étant aussi indépendante que moi, elle n'a aucune difficulté à deviner comment je fonctionne. Cela dit, c'est bien parce qu'elle ne force pas pour tout savoir que je me confie à elle quand j'en ressens vraiment le besoin et généralement il s'agit principalement de Grisha. Mais bon, là, je m'égare et je n'ai pas vraiment le temps de répondre à son premier couplet qu'il est déjà au suivant. Comment ça je me dévalorise ?

Je ne me dévalorise pas, je suis simplement réaliste. Je connais mes défauts autant que mes qualités et je n'ai pas peur d'en parler, c'est tout. Si on se lance dans une relation, ce n'est pas mes qualités qui vont te rebuter, ce sont mes défauts, c'est pour ça que je les énonce, histoire que tu saches à quoi t'attendre. Cela dit, je ne t'ai pas encore dresser la liste complète alors, tu vois, je n'essaie pas de me dévaloriser ou de te faire changer d'avis... Et je maintiens que je ne drague pas, je flirt gentiment. Crois-moi, si tu m'avais déjà vu draguer, tu le saurais. Quand à toi, j'avoue que je ne t'ai pas pris au sérieux. Ne le prends pas mal mais tu envoies des signaux contradictoires. Une fois tu me fais du rentre dedans et la fois suivante, tu as le nez plongé dans ton écran...

C'est d'ailleurs bien pour ça qu'il m'agace autant. Je n'ai jamais su vraiment à quoi m'en tenir. Un soir il me drague avec insistance et la fois suivante, c'est à peine s'il remarque même le verre que je lui apporte parce qu'il a toute son attention tournée vers son ordinateur portable. Difficile dans ces conditions de prendre ses tentatives de séduction au sérieux. Toutefois, je sais maintenant ce qu'il en est et quelque part, je suis content qu'on ai pu discuter. Si j'avais simplement sauté sur l'occasion un soir où il aurait recommencé à me prêter attention, on n'en serait certainement pas là et on se serait retrouver dans une situation assez compliquée. Au moins maintenant, on sait tous les deux à quoi s'en tenir. S'il y réfléchit une minute, je suis sûr qu'il doit se dire qu'il a évité soit la déception soit l'humiliation parce que si on s'était sauté dessus sans qu'on en discute avant, je l'aurais sans doute repoussé ensuite en déclinant toute proposition de relation quelle qu'elle soit. Je ne suis déjà pas certain que notre tentative mène quelque part alors y penser sans même qu'on en parle, ça aurait été voué à la catastrophe dès le départ...

Tout ce que tu peux faire pour Grisha sera le bien venu.

Cael semble heureux de notre arrangement et surtout des résultats de notre conversation. Je ne rechigne pas à ses baisers avant qu'il ne décide de se lever pour filer à la douche, ce qui veut dire que je vais devoir refaire ses pansements dans un petit quart d'heure. J'en profite pour m'ajuster et calmer mon entre-jambe. Ayant entendu l'estomac de Cael avant qu'il ne prenne le chemin de la salle de bain, je me lève et file en cuisine histoire de commencer à préparer les ingrédients de notre repas. Hm... Vu l'heure, il serait préférable de préparer un goûter. On a raté l'heure du déjeuner et il est trop tôt pour le dîner. Je profiterai du fait que Cael se repose pour préparer le repas de ce soir après avoir été récupérer Grisha à l'école. En attendant, j'inventorie ce que j'ai dans mon frigo... Je pourrais peut-être faire une ratatouille mais faut que je passe à la superette pour acheter de l'ail.

En attendant, le temps passe et je ne vois toujours pas Cael sortir de la salle de bain, ce qui commence à m'inquiéter. Je me dirige jusqu'à la porte de la salle d'eau et toque, histoire de savoir si tout va bien...

Cael, tout va bien ?

La porte n'est pas fermée, seulement entre ouverte mais je n'entre pas tout de suite, attendant qu'il me réponde, ce qui n'arrive pas. Je finis donc par entrer et ce que je trouve me fait royalement jurer. Cael est immergé dans l'eau, une eau froide au moment où je plonge les mains dedans et légèrement rosée... Cet idiot a rouvert ses blessures et à visiblement perdu connaissance pendant qu'il prenait un bain. Non mais j'y crois pas ! Grognant contre son imprudence, je le tire de l'eau, me trempant au passage mais j'ai pas vraiment le temps d'y penser. Bien difficilement, je me démène pour étendre une serviette de bain sur le sol où je couche Cael pour le soigner. Je tire la boîte de secours et pose une compresse sur la plaie qui s'est rouverte le temps de sécher la peau autour de la plaie et la tamponner avant de la traiter et de la couvrir d'une nouvelle compresse. Celui-là, il va m'entendre quand il se réveillera ! Je termine de le sécher rapidement avant de l'emporter pour le mettre au lit.

Je reste un moment à vérifier que tout va bien puis, je vais lui chercher une petite bouteille d'eau, un verre et un ibuprofen avant de sortir de la chambre, grommelant contre les inconscients qui ne peuvent même pas prévenir quand ils vont mal. À tout hasard, je laisse un mot sur le comptoir de la cuisine, prévenant que je vais faire quelques courses avant d'aller chercher Grisha. Espérons que ça me permettra de me calmer sinon, je vais l'étrangler...

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Mar 2 Nov - 21:30



Désolé!
Nouvelle relation ;

[Terminé] Nouvelle Relation [pv Valentin] Lja7

J’avais oublié ma blessure, c’est en effet a cause d’elle que je me retrouve a jouer à la belle aux bois dormant. Je n’ai rien fais de stupide, pour qu’elle se rouvrent. Je n’ai juste pas senti. Me voilà bien maintenant. Trois heure après je me réveil, j’essaie de bouger mais renonce, ça fait mal bon sang. Je suis surpris de son effet. J’ ai juste été prendre une douche, le seul effort que j’ai fait c’est enjamber la baignoire. Pendant que Val est sorti, je sors mon téléphone et préviens mon frère. Il me passe un de ces savons. Comme ceux de nos parent quand on était gosse. Limite celui de Val était bien plus doux. Je défends a Elijah de venir, mon frère peut se montrer assez brute quand il le veut, mais je lui promets de l’appeler au moins une fois par jours. Je le rassure que je serai vite guerri. Cette pensée me fou un coup au moral. A la fin de la semaine, je retourne dans « ma prison » de ce fait je ne verrais plus aussi souvent mon très cher Mr Grognon et le petit Grisha. Je suis sorti du lit, j’ai vu le mot. J’essais ed ranger un peu, comme toujours je prépare les affaires de Grisha et retourne aux lits. En réalisant, je fais peut-être un peu trop comme chez moi. Je repense a notre discution pour notre relation, je n’en reviens pas qu’il ai accepté aussi facilement. Quand il revient, je suis changé le petit me fais la fête à son arrivé  comme toujours, mais cette fois je prouve à Val que je suis raisonable.

« Doucement mon grand, oncle Caël est fatigué aujourd’hui »


J’ébouriffe les cheveux du gamin mais il va de soit qu’il aura son histoire du soir. Je regarde Val, m’approche tout en restant sage. Je pose quand même ma main sur son bras et lui susurre un petit merci. Il a du en baver a devoir me sortir de la baignoire. Je ne suis pas un poids plume, je ne suis pas gros non plus. A ce moment là, je me fais tout petit, j’ai essayé d’aider au maximum Val pour aujourd’hui. Je n’insiste pas, je sais être raisonnable quand il faut même si cela ne se voit pas.
Quand a Val si un soir je le drague avec insistance et la fois suivante, c'est à peine si je le remarque même le verre que Val m’apporte apporte alors que je suis plongé sur mon ordinateur, c’est parce que parfois je ne sais pas faire plusieurs chose à la fois le concernant.  Et c’est bien trop important pour que je me distrais.
Quand Val est seul, je viens vers lui, je ne sais pas trop quoi dire, je vais juste l’aider et lève les bras quand il me fait les gros yeux. Cela dis, je ne sais toujours pas pourquoi ma blessure s’est rouverte. J’hésite a demander à Val, soit il me passe un savon sans me répondre, soit il me réponds en me passant un savon. Je suis juste inquiet pour lui car il a du me sortir tout seul.

« Toi fais attention d’accord, en me sortant de la baignoire, tu t’es peut-être froissé  quelque chose »


Je sais que je suis maladroit, mais je sais que si je l’ouvre pour essayer de me justifier Val risque de s’emporter.  Du coup, je fais très attention maintenant. Je ne suis vraiment pas doué pour discuter, voilà pourquoi je passe mon temps devant mon ordinateur. Mais un ordinateur ne nous fais pas rencontrer du monde. Ne nou fais pas penser ou tomber amoureux. J’essaie quand même d’évoquer le sujet, on verra bien sa réaction, mais avant je m’éloigne de quelques pas de lui.

« Je suis désolé, pour tout a l’heure, je jure n’avoir rien senti. Je me sentais vraiment bien dans l’eau. »


Et c’était vrai. Je n’allais pas les inquiéter volontairement et dans sa propre maison. En plus j’avais promi de faire attention. J’essayais vraiment. Allongé tout à l’heure j’avais réalisé a quel point j’étais idiot de me penser seul. J’étais un aveugle qui pouvait voir. J’avais des amis, une équipe, un frère et des personnes proches très proches. J’ avais réalisé qu’il me manquait cette relation, celle que tout enfant à avec des parents aimants. Je pensais avoir tiré un trait dessus, a croire que non. J’aide Valentin avec les courses,e t fait tout pour qu’il se sente bien. Qu’il n’ai aucun reproche a faire. Je n’ai pas envie de perdre la peut être famille que je me suis trouvée. Cette fois, je n’hésite pas à demander de l’aide à Val quand je n’arrive pas a attraper quelque chose.

Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Mer 3 Nov - 12:03
Je déteste avoir peur, bordel !..
"Я похожа на медсестру?"

J'ai pesté contre l'inconscience de Cael tout le temps qu'il m'a fallu pour faire les courses mais une fois arrivé à la caisse, j'étais déjà un peu plus calme. Grisha a terminé le processus en m'accueillant à la sortie de son école comme il le fait toujours, à savoir avec force de câlins et de détails sur sa journée. Apparemment, celle-ci n'a pas été tout à fait bonne mais pas mauvaise non plus. Il s'est disputé avec un de ses camarades parce qu'il en ennuyait un autre et ça a faillit tourner à la bagarre mais au final, tout s'est bien terminé. Il est assez fier d'avoir bien répondu à son professeur en classe quand il était interrogé et même s'il a eu un peu de difficulté avec certains mots, il a pu lire presque sans faute. Son babillage innocent était tout ce qui me manquait pour finir de me calmer entièrement. Il m'a interrogé aussi sur ma journée et sans lui mentir, je lui en ai tracé les grandes lignes. Je ne lui ai pas parlé de la conversation que j'ai eu avec Cael parce que celle-là, j'ignore totalement comment l'aborder. Est-ce qu'un gamin de sept ans peut comprendre quelque chose comme ça ? Bref, j'ai sauté ce passage, lui disant simplement que Cael a proposé de passer du temps avec lui pour l'aider et répondre à toutes ses questions concernant sa nature therian. Le gamin est ravi, bien sûr et il le montre à notre invité dès qu'il franchi la porte bien que celui-ci tempère son enthousiasme rapidement. Grisha ne réagit même pas au fait que Cael se sont désigné comme un "oncle", par contre, il retrousse le nez, comme dérangé par une odeur... Sans doute celle du désinfectant que j'ai utiliser sur la plaie du renard...

Cael, pourquoi t'as une odeur qui pique ?...

Ouais, pas de doute, c'est le désinfectant qui dérange son odorat. Ce n'est déjà pas très agréable pour un humain alors j'ose même pas imaginer pour un therian... Tout en venant me voir, Cael répond à mon p'tit gars. Il se montre bien plus raisonnable que ce que j'aurais cru même si ça me chiffonne qu'il soit déjà debout. Il aurait dû rester au lit... Ah !... Non, c'est ma faute en fait... Comme un con, je lui ai laissé un mot sur le comptoir de la cuisine avant de partir alors que j'aurais dû le mettre avec la bouteille d'eau et le verre que j'avais posé sur la table de chevet. Pas étonnant qu'il soit debout... Un soupire plus tard, plus adresser à moi-même qu'à lui, je hoche la tête et encourage Grisha à aller ranger ses affaires et prendre ce dont il a besoin pour ses devoirs et leçons. Pendant ce temps, je me dirige vers la cuisine pour ranger les courses, Cael me suivant comme un caneton derrière sa mère pour me donner un coup de main. Heureusement, il se montre raisonnable, ce qui est un agréable changement et plus facile pour entamer la conversation. C'est donc calmement que je lui réponds...

Je ne me suis rien froisser, tu n'es pas si lourds que ça. Je soulève plus que ton poids quand je vais en salle de sport. Cela dit, te voir inconscient m'a fait peur, sans compter que tu aurais pu te noyer... Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, je déteste avoir peur, ça a tendance à me mettre sur les nerfs. Je vais pas te mentir, tu es passé par tous les noms d'oiseaux que j'avais en tête sur le moment et si tu avais été conscient, je t'aurais sûrement engueulé. J'ai commencé à me calmer en faisant les courses et Grisha a fini le travail. J'ai réfléchi aussi... Je crois que c'est de ma faute si tu as rouvert ta blessure, ça a dû arriver quand je t'ai empêché de te sauver pendant qu'on discutait... Alors, je suis désolé, je ferai attention la prochaine fois.

Ce n'était pas la première fois qu'il prenait un bain ou une douche depuis qu'il est là alors forcément, en cogitant, je me suis rendu compte que ça ne pouvait pas venir de là. Par contre, je me rappelais très bien la façon dont je l'avais retenu quand il a tenté de se sauver en pleine discussion et de la façon dont il a atterri sur moi en évitant de m'écraser les valseuses... Ca ne pouvait être qu'à ce moment là... Ce qui voulait dire que c'était de ma faute mais en même temps, si je ne l'avais pas retenu, on ne serait jamais arrivé au bout de notre conversation et au final, je n'aurais peut-être pas décidé d'essayer de construire la relation à laquelle il tient tant, même si honnêtement, je ne suis pas certain que ça marchera. Cependant, s'il pouvait éviter de prendre la fuite chaque fois que le sujet devient un peu trop sérieux, ça m'éviterait d'avoir à le retenir...

Écoute, je sais qu'il y a des sujets sur lesquels on ne veut s'étendre ni toi, ni moi mais tu n'es pas obligé de prendre la poudre d'escampette quand ça arrive. S'il y a un sujet que tu ne veux pas aborder, il te suffit de me le dire et je ferai pareil avec toi si tu touches à un sujet trop sensible pour moi. Ca m'évitera de te retenir un peu trop brusquement, façon homme de Néandertal, au risque de te blesser à nouveau, et au moins tu n'auras pas l'impression de devoir filer à l'anglaise pour éviter le sujet.

Les courses rangées et les ingrédients pour le repas laissé sur le plan de travail, je fais une pause et me tourne vers Cael que j'attire un instant contre moi alors que je m'adosse au comptoir, plaçant simplement mes mains sur ses hanches pour le maintenir entre mes jambes sans le forcer...

Je ne suis pas doué pour les relations mais j'essaie et on va devoir faire des efforts tous les deux, si on veut que ça marche. Ca va demander du temps pour qu'on s'adapte, surtout moi... Alors si jamais je vais trop loin ou si je dis ou fais quelque chose qui te déplait, il faut que tu me le dises. Ne prends pas de gants pour me dire les choses, les demis mesures, ça ne marche pas avec moi. Je suis parfois un peu lent à comprendre si on ne me dit pas franchement les choses... Je crois que tu l'as remarqué, non ?

Il suffit de voir le temps que ça m'a pris pour savoir qu'il était sérieux dans son envie d'une relation avec moi et encore, seulement parce qu'il s'est décidé à en parler, même si j'ai dû insister pour qu'il le fasse. Professionnellement, je n'ai jamais eu ce genre de difficulté quand j'étais flic mais pour ce qui est du domaine des relations privées, j'ai toujours été une buse. Je suis sans doute passé à côté de quelques relations qui auraient pu durer mais comme je l'ai dit, quand on touche au domaine privé, si on ne me dit pas franchement les choses, je passe à côté sans m'en rendre compte. Et puis ajoutez à cela mon incapacité à m'engager et vous obtenez... et bien le moi actuel, un type qui se contente de sa famille et de ses quelques amis et pour qui la définition d'une relation se limite à des coups d'un soir. N'allez pas croire que je souffre d'un déficit émotionnel, ce n'est pas le cas, du moins, je ne le pense pas, mais disons que les quelques pertes que j'ai subi m'ont poussé à me montrer un peu trop prudent. Avoir une relation suivie, c'est prendre le risque de voir cette personne disparaître en vous laissant un coeur en miette...

Je laisse Cael s'écarter, déposant un baiser sur son front avant de me tourner vers mon plan de travail pour commencer à cuisiner. Grisha est déjà installé à la table du salon, ayant préparé ses affaires pour ses devoirs... Puisque Cael est génial avec Grisha, qu'ils s'entendent bien et que je vais être occupé pendant un moment, je le mets donc à contribution...

Tu pourrais aider Grisha avec ses devoirs ? Je vais en avoir pour un moment et ça m'aiderait bien si tu t'en occupais...

Je ne le demande pas d'habitude, Cael l'a fait de son plein gré les jours précédents sans que je lui demande mais puisque j'ai pris la décision d'essayer, il faut bien que je commence quelque part, d'autant plus qu'il m'a lui-même demander de lui dire quand j'ai besoin de quelque chose...

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Mer 3 Nov - 21:40



Désolé!
Nouvelle relation ;



Je n’en revenais pas, aucune remontrance. Là, c’est moi qui me sent mal. Je me fais tout petit. Je m’attendais a tout sauf à ça. C’est quand même flippant. Il y a un loup quelque part. Je cherche du regard ce qu’il peut clocher mais je ne vois rien. Étrange. En attendant je me fais petit, pas besoin d’en rajouter. Et oui je me fais passer pour oncle auprès de Grisha je ne savais pas quoi dire d’autre et certainement pas le chéri de tonton Valounet.
A son arrivé, le petit me fait la fête comme d’habitude, non de dieu je vais vraiment aimer ça l’idée de fonder une famille. Il me demande pourquoi j’ai une odeur bizarre, je lui dis la vérité mais sans l’effrayer tout en posant une main sur le crâne de sa tête amusé.

« Tonton Caël, doit soigner un vilain bobo, et le médecin a donné des médicaments qui sente mauvais. »


Je dis cela en me pinçant l’arrête du nez. Mon excuse est absurde, même ridicule. Elle  nous entraînes dans un fou rire. J’adore ce moment, j’en veux d’autre comme çà. J’ai même cru voir Val sourire un bref instant. Je fais le pitre avec le petit, mais c’est avant tout pour qu’il porte son intention ailleurs que sur ma blessure et qu’il ne s’inquiète sans pour autant lui mentir ou juste un tout petit peu.

Je suis Val en cuisine, lui donnant un coup de main. Dans la cuisine, je le laisse parler puis l’enlace par derrière. Je me rends compte avoir été stupide. Mais au moins il se confit. Plus qu’avant en tout cas et ça c’est un bon point. Ça veut dire qu’il me fait confiance. Je réalise ma bêtise et laisse couler une larme tout en restant silencieux. Je m’en fou que Grisha nous vois, au moins i voit quelqu’un qui aime l’homme des cavernes qu’est son oncle.Quand il me parle de sujet tabou, je pose mon front contre son dos et renifle. Moi qui voulait caché que j’avais légèrement pleuré c’est foutu.

«  Ce n’est pas vraiment tabou, mais avec mes parents nous sommes en froid, alors c’est compliqué d’évoquer le sujet . Je ne me sens pas prêt pour en parler, mais je le ferais, juste là non. »


Je lui prouve que je lui fais confiance et pour une fois ne fuis pas. Puis là, le choc, l’homme de néandertale se montre affectueux envers moi. Merde alors, cette situation est a vous faire buguer ce qu’il arrive a faire. Deux fois aujourd’hui en plus ! Crotte, j’ai oublié de m’essuyer les yeux. Quelle honte de pleurer pour rien. Je lui adresse mon plus beau sourire mais un vrai et sincère

«  Tu ne te débrouilles pas trop mal vieux fossile. Je te mettrais une tollée quand il faudra ne t’inquiète pas . Toi aussi, si je vais trop loin continue de me le dire d’accord. Parfois j’ai du mal à voir les choses si on me le dit pas. »


Je rêve là, il m’embrasse, enfin sur le front, mais c’est quand même un bisou sur front. J’ hausse un sourcil amusé et me contente d’un hum hum au lieu de faire le pitre comme d’habitude. Je me dirige vers la mini crapule  et m’instale près de Grisha pour l’aider dans ses devoirs. Il me raconte son aventure avec le salle gosse. Et la réaction de Val quand il la su. Je souris et hoche la tête pour approuver. Je me permets de conseiller Grisha sur une manière de répondre plus intelligente, sans juron qui a fait tout ses preuves. Cela permettra a l’enquiquineur de se faire avoir sans que Grisha  ne réplique face à ce petit con. Cette fois, je me permet d’être taquin avec val pour les devoir de Grissha.

« Bien sur chéri, on est déjà au travail. Je vais m’habitude a ce que tu me demandes enfin des service »


Non de dieux, cette discution avec Val était de loin la lus sympa de la journée même si c’était important et ennuyeux. On apprends enfin a se faire confiance. Grisha bute sur un problème de Math, ça fait 15 mn que je tente de lui expliquer en vain. Je souris, me lèves et vais piquer les tomates cerises de tonton val . Le petit  apprends les additions, je vais lui montrer comment calculer de manière intelligente et ludique et bingo, le gamin pige tout de suite. La fois d’après on recommence mais sans les tomates et mui montre avec le doigt. Et la c’est le jackpot, je fais ma petite danse de la victoire avec le môme qui maintenant enchaîne son exercice. 20 Mn après, il a fini ses maths, et fier va montrer ça à val et lui explique comment compter. JE ne peux m’empêcher de pouffer de rire de voir le mioche qui essait d’apprendre a compter a mon vieux pappy.




Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Ven 5 Nov - 17:56
Je déteste avoir peur, bordel !..
"Я похожа на медсестру?"

J'ignore ce que Grisha pense de voir un homme m'enlacer ou moi d'embrasser un autre homme, même si ce n'est que sur le front. Cela dit, j'ai déjà abordé le sujet de ma bisexualité avec lui. Bon, j'ignore s'il a réellement compris quelque chose mais au moins, il sait que j'aime autant les hommes que les femmes et que ce n'est pas tant le genre que la personne qui m'intéresse. Bien sûr, cette discussion a aussi mené à une autre, celle sur l'homophobie parce que je voulais qu'il soit conscient qu'il arriverait des fois où quelqu'un ferait une remarque ou des insultes parce qu'il voyait quelqu'un tenir la main d'une autre personne du même sexe ou parce que ces personnes s'embrasseraient... Même si j'essaie de faire des efforts avec Cael, je reste tout de même assez pudique devant mon neveu. C'est principalement pour cette raison que j'ai embrasser le renard sur la tête et pas sur la bouche même si je tournais le dos à Grisha. Il faudra sans doute qu'on ai une nouvelle discussion tous les deux, surtout si Cael passe souvent à la maison ou reste dormir. Cela étant, ça attendra que nous soyons seuls tous les deux, soit que mon loupiot fasse une remarque ou pose une question. En attendant, je dois me concentrer sur le repas, tout en écoutant mon p'tit bonhomme et mon... je sais pas quoi, discuter de problèmes de math et de la petite frappe avec qui Grisha s'est pris la tête aujourd'hui... Une scène très domestique qui me trouble un petit peu, sans parler du surnom que m'a servi le blondinet... Et je ne parle pas de cette histoire de "vieu fossile", non, ça, j'en ai l'habitude avec Jeremiah. Non, celui qui m'a arraché un grognement et fait lever les yeux au plafond, c'est son "chéri"... Comment il peut sortir ça aussi naturellement sans se sentir un minimum embarrassé ?!

Cela dit, je dois admettre que j'apprécie le regarder s'occuper de Grisha. Il le fait avec patience et douceur, il est bien moins gauche que moi, à croire qu'il a pris des cours avant de débarquer avec ses gros sabots sur le pas de ma porte... Je m'étais toujours dit que si un jour je trouvais quelqu'un, avec qui construire quelque chose, cette personne devrait accepté Grisha et le fait qu'il fasse partie de ma vie, même si au final, j'ai toujours eu du mal à me voir avec quelqu'un... Grisha est tout ce qu'il me reste de Kathya et David alors forcément, j'ai tendance à vouloir le protéger, sans doute même un peu trop... Cela dit, je n'avais jamais été plus loin dans ma réflexion mais je me rends compte en les regardant tous les deux que si vraiment, je finis par me caser, avec Cael si les choses fonctionnent, ou avec quelqu'un d'autre, je veux quelqu'un qui acceptera mon p'tit bonhomme comme il est, qui ne l'infantilise pas, qui puisse lui servir de guide autant que moi...

дядя1, regarde ! J'ai réussi...

Je viens tout juste de terminer de couper les légumes quand Grisha me rejoint, tout fier d'avoir terminé ses math. Je pose mon couteau loin du bord du plan de travail, m'essuie les mains pour le soulever et le poser assis sur le comptoir, tout en m'assurant qu'il ne tombe pas, pour regarder son cahier alors qu'il m'explique comment il est arrivé à calculer grâce aux explications de Cael. Ce dernier éclate de rire mais de mon côté, je suis aussi sérieux qu'un pape devant les explications de Grisha. Certes, ça fait bien longtemps que j'ai appris à compter mais pour mon petit garçon, c'est un sujet sérieux et de fierté. Une bouffée de tendresse m'envahi alors que je félicite mon p'tit gars pour son travail...

Очень хорошо, волчонок2. Я горжусь тобой3. Tu as le droit de manger 3 petites tomates en attendant que je termine de préparer le dîner et n'oublie pas de dire merci à Cael pour son aide, d'accord ?

Je lui ébouriffe les cheveux et l'embrasse sur le front avant de le redescendre du plan de travail pour le laisser filer rejoindre Cael sur la table du salon. Alors qu'il trottine pour rejoindre le blond qui l'attend encore pour la suite de ses devoirs et leçons, je ne peux m'empêcher de sourire devant l'empressement du garnement à rejoindre sa nouvelle idole. J'ai presque envie de prendre mon portable et de filmer la scène pour l'envoyer à ma mère et Kathya avant de me souvenir que ma soeur ne verra jamais cette scène parce qu'elle n'est plus là. J'inspire fortement, frapper une fois de plus par la douleur de sa perte et la colère qu'elle a engendrée. Si j'arrive à ravaler ma colère, c'est principalement pour Grisha, parcce qu'il ne comprendrait pas mon changement d'humeur et croirait certainement avoir fait quelque chose de mal. Mais pour ce qui est de la douleur... Même si elle me laisse tranquille la plupart du temps parce que je me concentre sur mes activités, mon travail et surtout Grisha, quand elle frappe, comme maintenant, c'est assez difficile de retrouver mon calme. Je lance vite fait la cuisson des légumes, les laissant compoter avant de me servir deux doigts de scotch que j'avale cul sec avant de rincer mon verre. Il en faudrait bien plus pour anesthésier ma peine mais ça fera l'affaire, au moins jusqu'à ce que Grisha aile au lit, sans compter que je pourrai me distraire en me concentrant sur autre chose.

En attendant que la cuisson avance, j'ai besoin de prendre l'air. Je passe dans le salon, caresse la tête de Grisha au passage alors qu'il range ses affaires, ayant terminé ses devoirs. Je me contente de faire un signe de la tête à Cael pour lui désigner le balcon sur lequel je me rends. Je ne l'invite pas à me suivre, j'ai besoin d'être un peu seul pour le moment... Je passe la porte-fenêtre et m'installe sur l'une des chaises de la terrasse, regardant droit devant moi, le regard dans le vide et tâchant de me concentrer sur autre chose que cette douleur qui me lacère la poitrine, que je tente de remettre dans sa boîte.

Je repense à ma conversation avec Cael... Peut-être qu'on ira dans le mur, peut-être pas mais il faudrait que je pense à lui demander de ne pas laisser tomber Grisha même si ça ne marche pas entre nous. J'ai été étonné aussi de le voir pleurer un peu plus tôt, j'ignore pourquoi ça lui est arrivé mais ce n'est pas le premier que je rencontre qui a des problèmes avec ses parents. S'il n'a pas envie d'en parler, ce n'est pas moi qui lui jetterai la pierre. J'en ai vu tellement dans mon boulot de flic que je suis bien placé que certains parents ne le sont que de nom... Et je ne parle même pas des parents humains rejetant leur enfant therian... Parfois, je ne comprends simplement pas le monde dans lequel je vis... Je ne comprends pas les parents qui battent leur gosses, les rejettent simplement parce qu'ils ne sont pas comme eux ou parce qu'ils font des choix de vie différents de ce qu'ils avaient imaginé. Je ne comprends pas les types qui battent et/ou insultent leur femme parce qu'ils ont eu une mauvaise journée ou perdu leur boulot. Je ne comprends pas comment on peut venir à haïr quelqu'un simplement parce qu'il ne correspond pas à nos idéaux, comment on peut tuer quelqu'un simplement parce qu'il vient en aide à d'autres qu'on juge trop différent, pas dans la norme... Parfois, je me sens vieux, tout simplement... Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là, l'esprit dans le vague, tâchant de ravaler ma peine, de la remettre dans sa boîte quand une petite main attire mon attention...

дядя1...

Grisha... Il ne dit rien mais je vois bien qu'il s'inquiète parce que je suis simplement là sur le balcon sans rien faire alors qu'il ne fait pas si chaud que ça. J'essaie de me reprendre...

Hey, mon grand... Qu'est-ce qu'il y a ?

Ouais, je noie le poisson, je ne veux pas l'inquiéter inutilement. Il a déjà bien assez à gérer comme ça pour son jeune âge sans avoir à gérer mes états d'âme. Je le soulève en me relevant pour rentrer pour qu'il reste au chaud.

дядя1, est-ce qu'il y a encore des cookies pour le dessert ?

Je lui souris mais je sais qu'il a peur de me demander ce qui ne va pas au cas où le problème viendrait de lui. Du coup, j'essaie de le taquiner, de le rassurer en le serrant un peu plus contre moi tout en l'emmenant dans la cuisine avec moi après vérifié ce que faisait Cael...

Tu penses déjà au dessert alors qu'on n'a pas encore dîner ? Dis donc, est-ce qu'ils se seraient trompé lors de ton identification ? On m'a dit que tu étais un loup mais j'ai plutôt l'impression d'avoir un petit glouton...

Je le chatouille un peu avant de le poser sur le plan de travail à nouveau. Je vérifie qu'il ne risque pas de tomber avant de vérifier ma casserole. Je tourne dedans tout en continuant à parler avec Grisha...

Si tu vides ton assiette au dîner, tu pourras avoir des cookies avec un lait chaud. Mais avant, goûte-moi ça, attention, c'est chaud...

Je prends une cuillère que je plonge dans la ratatouille pour en prendre un peu, je souffle sur son contenu avant de passer la cuillère à Grisha qui souffle encore dessus avant de tester du bout des lèvres la température. Il ressouffle dessus avant de la plonger dans sa bouche, mâchant bien avant d'avaler...

C'est bon ! Y a pas de viande ?

Comment voulez-vous rester morose devant ce gamin ? Je pouffe de rire avant de le descendre et de lui dire d'aller se laver les mains pendant que je cuis la viande et aide Cael à mettre la table pour le repas. Une fois le p'tit hors de vue, je regarde le renard, un léger sourire contrit sur les lèvres...

Désolé, de t'avoir laissé seul avec Grisha et merci de t'en être occupé...

Je n'en dis pas plus parce que honnêtement, je ne sais pas ce que je pourrais lui dire. Il sait que j'ai perdu ma soeur et mon beau-frère, il sait aussi que j'ai été aussi durement touché que Grisha même si ma réaction était très différente de celle du petit garçon. Grisha a pleuré et n'a pas compris tout de suite, moi, j'ai littéralement pété un cable. Seulement, je donne l'impression de m'être relevé et je ne sais pas si Cael pourrait comprendre ce qui a amené mon petit moment de déprime...

Traduction:

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Jeu 11 Nov - 21:12



Fais haaa tonton !
Nouvelle relation ;


Grisha ne semble pas s’inquiéter sur le fait que son oncle et moi sommes proche. Il semble au contraire approuvé et enthousiaste. Pour le moment avec Val on avance tout doucement, on est pas encore sortie en public juste tout les deux ou trois. Cela dit avec ma blessure, c’est compliqué. Vivement qu’elle termine de guérir celle-là.Cela dit en moins d’une semaine ça devrait aller, mais ca veut dire les quitter. C’est facile de s’occuper de Grisha. Le môme est facile, est sage et écoute ce qu’on lui dit. Je devrais parfois prendre exemple sur le mioche. Je jette un coup d’oeil a Val, j’ai un mauvais pressentiment. L’ais-je vexé avec mes petits surnoms ? J’irais m’excuser tout a l’heure mais la je vois que ce n’est pas le moment et le laisse tranquille. Quand Grisha va voir Val je sors mon téléphone et ne résiste pas a les prendre en photo. Photo que je garderai jalousement pour moi. Je suis de nouveau avec Grisha et pendant un instant je vois Val troublé, ca sent le roussi. Je prefere le laisser seul et finir avec Grisha, mais le voir comme ça me perturbe. Je m’absente un moment pour laisser Val et grisha tout les deux, je prépare les affaire du petit et revient quand c’est terminé. Quand nous sommes seul, c’est moi qui enlace Val, j’ai l’impression qu’il en a besoin. Je ne lui demande rien c’est moi qui prends la paroles en faisant un peu l’idiot mais en restant serieux

«  Je suis désolé pour les surnom « mon chéri » et « vieux fossile » je ne penserai pas que ca te mettrai dans un tel état. C’est promi tonton je ne recommencerai plus. »


Ma devise faire rire tout en étant serieux. Valentin peut le voir car je ne suis pas aussi rigolo que d’habitude. Je fais le pitre, mais on voit que c’est modéré.

« Je suis désolé aussi de mettre mêlé de l’histoire de Grisha et de l’autre mini emmerdeur. J’aurais du tenir ma langue. »


Le petit met du temps à revenir j’en profite pour en dire un peu plus sur Va.

« Mon vrai père, est mort avant que je naisse, celui qui m’a adopté n’est que mon beau père et un putain de raciste envers es theriens. Il en est un lui-même mais n’est pas capable de se transformer entièrement. »


Mon histoire n’est pas mieux mais çà permet de lui dire que je comprends ce qu’il ressent. De lui montrer que je suis prêt à en parler. Je l’embrasse sur la joue et lui donne un coup de fesse pour finir de mettre la table. J’ai  entendu Grisha venir et direction la table. Je place le petit a sa place et fait le pitre en mettant deux grand cuillères a cotes des oreilles de Grisha

«  Hey tonton regarde, on a un lapin à table. »


Je fais mon sourire ravageur et là on y échappe pas on part avec Grisha dans un fou rire. Je lève mon regard vers Val et lui fait un clein d’oeil. Bon la je fais vraiment le mariole je n’y peu rien c’est dans ma nature. C’est aussi le moyen que j’ai trouver pour ne pas penser trop longtemps aux choses triste. Puis quand on mange, je m’approche de val et regarde Grisha

«  Hey grigri regarde je donne a manger à tonton »


Je place ma cuillère devant la bouche de Val. Grisha se met a rire au éclats lui aussi. Au final l’atmosphère est détendu et on rit aux éclats . Même si on fait les zouaves, on ne renverse rien et on mange proprement. Grisha aillant fini son assiette veut lui aussi donner a manger a Val, L’ex flic n’y échappe pas. C’est donc Grisha qui donne a manger à tonton. Évidement, je film la scène et l’enverrai a ma future belle mère. C’est aussi ma réponse a son désolé de t’avoir laissé seul avec Grisha,


Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Ven 12 Nov - 12:32
C'est bon de l'entendre rire..
"Я похожа на медсестру?"

Dès que Grisha a quitté la cuisine, Cael me rejoint et s'excuse de ses petits mots, pensant que c'est ça qui m'a déprimé un moment. Il se trompe complètement même s'il tente de me remonter le moral du mieux qu'il peut, ce qui est toujours appréciable. Le plus étonnant dans tout ça, c'est que je le laisse faire. D'ordinaire, je ne laisse personne me réconforter, parce que je ne suis pas sans défaut, j'ai ma petite fierté qui m'empêche bien souvent de réclamer du réconfort auprès des personnes qui m'entourent. Je dois être fort pour Grisha et ma mère, c'est ce que je me suis toujours dit alors compter sur quelqu'un pour me relever dans mes moments de déprime, ce n'est pas mon premier réflexe. Cela dit, Cael a bien compris que quelque chose n'allait pas, même s'il se trompe complètement sur la raison mais ça me touche qu'il tente tout de même de me remonter le moral. Ca ne m'empêche pas de l'écouter, parce que ma mère m'a appris à ne pas interrompre les gens quand ils parlent mais aussi parce que, même si je ne suis pas un grand bavard qui s'étend facilement sur sa vie, je suis une bonne oreille. Malheureusement, la confidence de Cael à propos de ses pères ne m'étonne pas tellement. Ce n'est pas le premier dans cette situation et ce ne sera certainement pas le dernier tant que la situation entre les humains et les therians ne changera pas... Toutefois, je ne peux pas continuer à le laisser croire que c'est de sa faute si j'ai eu un passage à vide, ce ne serait pas juste pour lui...

D'accord... Écoute, ce n'est pas ta faute si... Si j'ai eu un moment de déprime. Crois-moi, j'ai déjà été traité de bien pire et j'ai l'habitude des mots doux de ma mère. Non, c'est juste que... Tu étais là avec Grisha à faire ses devoirs, à rire et... Sur le moment, j'ai pensé à filmer la scène pour l'envoyer à ma soeur, Kathya... Et puis je me suis souvenu que je ne pouvais plus le faire parce qu'elle... parce qu'elle n'est plus là...

C'est déjà assez difficile de parler de Kathya et David à Grisha chaque fois qu'il me le demande ou qu'il vient chercher du réconfort après un cauchemar, c'est l'exercice le plus difficile de ma vie mais je m'y plie parce que je ne veux pas qu'il oublie ses parents, combien ils l'aimaient et comment ils se battaient à leur façon pour que le monde soit un peu meilleur pour lui. Toutefois, parler du manque que moi, je ressens, ça je ne le fais pas. À vrai dire, je n'ai jamais vraiment eu le temps de faire mon deuil. Kathya et David sont morts puis il y a eu l'enquête des services sociaux, les funérailles, le boulot, ma démission, ensuite Grisha et pour finir le bar pour que je puisse avoir suffisamment de rentrée d'argent pour élever mon p'tit garçon, le nourrir, le vêtir et faire une épargne pour ses futures études s'il veut en faire... Je ne me suis jamais posé deux minutes pour pleurer la mort de ma soeur et mon beau-frère, je n'avais pas le temps... Alors, oui, parfois, il m'arrive d'avoir une baisse de moral, comme si mes batteries étaient soudainement à plat...

Parfois, j'oublie qu'elle et David ne sont plus là... Juste quelques secondes... Et puis je me souviens et c'est comme si je venais de les perdre à nouveau sauf que je ne peux pas craquer parce que Grisha ne comprendrait pas... Ou plutôt si, il comprendrait mais ça le rendrait encore plus malheureux...

D'après ma mère, je m'en demande trop, je me mets trop de pression et j'oublie de m'occuper de moi. Tu m'étonnes qu'elle ai adopté Cael aussi vite, je parie qu'elle espérait secrètement qu'on finissent par se caser ensemble. En ce qui me concerne, je veux juste faire du mieux que je peux pour Grisha, il sera toujours ma priorité. Je n'ai jamais laissé entré chez moi, du moins, personne qui ne connaisse déjà Grisha et je pensais que c'était ce qu'il y avait à faire, pour ne pas le perturber, pour qu'il soit sûr que je voulais de lui et qu'il n'ait pas l'impression d'être de trop mais en le voyant rire avec Cael, en les regardant faire les zouaves et surtout en voyant la patience et générosité de Cael envers Grisha, je me dis que j'ai peut-être fait une erreur. Parce qu'un jour viendra où mon petit garçon aura besoin d'autres personnes, parce qu'il devra se tourner vers eux et non plus vers moi, parce que je ne pourrai pas toujours le protéger contre la cruauté des gens et la noirceur du monde... J'aurais dû me rendre compte plus tôt qu'au lieu de vouloir entourer mon p'tit bonhomme de papier bulle, j'aurais dû lui apprendre à s'ouvrir aux autres, à s'entourer de bonnes personnes, à élargir son horizon... Je ne suis définitivement pas encore au point comme parent mais mieux vaut se rendre compte des choses trop tard que pas du tout et persister dans ses erreurs...

Cael décide de faire le pitre avec Grisha et très franchement, la distraction est la bienvenue. Cael n'a pas eu le temps de répondre à mes confidences mais ce n'est pas grave, de toute façon, qu'est-ce qu'il aurait pu dire ? Je ris avec eux, je grogne aussi quand vient le moment de passer à table et que le renard fait l'idiot et tente de me nourrir. Bon, pour Grisha, je me plie au jeu, je fais mine de faire le difficile mais dès que Cael tourne la tête vers Grisha, je fond sur sa fourchette, engloutissant son contenu, ce qui fait rire le petit garçon. Cela dit, j'ai hâte de voir Cael tenter de chiper quelque chose dans l'assiette de mon p'tit gars... Les therians ne sont pas partageur avec leur nourriture, surtout les plus territoriaux et Grisha l'est énormément quand il s'agit de la nourriture. On peut lui donner tout ce qu'on veut mais essayé de lui prendre quelque chose, c'est une autre histoire. La preuve, quand Grisha me donne la béquée, il ne plonge pas dans son assiette mais bien dans la mienne. Je fais mine de râler, que je suis un grand garçon et que je peux manger tout seul avant de finalement signaler à Grisha que ça lui fait de l'entraînement pour quand je serai trop vieux pour manger tout seul à cause de la tremblote et des dents que je n'aurai plus.

Si t'as plus de dents, ça veut dire que je pourrai manger tous les cookies tout seul...

Je fais mine d'être horrifié par cette annonce, ouvrant grand les yeux et la bouche comme si ce qu'il venait de dire était monstrueux.

Tu ne me laisserais même pas les cookies alors que je n'aurai plus de dents ? Ce n'est pas juste ça, je ne suis pas d'accord... Il faudra que je demande à Cael de cacher les cookies si tu ne veux m'en donner...

C'est au tour de Grisha de faire une expression scandalisée.

Tu ferais pas ça... Tu peux pas, les cookies c'est trop bon ! Tu peux pas me priver de cookies...

Ben et moi alors ? Parce que je serai vieux et sans dents, je n'y aurais plus droit ?

Il fait mine de réfléchir avant de se tourner vers Cael avec la mine d'un gamin puni injustement et à qui on vient de confisquer le jouet préféré...

Tu vas pas cacher les cookies, hein ? дядя1 est pas obligé de savoir que tu m'en donnes...

Et depuis quand mon p'tit garçon est aussi roublard ? Non mais vraiment, ce n'est pas moi qui lui ai appris ça. Cela dit, je serais curieux de voir si Cael est immunisé contre la moue du gamin, ce dont je ne suis pas certains...

Après le repas, je laisse encore une fois Cael et Grisha ensemble, juste le temps de débarrasser et de mettre la vaisselle dans le lave-vaisselle avant de les rejoindre devant la télé, Grisha bien installé entre le renard et moi, la tête sur mes genoux alors que ses jambes s'étendent sur ceux de Cael...

Traduction:

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Ven 12 Nov - 18:43



Fais haaa tonton !
Nouvelle relation ;


J’ébouriffe les cheveux de val quand il m’explique son coup de cafard. Au moins il exprime ce qui ne va pas et ne le refoule plus. C’est ce que je voulais qu’il accepte de faire. Si on doit avoir une relation, l’idéal est de passer par la confiance et quoi de mieux que de se confier plutôt que de tout garder. Je sens que ca lui a fait du bien. Et même si j’ai été gauche j’ai réussi à le détendre un peu. Je répondrais a Val plus tard quand Grisha ne sera pas là. Je sens qu’il à besoin de se libérer. Je lui passe une main dans son dos pour essayer d’être réconfortant. Val peut voir que je peux être sérieux quand il le faut. Je ris dans ma barbe quand Grisha d’une certaine manière traite Val de vieux. Grisha veut manger les cookies seul hors de question.

A mon tour, je tente de donner la bectée a tonton val mais en piquant dans l’assiette de Grisha. Évidement, le gamin sera resservie si jamais son assiette se vide petit à petit comme par magie sans qu’il y touche. Et ce n’est pas pour le manger moi. J’essaie aussi de détourner son attention pour ne pas que le petit réalise que je pique dans son assiette. J’ouvre la bouche pour que Grisha me donne aussi la bectée et je cache mon assiette. Là je fais l’air surpris

« Bah quoi, je n’y peu rien si elle s’est envolée. »


On fini le repas. Je ris en écoutant Val et Grisha sur les cookies. Au début je fais semblant d’être du côté de Grisha.

«  Hep hep, si je suis là ce jour là mon loupio, tu n’aura pas tes cookies tout seul, il est certain que ton oncle aura sa part et que je lui donnerai a manger avec grand plaisir »


A ce moment là, je fais un clein d’oeil suggestif à Val. Il aura bien vite saisit le lapsus. Heureusement que Grisha est encore trop petit pour saisir le sous entendu réel de mon affirmation.Je ris quand Val suggère de cacher les cookies. Je regarde Grisha et le rassure.

«  Ne t’en fais je t’en ferai plus pur toi mon grand, parce que tonton sera lent comme une tortue à manger les siens. Mais je cacherai que ceux de tonton Val, parce que je connais ton ventre mon grand. Tu va vouloir les lui chiper.»


Je me retiens de rire. Quand on se pose sur le canapé, je suis surpris que le gamin prenne ses aises avec moi. Je n’ai rien fait pour attirer les mômes. Je n’ai même jamais songé a en avoir. Ni a fonder de famille. Je hausse les épaules et laisse le petit devant son film. Je m’assure que le bambin soit plongé dans son film, pour voler un bisou a son oncle. J’ai juste oublié la petite glace devant nous. Heureusement que le petit n’a rien vu. A mon tour d’être gêné. Je rougis et détourne le germent la tête. Je me sens un peu con. Ça ne m’empêche pas de discrètement prendre la main de val et d’entrelacer nos doigts. Ça au moins c’est discret. J’ai essayé de retirer ma main en réalisant pour le miroir avant que val ne me repousse. Faut dire que devant un enfant, je ne sais pas comment me comporter. Dois-je me montrer, dois-je me cacher. Bon je saurais de toute manière si val se met a grognier ou s’il fait son regard assassin. Je suis toujours surpris par Grisha. Il sait que je ne vais pas rester longtemps ici pourtant il m’adopte comme si je faisais parti de la famille. Sa famille.

C’est l’heure de coucher Grisha, j’ai promis de lui lire une histoire pendant que val s’occupe du reste. Grisha saute hors du canapé, dis bonne nuit à son oncle pour filer comme une fusée vers sa chambre. Il pense même a se mettre en pyjama et à ranger son linge. Pendant 30 mn je lui lis son histoire. Je ne me suis même pas rendu compte que le petit s’était endormi. Je finis le border, et vais retrouver son oncle. Voilà un autre grand enfant à s’occuper. Je viens vers lui et l’enlace.

« Toi aussi, tu veux une histoire avant de te coucher »


Je lui souris et ébouriffe ses cheveux, je lui montre le canapé. Je crois qu’il a besoin de parler.

« Je me suis douté que tu pensais à ta sœur, tout a l’heure, c’est pourquoi je me suis permis de faire le pitre à table, pour éviter que Grisha s’inquiète. C’est normal de penser à eux. Tu éduques tout seul leur fils.»


Voilà que je prends mes aises avec le garçon. Je me passe la main dans les cheveux totalement gêné. Je pose mon regard sur Val. J’espère ne pas l’avoir offensé.

« Je, si je vais trop loin avec Grisha, ou prends trop mes aises, fais le moi savoir. Je comprendrais, c’est normal. »


Je donne un coup de coude à val.

« Tu fais un super papa, tu n’as rien a te reprocher. Dis-toi, sans toi que serait-il devenu ? Hein, il faut du courage pour élever un enfant surtout quand ce n’est pas le sien. Enfin, je suppose. »


Bon, je pense que je vais arrêter là, j’ai pas envie de plomber la soirée. Je veux juste lui faire savoir que des coups de blues comme ça, il en aura souvent, mais que maintenant, il ne sera plus seul pour les assumer. Je regarde Val avec une moue enfantine et des yeux de chien battu.

«Tonton, fais-moi un sourire s’il te plaît. »


Il notera que je ne l’ai pas appelé vieux fossile ou Mr grognon cette fois. Mon grand garçon a besoin d’être rassuré et c’est ce que j’essaie de faire. Il le fait pour Grisha, mais qui s’occupe de lui et de son bien-être. Pas grand monde.


Valentin Reznikoff

Messages : 50
Date d'inscription : 30/08/2021

Profil Personnage
Profession : Barman
Race : Humain
Valentin Reznikoff
Valentin Reznikof

Sam 27 Nov - 15:12
P'tit con... sourire
"Я похожа на медсестру?"

On a caontinué à faire les pitres à table, on s'est installé dans le canapé pour regarder la télé, Grisha a eu ses cookies et maintenant, c'est l'heure d'aller au lit. Je m'en serais bien occupé mais Cael me devance sous prétexte qu'il lui a promis une histoire. Je ne discute pas, ça me laisse un moment pour moi. Tandis que je range le plat de biscuits et le verre de mon petit garçon, me voilà reparti dans mon introspection. Ca m'arrive souvent depuis que j'ai Grisha avec moi. Je réfléchis sur ma façon de l'élever, sur ce que je dois faire, j'essaie aussi de réfléchir à la façon dont Kathya et David auraient voulu que j'élève leur petit garçon. Bien sûr, ils ne sont plus là pour répondre à mes questions et je ne peux que me demander si je m'y prends comme il faut avec ce petit bout d'eux qu'ils m'ont laissé. Je me suis rendu compte que je couvais un peu trop Grisha, que je ne l'aidais pas vraiment à se préparer au monde qui l'entoure. Il va falloir que ça change mais j'ignore encore comment faire.

Je retourne au salon, diminue le son de la télévision sans vraiment la regarder, toujours plongé dans mes réflexions quand Cael revient de la chambre de Grisha et se coule dans mes bras que je referme sur lui sans vraiment y penser, juste par automatisme parce que mon p'tit gars fait la même chose quand il a besoin d'un câlin. Sa question me tire de ma rêverie et je lui lance un regard en coin qui se veut à la fois amusé et sceptique. Franchement ce p'tit con a le chic pour me surprendre, même si c'est pas toujours de la bonne façon. Toutefois, il redevient sérieux assez rapidement...

Je sais que c'est normal de penser à Kathya et David, c'est juste que c'est plus difficile de le faire quand j'oublie qu'ils ne sont plus là pour m'en souvenir un instant plus tard. Ce n'est pas comme s'ils étaient morts de vieillesse ou d'une maladie, je n'ai pas eu le temps de me préparer ou de leur dire au revoir, ils sont simplement disparus... Et tu es génial avec Grisha, tu fais des trucs avec lui que je suis pas fichu de faire, tu le fais rire si facilement... C'est juste que...

C'est juste que chaque fois que Grisha est heureux, j'aimerais partager ça avec ses parents et que je ne peux plus le faire. Je sais que je suis trop sérieux, j'ai dû grandir plus vite que la moitié des gosses de mon âge quand mon père est décédé, je n'avais pas le temps d'être un petit garçon, du coup, j'ignore totalement comment faire avec Grisha. Bien sûr, il arrive que je joues avec lui à ses jeux de société, qu'on aille au parc, je lui lis une histoire avant de l'endormir ou on discute un peu, je lui fais des câlins mais je n'ai jamais fait le pitre comme Cael le fait pour le simple plaisir de le faire rire, s'amuser... Je ne sais pas comment on fait. Alors quand Grisha est heureux, comme il l'a été aujourd'hui, j'ai le réflexe de vouloir partager ça avec ses parents, leur montrer que finalement, on se débrouille pas si mal et puis vient le moment inévitable où je me souviens qu'ils ne sont plus là... Ca m'assomme comme une masse, ça me laisse le coeur douloureux et en colère, ça me scie presque les jambes, sauf que je dois tenir pour ce petit garçon qui sait déjà trop bien que ses parents ne sont plus là... Je me défoule au sport pour tenir le plus longtemps possible, parfois je bois un verre pour repousser la douleur ou je m'isole un moment parce que je n'ai pas le droit de craquer, je dois être fort et tenir pour ce petit garçon qui n'a rien demandé. Je sais qu'il s'inquiète facilement quand je n'arrive pas totalement à cacher que je vais mal, je sais que ma mère s'inquiète aussi, elle a peur que je refoule trop les choses...

Je ne suis pas un père si bien que ça, Cael. J'adore Grisha, il sera toujours ma priorité mais... C'était plus facile d'être un super tonton quand Kathya et David étaient là. Maintenant, je n'arrive même plus à faire la moitié des choses que je faisais avec lui avant... J'ai peur de ne pas le protéger assez et en même temps, je sais que je le protège trop, j'ai peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas faire ce qu'il faut... Ca fait deux ans qu'il est avec moi et jusqu'à ce que tu débarques, il n'a jamais passé de temps avec quelqu'un d'autre que sa famille. Ses copains de l'école ne comptent pas vraiment, il ne les voit que là-bas et de temps à autres quand l'un d'eux l'invite à un goûté d'anniversaire mais jamais en dehors de ses moments là, il ne fait jamais de caprice ou de bêtise comme le font les gamins de son âge... Il me surveille toujours comme s'il avait toujours peur que je ne veuille pas le garder et je ne sais pas quoi faire pour changer tout ça...

Cael peut bien demandé que je lui fasse un sourire, j'en suis incapable. Grisha n'est plus là pour s'inquiété et mon coup de blues me rattrape. J'ai fait bonne figure tant que le gamin était là, maintenant je peux laisser tomber le masque, du moins dans une certaine mesure. Je ne me fais pas confiance pour craquer complètement. Je soupire et laisse retomber ma tête sur le dossier du canapé. Ma mère, Nearra, et maintenant Cael, ont beau essayé de me rassurer, mes insécurités en tant que parent sont toujours là et je ne sais pas comment m'en débarrasser. Maintenant que j'y pense, c'est peut-être justement pour ça que Grisha n'arrive pas à me croire quand je lui dis que je compte bien le garder. J'en sais rien en fait et ça me prend la tête autant que le reste.

Tout ce que je veux, c'est qu'il soit heureux...

Ma tirade se termine là. Je n'ai rien d'autre à dire, surtout parce que très sincèrement, c'est toujours la même chose qui me revient à l'esprit : Et si je ne faisais pas ce qu'il faut... Je ne pense même pas à moi, principalement parce que personnellement, je n'ai pas besoin de grand chose et je sais comment prendre soin de moi, du moins, j'en suis convaincu. Certes, je ne suis pas casé... Enfin, si ? Peu importe, ce n'est pas le plus important, ou peut-être que si en fin de compte. J'en sais rien. Je ne sais même pas si je fais ce qu'il faut pour Grisha alors construire une relation ? C'est bien pour ça que je ne suis pas sûr que ça marchera avec Cael. Mon esprit est entièrement focalisé sur mon p'tit gars alors, qu'est-ce que je pourrais bien apporter au renard ? Je me dis que j'ai peut-être accepté un peu vite quand il m'a fait sa proposition, si je passe tout mon temps à ne penser qu'au bien être de Grisha, est-ce que j'aurai encore assez de temps à lui consacrer ? Est-ce qu'il ne va pas finir par m'en vouloir de ne pas le faire passer en premier ? De ne pas lui consacrer tout mon temps ? Je ne sais peut-être pas vraiment comment on fait pour bâtir une relation mais je suis sûr que ça ne marche pas si ce n'est basé que sur du sexe et je ne suis pas sûr de pouvoir lui offrir autre chose...

Tu vas finir par m'en vouloir...

Je redresse la tête pour regarder Cael, pas loin de faire machine arrière pour ce qui est de ma décision d'essayer de sortir avec lui. Je me retiens pourtant de lui dire et je ne sais même pas pourquoi. Ce serait pourtant plus honnête de lui dire plutôt que d'attendre qu'il finisse par se barrer parce que je n'aurai pas sû lui donner ce qu'il veut. Ca lui éviterait aussi d'être blessé, après tout, il ne me connais pas tellement puisqu'il n'a vu de moi que mon côté professionnel et peut-être un peu de ma manière d'être en privé depuis qu'il est en convalescence chez moi...

дядя1 !

J'allais ajouter encore quelque chose mais le cri de Grisha m'en empêche. J'écarte aussitôt Cael de moi, sans vraiment faire attention et je file sans attendre dans la chambre de mon petit garçon que je trouve en larme, suffoquant presque à cause de ses sanglots. Une vue qui m'arrache le coeur, surtout quand il tend ses petits bras vers moi. J'allume la lampe de chevet et l'attrape pour le poser sur mes genoux alors que je m'assieds sur son lit, le cajolant, lui frottant le dos, essayant de le rassurer, le berçant... Ca faisait quelques mois qu'il n'avait pas fait de cauchemar et j'avais bêtement pensé que peut-être il n'en ferait plus. Ses petites mains s'accroche à moi, son petit corps est secoué par la violence de ses sanglots et tout ce que je peux faire, c'est le serrer contre moi et lui dire que je suis là... Une ombre à la porte de la chambre de Grisha attire mon attention et relevant la tête, je vois Cael qui se tient là, nous observant l'air de ne pas savoir quoi faire... Passant les jambes de Grisha autour de ma taille, je me relève et sors de la chambre avant de m'adresser à Cael...

Tu veux bien éteindre la télé avant de nous rejoindre dans ma chambre ?

J'ai l'habitude de laisser Grisha dormir avec moi quand il fait des cauchemars et je ne peux pas le faire dans le canapé. Cael aussi a besoin d'un lit pour récupérer correctement alors exceptionnellement, on dormira tous les trois ensemble... Je rejoins ma chambre m'installe dans le lit, assis contre la tête de lit, continuant de consoler mon petit garçon que j'ai recouvert avec la couette, attendant qu'il se calme pour lui demander qu'il me raconte son cauchemar...

Traduction:

© ASHLING POUR EPICODE


Cael Hunter

Messages : 26
Date d'inscription : 26/08/2021
Cael Hunter
Cael Hunter

Ven 3 Déc - 23:37


Tu peux craquer avec moi
Nouvelle relation ;

Dans les bras de Val, je pose ma tête sur son épaule et lui dit sérieusement.

« Tu sais, c’est facile de faire des trucs avec Grisha, il suffit juste de les faire. En plus, il est pas difficile pour un clou. Et si tu veux, je pourrai t’accompagner si tu veux tester des trucs avec le mioche. »


Je n’insulte pas Grisha, j’encourage Val a passer plus de temps avec lui. Je n’hésiterai pas à m’effacer pour que les deux profitent du moment. Je pose ma tête sur l’épaule de Val.

« Disons que je sais ce que Grisha peut ressentir dans un sens. J’ai des parents que je ne vois pas, papa nous a rejeté . Avec Eli, on a dû apprendre à vivre tout seul. Du coup, c’est terrible de savoir qu’on a des parents qu’il n’est pas possible de voir. Et le faire rire, c’est une façon de palier au vide. Et de détourner son intention. Surtout si toi aussi, tu as besoin d’attention. »


Je souris a Val, je le taquine un peu avec mes mots, mais c’est la façon que j’ai trouvé pour remonter le moral des troupes. Val en sait un peu plus sur mon passé. S’il me pose des questions, je lui en parlerai, mais pour l’instant, ce n’est pas moi qui ai besoin de soutien. Je passe ma main sur le visage de Val.

«  Je vais t’éduquer a faire le con avec Grisha, en plus, ça va t’aider aussi et on va décoincer tout ça d’accord ? Tu verras ce n’est pas compliquer. Grisha est petit, c’est facile de le faire rire.  Et bien, il est temps de commencer a dénouer tout ça qu’en dis tu ? S’il a un copain a l’ école qu’il aime bien, fais le venir, tu verras s’ils s’entendent bien. Tu sais ce n’est pas trop pour essayer. Puis toi tu te décoinceras avec lui. Et peut-être qu’il te surveillera moins. Et plus tard ça l’aidera à aller vers les autres ^^ »


J’étais là, autant que Val ose se lâcher enfin. Puis je baissais la tête pensant aller trop loin. De quel droit je me mêlais de l’éducation de Val avec Grisha. Mais j’étais vraiment sérieux, en plus, ça se trouve mes idées étaient nulles et Val allait me remettre en place. Je lève le visage vers Val et le fixe dans les yeux.

« Hey, tu as le droit de craquer quand on est tous les deux, tu n’as pas besoin d’être fort constamment. En plus, ça doit être tellement épuisant. Et qui te jugeras ? Moi pff ? Grisha encore moins. »


Je garde Val contre moi, ne disant rien, juste le prends dans mes bras. S’il veut se lâcher, il peut. Je suis peut-être un con excentrique, mais je sais écouter. Avec moi, les gens n’ont pas besoin de porter de masque. A quoi ça sert de toute façon d’être faux. C’est ce que j’essaie de faire comprendre a Val.

« Hum, si tu veux quand Grisha sera à l’école, et que tu auras un moment, on pourrait sortir se balader, ça te viderait l’esprit. »


Val a tout les atouts en main, plus qu’à faire les premiers pas.

« Il l’est rassures-toi, il ne serai pas si épanoui sinon. »


Je vois Val repartir dans ses pensées, hors de question, je lui lève le visage et l’embrasse. Je ne cherche pas a le provoquer, juste le rassurer. Puis maintenant il n’est plus seul. Il peut parler avec moi. Être juste lui-même. Je n’ai pas besoin de quelqu’un qui porte un masque. Après le baiser, je le regarde surpris.

« Pourquoi t’n voudrais-je ? Une relation ce n’est pas que du sexe ? C’est avant tout apprendre a se connaître non ? Et j’aime ce que je vois. Je vois quelqu’un de fort, qui donne tout pour son garçon. Tu sais même se montrer faible est une force, il n’y a pas de honte a l’être de temps en temps. »


Et là, c’est moi qui me tais, il risque de me trouver lourd a force. Je me dégage de ses bras et replace une mèche de cheveux. J’espère l’avoir soulagé au moins un peu. Le cri de Grisha me fait sursauter, je laisse faire val, ne comprenant pas moi-même ce qu’il se passe. Cette vue me déchire le cœur, je n’aime pas les voir ainsi tout les deux. Je les laisse un moment et obéi à Val quand il demande pour la télé. Dans un premier temps, je laisse val avec Grisha dans la chambre et vais les rejoindre un moment après. J’hésite à m’installer avec eux, mais quand je vois le regard de Val ne ne rechigne pas et obéi. Je vais de l’autre côté. Quand Grisha est un peu calme et val aussi, je me mets a chantonner. Cette chanson m’apaise quand je fais un cauchemar, j’espère que ça les aidera. Je prends les mains de val et Grisha espérant apaiser mes deux hommes. Je n’ai pas une voix extraordinaire pour chanter,mais je ne chante pas faux, c’est déjà ça.  Je m'endors le dernier, une fois que je me suis assurer que mes deux compères aient fermé les yeux. Le lendemain je me réveil le premier prépare le déjeuner que j'apporte au lit. Je me glisse a nouveau dans le lit attendant que le petit bon se reveil. Je ne me gêne pas d'observer ma belle au bois dormant et de le prendre en photo discrétement. Je mets la photo en fond d'écran. Grisha se reveil enfin, il se cale contre son oncle, je trouve ca adorable. je l'embrasse sur la tête et laisse le gamin se reveiller. Après que tout le monde ai déjeuné je propose a Grisha de nous raconter son cauchemard. Je lui explique que des fois parler fait partir les mauvaises choses.



Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: