Le deal à ne pas rater :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : où l’acheter ?
Voir le deal

The Night We Met [Kallen]
 :: Zone RP - Downtown :: The Loop :: Looper Bar

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Lun 24 Jan - 19:00



Elle est pulpeuse, comme il ne les aime pas.
Petite et langoureuse, avec un flot de cheveux blonds laissés libres jusqu’au milieu de son dos et des yeux verts. Il danse avec elle juste par principe. Parce qu’elle est avec la rousse de son frère et que ça l’a fait sourire, avant qu’il ne disparaisse dans la foule avec elle sans se préoccuper davantage d’avec qui Avis passe un moment.

Ils sont venus ensemble, danser et prendre du bon temps. C’était l’envie d’Avis mais Ash n’a jamais été contre une soirée rallongée. Sur fond d’une musique festive ou bien plus tendre, comme celle qui vient d’être lancée.

Avis s’échappe quand ses mains glissent de sur son tee-shirt à son jean. Il abandonne sa partenaire sur place, sans remords, pour se diriger vers le bar auquel il vient s’accouder. À côté d’un homme aux cheveux châtains dont le regard, après quelques secondes, se tourne vers le sien.

Avis y plonge.
Sans une hésitation.

Il s’y glisse, s’immisce sans honte dans ces couleurs qu’il n’identifie pas correctement avec les lumières changeantes tout autour. Alors qu’un sourire sur lequel flotte une pointe de son arrogance apparaît sur ses lèvres. Mêlé à cette lueur effrontée qui le caractérise si bien, puis il se détourne pour interpeller le barman d’un simple mouvement de main.

“Un Rhum & Coke.”

Sa voix est grave et tranquille, comme le sont ses anthracites qui courent sur les différents visages alentours. Sans se presser, il s’attarde de nouveau sur son voisin de comptoir dont il retrace lentement le profil avant de descendre sur l’écharpe autour de son cou. Un instant, dans un désir purement égoïste, il voudrait le voir la retirer. Juste pour caresser du regard la peau blanche de sa nuque.

Pourtant, à l’instant même où cette pensée fleurit son esprit, son regard s’éloigne déjà et tout l’intérêt qu’il pouvait lui porter s’évanouit. Une seconde après, Ashley est là. Son torse collé à son dos et ses bras passés autour de son cou, alors que son visage se pose sur son épaule. Et son sourire se fait plus doux, quoique plus malicieux, également.

“T’as paumé ta rouquine ?” Il sourit davantage encore. “Non, laisse-moi deviner. Tu veux une capote.” Il ricane. Et Ashley lui fait écho. “Elle m’a filé un truc, si tu savais... J’ai jamais plané aussi haut.”

Avis se décale pour observer les pupilles trop dilatées de son petit frère. Le sourire béat qui étire sa bouche. Mais surtout cette innocence qu’il dégage, à ce moment.

“Je t’emmène dehors et je t’appelle un taxi, ok ?” S’ils étaient seuls, Avis repousserait la mèche brune qui caresse sa joue pour la coincer derrière son oreille. “Ça va aller, Atlas va me ramener. Je devais juste te prévenir.” Il hoche la tête. Portant jusqu'à ses lèvres son verre tout juste arrivé, dont il avale une simple gorgée. “Si ton cul prend toute la place dans le lit quand je rentre, tu finis la nuit sur la terrasse.” Riant une nouvelle fois, Ashley lui plante un baiser sur la joue avant de le laisser là.

Il l’observe, du coin de l’œil, rejoindre Atlas, l'un de leurs gars. Dont le regard se verrouille au sien juste le temps qu’il faut pour qu’Avis s’assure que son frère arrivera bien à l’appartement. Pas qu’il doute en Atlas, non, pas vraiment. Mais c’est Ashley qui se pend à son bras. Son précieux petit frère.

Dans un soupir, Ave revient à son verre. Fouillant machinalement la poche de sa veste en cuir pour en sortir une clope qu’il porte à sa bouche, sans l’allumer. Ce n’est pas l’envie qui lui manque, pourtant. Juste pour faire s’étouffer le pauvre barman et le voir venir lui rappeler les règles. Dont il se moque éperdument, pour dire vrai.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Dim 30 Jan - 23:27

The Night We Met
Il parle à Jude sur le chemin du retour. Ils ont pris l’habitude malgré le décalage horaire lorsque Kallen rentre du boulot. Elle lui raconte sa vie en Californie. À l’ordre du jour, les cravates immondes de son prof et les initiations des nouveaux sur le campus. La nostalgie embraye cependant bien vite et ils se mettent à dériver sur les quatre cent coups de leur époque du lycée, puis au bout d’un long silence, Jude lui demande ce qu’il prévoit faire de sa soirée. Il lui répond ce qu’elle sait déjà, à savoir pas grand chose, conscient qu’une idée lui trotte derrière la tête.

-Allez, on sort ! Arrête-toi dans le premier bar sur ta route et raconte-moi la vie des gens depuis le comptoir.

-T’es sérieuse ? On n’a pas fait ça depuis des années.

-Chiche, Galloway.


Il roule des yeux et se met à porter attention aux enseignes. Il y a longtemps qu’il ne questionne plus les folles propositions de Jude. Elle lui manque d’ailleurs, raison pour sa capitulation rapide. Il ne met pas longtemps avant d’apercevoir ce qu’ils cherchent et se gare un coin de rue plus bas. Jude passe des hauts parleurs du véhicule à l’écouteur dans son oreille. Kallen enroule une écharpe autour de son cou pour dissimuler le fil et passe la porte du Looper. Un sourire se dessine sur ses lèvres en respirant la première bouffée d’air à l’intérieur.

-Je suis sûre que tu tires encore ta tête bizarre, arrête ça.

-À qui la faute ?


Elle rit à l’autre bout du fil et il s’avance vers le bar en regardant autour de lui. La lumière tamisée, les corps qui dansent. Il pose ses avants-bras sur le comptoir pendant que le barman termine de servir des cocktails colorés à deux clients. Dans son attente, Kallen sent le poids d’un regard sur lui et tourne la tête. Une paire d’yeux gris se fixe sur lui, et le brun les soutient sans battre un cil. Quelque chose semble amuser son vis-à-vis, mais celui-ci n’en dit rien et commande plutôt un rhum and coke alors que dans son oreille, la voix de Jude le rappelle à elle.

-Kal ? Kaaaaal ?

Il demande une bière au barman pour faire comprendre à sa cousine qu’il est en train de s'installer. Jude lui rétorque qu’elle vient de s’asseoir à une terrasse près de la plage avec un mojito. De son côté, Kallen aimerait bien que sa bière arrive, ou que ce qui brûle les lèvres de son voisin en passe la barrière, or ni l’un ni l’autre ne se produit. Un garçon débarque et Kallen coule un regard vers eux. Il le pense ivre au début, mais la conversation lui révèle le contraire et il en oublie de prendre sa bière lorsqu’un étrange silence résonne jusqu’à la côte Ouest du continent. Dans son oreille, la voix de Jude s’élève, incrédule.

-...Est-ce que t’es dans un bar gay ?

Kallen se le demande aussi, alors qu'il se penche pour murmurer dans le micro.

-À quoi je suis censé reconnaître ça ?

Jude pouffe de rire.

-Ben, est-ce qu’ils s’embrassent ?

Nouvelle envie de rouler des yeux. Il ne va tout de même pas leur jeter un autre coup d'œil, mais il n’en a pas besoin, le son ne trompe pas. Ni une ni deux, la main de Kallen se referme sur la bouteille dont il vide la moitié en trois longues gorgées. Quand il la repose et rouvre les yeux, le barman s’alarme de la cigarette au bec de son voisin en quête de briquet. Pragmatique, Kallen remarque d’un œil avisé.

-C’est le cendrier qui va te manquer.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Lun 31 Jan - 13:13



-C’est le cendrier qui va te manquer.

Lorsque la voix perce au dessus de la musique qui bat son plein, Avis lève un sourcil avant de tourner un regard curieux vers l'homme à ses côtés à qui elle appartient.

Il marque un point.
Peut-être même un second pour l'entrée en matière qui aura su le dénuer de sa superbe le temps de quelques secondes. Pris dans une surprise pure qui l'aura laissé sans sourire, sans arrogance, sans cet air de jeune prince qui tient le monde entre ses mains. Et quand Avis sourit, c'est d’abord avec un semblant d’humilité. Comme s’il lui accordait cette première victoire alors qu’il prépare déjà sa contre-attaque.

“Je pourrais très bien utiliser le comptoir, pour ça.”

Il joue avec la clope entre ses doigts sans détourner les yeux du visage de son vis-à-vis qu’il scrute sans aucune gêne. Il se payerait même sans doute le culot de l’en empêcher, si l’autre tentait de s’y soustraire, pour parcourir encore et encore l’arrête du nez, la courbe de la mâchoire, et embrasser du regard les cicatrices pâles qui s’étirent sur la peau fine.

“Impressionnantes, tes cicatrices.”

Il laisse tomber d’un seul coup, alors que la clope disparaît dans sa poche de nouveau, rangée sagement jusqu’à ce qu’il ressente de nouveau l’envie de la sortir. Préférant ensuite amener son verre à ses lèvres et laisser glisser le mélange brûlant au creux de sa gorge.

Elles sont cachées sous sa chemise, les siennes.
Sous ses tatouages multiples.

Mais elles sont bien là. Il y en a une fine, juste à la base de son poignet, et d’autres qui s’ajouteront encore au fil de ses combats. Et lui ? C’était quoi ? Avis avise celle qui franchit le nez sans jamais penser qu’il peut le gêner, le blesser, sans se dire que ça se fait pas, il le fait sans réfléchir comme si c’était normal.

Pour lui, faut dire, ça l’est.

On l’a tellement questionné sur les siennes. Et sur sa peau d’encre noire. On l’a tellement adoré, complimenté. Alors que c’est simplement la vie qui n’a fait que le marquer. Comme elle a marqué l’autre, et la curiosité l’oppresse tandis qu’il plisse légèrement les yeux, semblant réfléchir.

“L’autre type devait être en colère, en tout cas.”

Ashley lui dirait de fermer sa gueule s’il était là. Plus poli que lui. Moins marqué, aussi. À une époque où le jeune Avis Green gagnait ses premières cicatrices, la peau de son frère restait blanche et enviable, douce et belle comme les plumes diaphane d’un cygne majestueux. À une époque où il apprenait à se défaire du regard des autres, effrayé parfois, souvent gêné, sur ces marques sur sa peau, Ashley devenait honteux des questions posées sans plus savoir où se mettre.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Jeu 3 Mar - 2:13

The Night We Met
Ça lui paraît évident, il ne comprend pas pourquoi l’autre a l’air surpris. Les lieux publics n’autorisent plus les gens à fumer à l’intérieur depuis des années. L’information semble faire son chemin derrière le regard de son interlocuteur, avant que la rétorque ne fuse d’entre ses lèvres avec nonchalance. Le barman étant trop occupé avec sa clientèle pour s’arrêter sur le sort de son comptoir, il en revient à Kallen d’intervenir, cette fois avec un peu moins de pragmatisme en tête, seulement les yeux du brun s’attardent si ouvertement sur son visage que l’américain préfère reprendre une gorgée de bière en se tournant de profil. Il résiste à l’envie de lever une main dans ses cheveux pour lui barrer la vue, certain de sentir arriver la question sur ses cicatrices.

Quand l’autre opte finalement pour une remarque, Kallen ne dit rien. Il a très bien conscience de la place que prennent les marques sur son visage, de même que du contraste de leur blancheur sur sa peau bronzée de tout le temps qu’il passe à l’extérieur. Jude a déjà essayé le fond de teint pour les dissimuler, mais quinze minutes à se fixer tous les matins dans le miroir a eu tôt fait d’agacer Kallen qui a fini par laisser tomber, et il aimerait bien que le type à côté de lui en fasse autant, au lieu de quoi il passe un second commentaire. Sa curiosité ne fait aucun doute, pourtant il ne pose aucune question directe, et pour ça Kallen accepte au moins de lui répondre.

-Ouais.

Si l’autre se croit capable de deviner l’histoire, il risque moins d’être enclin à la demander. Ce n’est toutefois pas quelque chose qu’il tient à vérifier.

-Je dois aller passer un coup de fil.

Il envoie son pouce par-dessus son épaule en direction de la sortie, dépose un billet et attrape sa bière pour s’y diriger. En chemin, il sort son téléphone de sa poche et raccroche la communication avec Jude. Elle le connaît, il sait qu’elle ne lui en voudra pas. Repassant la porte, il se décale vers le mur extérieur et y appuie son dos. Ses yeux se lèvent sur l’enseigne. Il repense à sa conversation avec Jude, mais rien ne lui indique qu’il s’agit d’un bar gay. Peut-être qu’il devrait sortir plus souvent et apprendre à connaître la ville en dehors du trajet entre le port et la maison de sa tante, ça lui éviterait des surprises.

Kallen sort un paquet de clopes de sa poche et en glisse une entre ses lèvres avant de le ranger. Le tabac accompagne toujours bien l’alcool en soirée. D’un geste du pouce, il fait apparaître une flamme de son briquet et la cigarette s’allume comme une luciole dans la nuit. Il prend une bouffée et l’expire en tendant le cou vers le ciel. Il a l’habitude de contempler les étoiles, mais à Chicago le smog les rend impossibles à voir. Est-ce qu’il a bien fait de quitter l’Alaska ? Les jours passent et il n’a toujours pas la réponse à sa question. Jude mène assurément une vie bien plus palpitante que la sienne. Il a cru que déménager de chez lui et changer d'état lui donnerait un choc, un tournant à sa vie. La réalité est beaucoup plus banale : rien ne change.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Mer 23 Mar - 14:25



-Je dois aller passer un coup de fil.

Un éclair contrarié passe sans aucun doute au creux de ses yeux gris. Pas qu’aucun de ses interlocuteurs n’ait jamais pris congé de la sorte, même s’il est souvent le premier à se barrer, mais ce soir ça l’agace. De voir le corps souple s’enfuir, bière à la main, alors que son verre presque plein trône avec arrogance devant lui.

Avis le termine d’une traite. Sans grimacer au passage de l’alcool au creux de sa gorge, qui mord et brûle puis s’atténue tout aussi rapidement. Il écrase d’une main quelques pièces sur le comptoir avant de se frayer un chemin parmi les corps d’Hommes qui se meuvent tout autour de lui, jusqu’à la sortie. Où l’air lui paraît d’un coup glacial, assez pour qu’il serre les pans de sa veste autour de son corps tandis que son regard recherche rapidement la trace de son interlocuteur.

Qu’il trouve, évidemment.
Une clope aux lèvres, comme lui quelques minutes auparavant.

Avis le rejoint. S’invite sans demander d’accord. S’adossant au mur, non loin de lui, avec sa propre cigarette qu’il visse à sa bouche. Sans un regard.

Ses yeux gris courent plus au loin, sur les ruelles noires qui s’étendent entre les rues animées de personnes comme eux. Comme lui. Qui rient, enivrés par ces quelques grammes d’alcool qui filent dans leur sang, titubant de joie. Ils ont sûrement trop bu. Ou pas encore assez pour se sentir mal et regretter cette soirée au lendemain matin. J’ai jamais plané aussi haut. Ou bien comme Ashley. Un peu d’euphorie en poudre, qu’on prend avec un verre, pour vivre la meilleure soirée de notre vie.

Si seulement il planait, lui aussi.
Il débiterait un tas de conneries, un sourire éclatant vissé sur son visage. Serait sûrement trop tactile, aussi.

Les fois où Avis avait plané, il s’était arrangé pour que ce soit en sécurité. Auprès d’Ashley seulement, ou au contraire très loin de lui et de la famille, pour que ses baisers égarés ne soient pas la source de tous ses malheurs, une fois redevenu sobre.

“Tu me l’allumes ?” Il finit par lancer en se tournant vers lui, après avoir cherché en vain son briquet au creux de ses poches. “J’ai dû laisser mon briquet à la maison, ou c’est mon frère qui l’a.”

Il hausse les épaules : ce ne serait pas si étonnant vu le temps qu’Ash passe chez lui, officiellement toujours chez Tobias malgré les nuits passées chez son frère à lui raconter ses histoires, ses peines et ses joies, pelotonné au creux de ses bras. Sans compter toutes les journées à y traîner, juste parce qu'ils sont habitués à être tous les deux comme ça depuis toujours.

Et puis c'est sans aucun doute une bonne excuse pour lui adresser quelques mots, car pour la première fois, et malgré la confiance qu'il dégage encore à l'instant, Avis Green ne sait pas quoi dire.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Mer 23 Mar - 22:56

The Night We Met
Il appuie sa tête contre le mur de brique et soupire. Et s’il rappelait Jude pour lui demander si l’un de ses colocataires connaissait quelqu’un qui a un logement à louer ? La côte Ouest, l’océan, sa tante comprendrait sûrement. Plongé dans ses réflexions, il entend la porte du bar s’ouvrir sans y porter attention. Ce n’est qu’au moment où la silhouette se pose à côté de lui qu’il tourne la tête pour voir. Il reconnaît le brun croisé plus tôt au comptoir, et à la cigarette logée entre ses lèvres se dit qu’il s’est finalement décidé à fumer dehors, mais il n’en fait rien.

Ses yeux restent fixés devant lui et le regard de Kallen le suit. Les rues de Chicago sont beaucoup plus animées que celles du village en flanc de montagne où il a grandi, surtout à cette heure. Il envie le rire des gens sur le trottoir d’en face, ça lui rappelle les soirées avec sa cousine et leurs potes. Ça lui manque. Jude lui manque. Il ramène son regard sur le type à sa droite et se demande pourquoi il est resté seul au bar au lieu de rentrer.

Un mouvement le tire de ses pensées et il ressort le briquet de sa poche pour allumer la clope. La flamme s’agite sous le vent et le jeune homme fait barrière de sa main le temps que l’extrémité se mette à rougeoyer, puis le cliquetis satisfaisant du briquet refermé résonne à ses oreilles avant qu’il ne le range, un sourire au coin des lèvres.

-Ça m’arrive tout le temps.

Il le regarde tirer une bouffée avec nonchalance, comme si le mur lui appartenait. Ses yeux observent la fumée disparaître dans l’air tandis qu’une nouvelle gorgée de bière glisse sur sa langue. La question le démange, mais un duo bruyant sort du pub et Kallen préfère attendre qu’ils s’éloignent pour la poser.

-Tu rentres pas, toi aussi ?

Il ne sait pas trop quoi penser de l’histoire de la rouquine, mais deux mecs qui partagent le même lit, ça se passe d’explication. À sa place, il serait rentré. Se remémorant l’échange, il constate alors l’absence du rhum & coke dans les mains de son vis-à-vis.

-T’aurais pas oublié ton verre à l’intérieur ?

Ses omoplates restent pressées contre le mur, inutile de s’y précipiter. Même en Alaska, les verres ne restent pas orphelins bien longtemps. À moins qu’il ne l’ait offert à quelqu’un. La possibilité lui traverse l’esprit tandis qu’une bourrasque de vent le fait bouger pour s’en protéger. Dos au courant d’air qu’il bloque pour l’autre par la même occasion, il rit de le voir à peine habillé pour la saison. Il est un peu tôt pour la veste de cuir, mais il ne doit pas être du coin, il a entendu un accent dans sa voix quand il lui a demandé de lui prêter du feu. Avec la musique dans le bar, il n’y avait pas fait gaffe.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Mer 23 Mar - 23:45



Durant de simples secondes, la flamme éclaire sa paume, jusqu’à ce que le bout de la clope rougisse enfin. Avis la porte de nouveau à ses lèvres, observant le léger sourire venu ourler celles de son vis à vis avant qu’il ne lui réponde, arrachant un rire à ses yeux gris tandis qu’il tire longuement sur la cigarette. Il recrache la fumée vers le ciel à peine plus tard, jetant un regard vers deux jeunes riant qui quittent le bar.

-Tu rentres pas, toi aussi ?

Il hausse un sourcil en tournant de nouveau le visage vers lui, l’air chiffonné de ne pas trop comprendre de quoi il parle. Ashley ? Atlas l’a raccompagné. Ce n’est pas comme si Avis s’en faisait pour lui, il serait probablement très bientôt étalé dans les draps à prendre encore toute la place. Rien d’inhabituel, il avait fini par se faire à l’idée de prendre le canapé en rentrant un peu bourré, ou de se foutre en boule sur un coin libre du lit. Son frère finirait par lui laisser une place, non sans lui balancer ses pieds ou ses bras dessus quelques fois durant la nuit. Ça le rendait toujours plus agité, toujours plus chiant, quand il rentrait à la maison dans un sale état. Pourtant Ave adorait le savoir là, tout près de lui, plutôt que minable chez une inconnue d’où il s’enfuirait comme un voleur au petit matin.

Ils ont ça aussi en commun.

“Si tu veux que je m’en aille, tu n’as qu’un mot à dire.” Il réplique. “Mais non, j’ai toute la soirée devant moi.”

Avis tire de nouveau sur la clope puis tapote pour faire tomber les cendres sur le sol, mais il l’observe de nouveau cette fois-ci, la prise des doigts enroulés autour du verre, ses lèvres au creux desquelles il glisse sa cigarette lui aussi. Il va finir par le foutre mal à l’aise, comme tant d’autre avant lui. Et il aime ça, voir les joues s’empourprer ou l’agacement se glisser en moue sur une bouche. Comme il aime tant observer ces visages, souvent immaculés, quand celui-ci pourtant lui renvoie les douleurs d’une vie qui n’auront pas réussi à gâcher ni sa beauté, ni son sourire.

“Je l’ai laissé au barman. Vide.”

Il ricane légèrement alors que l’alcool lui monte doucement à la tête. Heureusement, à force, il lui en faut plus qu’avant pour finir complètement saoul. Même si ça n’empêche pas une rougeur au coin de ses joues, et cette lueur douce qui fait briller un regard malicieux.

“Tu y retournes, après ? Il fait sacrément froid ici. Et je n’ai pas prévu de chopper la crève ce soir.”

Il a vu le mouvement de l’autre pour se protéger du vent, qui l’aura épargné en même temps. Ça ne l’empêche pas de resserer de sa main libre sa veste en cuir qui, à son grand regret, ne cache pas sa gorge, et le froid glisse aisément en dessous des vêtements. Il pensait faire uniquement les trajets, faut dire, pas suivre un mec dehors pour se fumer lentement une clope.

“Moi c’est Avis, au fait.”

Il indique simplement.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Jeu 24 Mar - 14:57

The Night We Met
Question trop vague ? Il se voit mal la préciser pourtant, alors il patiente et ramène la cigarette à ses lèvres en attendant de voir si l’autre fait les connexions par lui-même. Qu’il ne comprenne pas constitue une réponse en soi, mais l’interprétation du brun finit par l’étonner et Kallen lui jette un coup d'œil curieux, soutenant son regard sans broncher.

-Non, je demandais juste.

Quelque chose lui dit que même s’il lui demandait de le laisser, ça n’aurait pas l’effet escompté. Au moins il sait qu’il n’a aucune intention de rentrer de sitôt maintenant, même s’il n’a pas la moindre idée de quoi faire de l’information. Par contre il peut entendre d’ici la voix de Jude le pousser à saisir l’occasion et profiter de la soirée, et Kallen doit reconnaître qu’il a beau apprécier les discussions avec sa tante et ses collègues, si sa cousine lui manque autant, c’est parce qu’ils rigolent tout le temps. Considérant l’option, il esquisse un sourire aux paroles du brun. L’alcool doit commencer à lui grimper à la tête s’il a vidé le verre d’un coup. Sa bière à lui en est au trois quart vide, et elle ne lui donne pas les mêmes couleurs qu’à son vis-à-vis. Il faut dire qu’il a la peau plus hâlée, aussi.

-Ouep. J’ai une bière vide à rendre.

Joignant le geste à la parole, il boit le reste de sa bouteille d’une même gorgée et l’agite entre ses doigts d’un air complice.

-Vas-y, je te suis.

Il termine sa clope et l’écrase dans un cendrier à l’entrée du bar avant de retourner à l’intérieur sous l’éclairage des lampes et néons. Une chaleur étouffante due à la trop grande concentration de population au même endroit l’enveloppe tandis que la porte se referme derrière lui.

-Kallen.

Il lui répond avec la même simplicité et il se dirige vers le comptoir où le barman revient à leur rencontre, récupérant la bouteille dans la foulée. Les mains désormais libres, Kal détache l’avant de son manteau et se tourne vers Avis.

-Tu prends autre chose ?

À peine pose-t-il la question qu’une blonde apparaît et se pend au cou d’Avis, faisant hausser un sourcil amusé au châtain en face. Il l’avait déjà compris à la sortie du couple un peu plus tôt ; ce n’est pas un bar gay, mais s’il avait besoin d’une preuve supplémentaire, elle vient de se manifester devant lui, et elle a l’air de sortir tout droit d’un magazine. De longs cheveux blonds, de grands yeux verts.

-T’es gelé, tu rentres de dehors ?

Elle rit et ça sonne comme du cristal.

-Il a perdu son briquet, je lui ai prêté le mien.

Tandis que Kallen s’interroge toujours sur sa déduction précédente au sujet de la relation d’Avis avec le garçon ramené par le dénommé Atlas, la blonde lève les yeux vers lui avec bonne humeur.

-Un ami à toi ? Elle marque un temps, puis se tourne vers Avis. Ils commencent les inscriptions pour le karaoké, on va s’inscrire ?

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Jeu 24 Mar - 16:16



Comme sa propre boisson, la bière est finie d’un trait sous la bannière d’un sourire dans lequel Ave croit voir les prémices d’une complicité qui ne s’explique pas. Quand des atomes s’accrochent, quand deux mondes entrent en collision, ils sont qui pour résister ? Alors il lui donne son prénom, retenant un sourire parfaitement similaire à celui de Kallen - Avis apprécie la façon dont ce nom se fond sur la langue - tandis qu’ils retournent à l’intérieur, leurs clopes écrasées dans le cendrier à l’entrée.

La chaleur l’enveloppe brutalement et lui permet de lâcher sa veste, de même que ses épaules se décontractent rapidement, dévoilant à l’occasion un rayon pâle de sa nuque sous ses boucles brunes.

“Je vais...”

Elle se pend à son cou avant qu’il ne finisse et Avis a la mâchoire qui se crispe lorsqu’il reconnaît l’éclat émeraude du regard et cette couleur miel des cheveux qui cascadent le long de son dos, le cristal d’un rire joyeux et puis sa voix. Elle ne l’aurait pas retrouvé, il ne se serait jamais remémoré ses traits et elle aurait rejoint le rang des inconnus de sa vie. Il va devoir s’en débarrasser, maintenant, avec un minimum de civilité comme parvient à en avoir Kallen.

-Il a perdu son briquet, je lui ai prêté le mien.

Avis la déteste à l’instant où elle tourne son regard vers ces boucles châtain, ce visage doux, et ce regard dont il n’est pas encore parvenu à saisir entièrement les couleurs entre les néons de la boîte et l’éclairage pâle des lampadaires au creux de cette nuit noire. Il déteste surtout la façon dont il la sent qui se raproche, très légèrement, et ses mains qui l’enserrent un peu plus fort.

-Un ami à toi ? Elle lui demande, puis se retourne vers lui. Ils commencent les inscriptions pour le karaoké, on va s’inscrire ?

Il esquisse un sourire moqueur et son regard se durçit alors que les battements de son cœur semblent ralentir au creux de sa poitrine, calme comme le prédateur prêt à s’abattre sur sa proie.  Sa main se soulève, pour venir avec délicatesse repousser une mèche des cheveux blonds derrière l’oreille.

“Tu t’inscris où tu veux, sweetie.” Il la regarde sourire alors que les derniers mots flottent encore entre eux. Avant de se pencher près de sa joue, pour souffler rien qu’un peu plus bas. “Je suis certain qu’il y a tout un tas d’hommes dans cette pièce qui se feront un plaisir de t’accompagner. Me concernant, tu es déjà oubliée.”

Il la sent se froisser avant même de la voir et il ne la lâche pas des yeux en la regardant, après un pas en arrière, se briser un peu.

“Un autre verre, alors ?”

Il tourne le visage vers Kallen, après une seconde de plus à scruter les traits fins de la blonde. Dans une autre vie, elle aurait sûrement été à son goût. Dans une autre vie, il aurait sûrement était assez sage pour aller chanter avec elle, au lieu de se montrer trop curieux envers un type avec des cicatrices bien plus visibles que les siennes.

“Ce sera la même chose pour moi.”

Il indique le verre vide du rhum & coke, laissé quelques centimètres plus loin.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Ven 25 Mar - 2:16

The Night We Met
Il l’a vu se détendre en entrant, ses épaules retombant avec aisance dans le cocon de la chaleur ambiante. Si bien qu’il en perd son expression amusée lorsqu’il le voit se crisper à nouveau dans l’étreinte de la blonde. D’une mine plus sérieuse, son regard croise celui de la fille, mais il ne dit rien. Elle ne s’intéresse à lui que parce qu’il accompagne Avis, Kallen en a bien conscience et il ne l’en blâme pas. La proposition ne lui est pas directement adressée non plus, et l’attention retourne vers Avis qui prend le relais en glissant une mèche derrière l’oreille de la blonde. Cette dernière n’y voit que du feu, pourtant le sourire du brun trahit clairement ses intentions. Son audace rehausse son allure rebelle et la fille recule, récupérant ses bras et sa dignité, puis s’éloigne avec sa fierté blessée.

Ce n’est qu’au moment où Avis ramène son regard sur lui qu’il réalise s’être figé le temps de leur interaction. Décidant d’oublier lui aussi l’interruption de la blonde, il acquiesce et se rapproche du comptoir pour s’y asseoir après avoir déposé son manteau sur le dossier de la chaise, l’écharpe glissée vite fait dans l’intérieur de la manche pour éviter de la perdre.

-Whisky pour moi.

Le barman s’active aussitôt à la préparation de la commande, et pendant qu’il s'occupe de leur servir leurs boissons, Kallen appuie tranquillement ses avants-bras contre le bar. Il adore ce genre d’ambiance, le bruit des verres qui tintent, le brouhaha des voix en fond sonore, la musique qui bourdonne.

-Elle te plaisait pas, la blonde ? Ou tu sais pas chanter ?

Une lueur espiègle brille au fond de ses yeux. Kallen tente. Il a l’impression qu’il peut se le permettre. Pas qu’il soit spécialement timide en temps normal, mais il y a un moment qu’il n’est pas sorti sans sa cousine et leurs potes. Qu’il n’a pas eu à briser la glace avec un inconnu. Depuis son arrivée à Chicago en réalité, où il n’a pas pris le temps d’élargir ses rencontres en dehors du boulot. Son verre posé devant lui, il le serre entre ses doigts, les yeux toujours posés sur Avis.

-Ton accent… C’est d'Angleterre ? T’es de passage à Chicago ?

Plus il l’écoute parler et plus il distingue les longues syllabes sophistiquées d’Europe. Une prononciation trop claire pour être celle de l’Écosse, et à l’inverse pas assez accentuée pour appartenir aux gens d’Irlande. Ça expliquerait qu’Avis soit si peu habillé pour la saison, et lui beaucoup trop. Il se demande s’ils ont parcouru autant de kilomètres pour arriver jusqu’ici, alors que son accent à lui est quasiment identique à celui du coin. Kallen regarde autour de lui et essaie de voir s’il saurait se fondre dans la masse des locaux, mais il ne passait déjà pas inaperçu en Alaska, même avant l’incident. Il abandonne l’idée et porte le verre à ses lèvres.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Ven 25 Mar - 16:16



La question posée, il ne l’attendait pas. Pour autant il n’en laisse rien paraître et se contente d’attraper le nouveau verre qu’on a posé devant lui. Il s’échappe un rire doux et bas d’entre ses lèvres, qu’il noie dans une lente gorgée d’alcool.

“Je chante bien, il paraît. Tu veux tester ?”

Il envoie un signe de tête vers le karaoké, souriant de malice en observant un instant les couleurs dansant sur les reflets de son verre au creux de ses doigts. Ailleurs, dans une autre ville ou un autre monde, il aurait certainement haussé les épaules et répondu sans honte qu’il aurait largement préféré un blond. Ou bien un brun.

Ou une tignasse châtain.

Avis n’avait jamais eu de préférence, tant que la personne était prête à passer un peu de bon temps avec un minimum de questions et un sommeil assez lourd pour le laisser s’enfuir au matin comme un voleur. Et ses seules tentatives avec des filles s’était soldées par beaucoup d’alcool, suivi d’une gueule de bois magistrale le lendemain. Pour pas grand chose d’autre entre les deux qu’un sommeil de plomb. Néanmoins, ce n’est plus l’heure à ces réflexions, puisque Kallen se montre curieux, plus que ne le laissait présager leurs premières paroles échangées.

“De passage depuis 8 ans.” Il répond en riant de nouveau. “J’ai grandi à Londres. C’est pour ça, l’accent.” Et le tea time, qu’il a religieusement conservé. “Et l’habitude de ne pas m’habiller assez chaudement pour la saison.”

Pour preuve, sa veste est toujours sur ses épaules quand Kallen a retiré le manteau et l’écharpe qui couvraient sa peau ; Avis évite soigneusement un regard trop appuyé vers la gorge tendre qui se dévoile à peine. Juste assez cependant pour lui permettre, durant une seconde, de se demander comment ça ferait de poser les lèvres dessus.

“Et toi ? Tu es d’ici ? Ou t’es plutôt loin de chez toi ?”

L’Angleterre serait toujours son chez lui, sans doute. Pas qu’elle lui manque au quotidien, mais arpenter ces rues, retrouver des habitudes prises durant son enfance, Avis aime ce sentiment. La sensation de connaître un endroit par cœur et de s’y sentir bien. Puis faire délicieusement jurer un jeune anglais timide allongé sur des draps frais...

Avis avale une gorgée de plus, pour revenir à la réalité, juste au moment où son téléphone sonne au creux de sa poche. Il l’en sort rapidement et son sourire s’envole en voyant le prénom affiché dessus. Avec un regard désolé à son voisin de comptoir, il décroche.

“Atlas ?” Il fronce les sourcils, attentif à la voix qui se fraye difficilement un chemin à travers le bruit ambiant. “Tu m’as fait peur, j’ai cru que vous aviez eu un soucis.” Il se détend légèrement, en entendant la suite. “Retire juste ses godasses qu’il en foute pas partout dans le lit, je m’occuperai du reste en rentrant.” Il raccroche quelques secondes après pour se tourner vers Kallen. “Tu danses, d’ailleurs ?”

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Ven 25 Mar - 22:22

The Night We Met
Ses yeux suivent l’endroit indiqué et il aperçoit le karaoké posé avec des micros sur la scène à l’autre extrémité de la pièce. Exactement comme il l’a prédit, la blonde s’est dénichée un nouveau partenaire pour l’accompagner et Kallen admire la facilité qu’elle a de retrouver le sourire en un rien de temps, d’autant plus qu’elle n’a pas l’air de le feindre. Se retournant finalement vers Avis, il demande avec une pointe de défi dans la voix.

-Tu chanterais du Queen ?

Pendant qu’il guette sa réponse, il envoie une gorgée d’alcool répandre son agréable chaleur au fond de sa gorge, puis son rire fait écho au sien.

-Tu viens d’arriver, quoi.

Lui-même oublie souvent de s’habiller correctement pour la saison quand il quitte la maison de sa tante, mais il essaie de prendre l’habitude de laisser traîner un vêtement chaud dans son véhicule au cas où. Aussi parce qu’il aime bien rouler avec les fenêtres baissées, il a moins l’impression de regarder le monde à travers un bocal quand il peut en sentir l’odeur et en entendre les sons. Avis lui retourne la question et il tire sur son sweatshirt pour illustrer la double couche de vêtements chauds.

-Je viens du Nord. De l’Alaska. On a l’habitude du froid.

Il n’en dit pas beaucoup plus, et il n’en a pas besoin puisque le portable d’Avis se met à sonner. Ne voulant pas donner l’impression qu’il écoute la conversation, Kallen en profite pour sortir le sien et vérifier ses messages. Un texto de Jude lui arrache un sourire en coin alors qu’un “T’as intérêt à tout me raconter demain !” illumine son écran. Il lui répond un rapide “Il n’y aura rien à raconter.” et remet l’appareil dans la poche de son jean comme Avis termine sa conversation. Les deux garçons ont décidément l’air proches, et Kallen suppose qu’Avis a peut-être repoussé la blonde par simple principe envers celui qui partage son lit. Il ne peut toutefois pas s’empêcher de penser que ce n’est pas dans un bar en Alaska qu’on entendrait ce genre de discussion au téléphone.

-Je me débrouille. Qu’il répond au sujet de la danse. Ça dépend de la musique.

Ou du nombre de verres. Il se rappelle d’une soirée mémorable où le père d’un ami est rentré d’un voyage d’affaire en Russie avec un lot de bouteilles de vodka importée. Ils ont perdu le compte des shots en dansant au milieu du champ à quatre derrière la maison. Il reporte son attention sur le brun à côté de lui. Ça lui ferait du bien de retrouver ce genre de soirée.

-Et toi ?

Pour n’importe qui, ce n’est qu’un simple retour de question.
Pour Kallen Galloway, c’est un pas en avant.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Ven 25 Mar - 23:23



Kallen est un expatrié aussi, en un sens. Il vient d’un autre endroit, un endroit où on voit certainement les étoiles lorsqu’on lève la tête le soir. Un endroit où on peut trouver du silence, celui qu’Avis ne trouve presque qu'au milieu de ses songes. Il a toujours vécu dans des grandes villes : Londres, Cambridge, Chicago, et même si Cambridge était clairement la moins bruyante des trois, il ne se souvient pas avoir entendu le silence, réellement, rien qu’une fois.

Il y a toujours, pas si loin, un klaxon pour sonner. Le cri d’un gosse qui pleure, qui joue, qui rit. Les conversations des amoureux qui se baladent, main dans la main, et qu’il envie un peu de trouver ça si facile. Et au milieu de tout ça, ses propres pensées qui aiment aller dans tous les sens.

Il a trouvé cette sérénité dans ses combats. Quand il s’enferme dans sa tête, dans son propre silence, quand le seul son qui résonne au creux de ses tempes est le seul bruit de son sang qui bat brutalement. Quand il frappe. Il n’entend pas les coups qui pleuvent. Il n’entend pas - pas toujours - la foule qui hurle sa folie. Il est là, juste lui, comme à des milliers de kilomètres de là, perché sur une montagne sous la lueur des étoiles.

Ave aimerait bien, un jour, découvrir ce que ça fait.
S’en aller.

Ce n’est pas l’endroit, cependant, pour y penser encore à ces regrets qu’il enferme tout au fond de son cœur, à double tour de nouveau. Un bon à rien d’autre que foutre des coups, ça s’en va pas explorer le monde en croyant pouvoir changer.

“Je me débrouille aussi.” Il sourit en coin avec toujours cette malice au bord des lèvres. “Tu choisis. Queen, ou une danse ?”

Il penche la tête sur le côté, légèrement, et la cascade brune de ses boucles indisciplinées caresse l’arrondi de sa mâchoire, la peau laiteuse de sa joue. En tendant vers Kallen sa main ouverte, paume vers le plafond, pour qu’il s’en saisisse une fois sa décision prise. Avis ose croire qu’il ne lui mettra pas un vent.

“Ceci-dit Alaskan boy, sans vouloir t’influencer, à ta place je choisirais Queen un soir où j’ai un verre de plus dans le ventre. Il paraît que je suis plus drôle.”

Avis a l’alcool gai et le rire de plus en plus éclatant à mesure qu’il enchaîne les verres, mais pas ce soir. Ce soir il n’y aura pas un gramme d’alcool en plus pour couler dans ses veines une fois sa boisson finie, parce qu’il n’a pas d’Atlas pour le ramener. Parce qu’il est ce frère inquiet malgré lui, qui même en rentrant crevé prendra soin de son cadet étalé au milieu des draps.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Sam 26 Mar - 4:08

The Night We Met
Ils semblent s’entendre sur la danse, mais lorsqu’un choix s’offre à lui, les yeux de Kallen se balancent entre la piste et la scène, hésitant. Les deux lui font envie et il cherche un argument pour faire pencher la balance quand la main d’Avis se tend devant lui. Son regard se tourne vers elle, puis sur la tête inclinée du brun, et il y trouve exactement ce qu’il cherchait. Un sourire éclaire son visage, puis la seconde suivante ses doigts relâchent son verre au creux de la paume ouverte.

-Je te l’offre.

Sans le quitter du regard, il commande un deuxième whisky et le boit cul-sec. Il descend ensuite de sa chaise, attrape son manteau qu’il glisse sur son bras avant d’entamer quelques pas pour s’éloigner du comptoir, tout sourire.

-Tu viens ?

Lui aussi préfère avoir un verre de plus dans l’estomac pour chanter. Il marche à reculons pour vérifier qu’Avis le suit, jusqu’à ce qu’il manque de foncer dans l’épaule de quelqu’un et se remette à avancer à l’endroit. Depuis des années, se dépenser sur du Queen est ce qu’il préfère. Il connaît les paroles par cœur, et la sensation de lâcher les bons mots au bon moment lui donne une assurance inouïe. C’est comme s’il s’oubliait et se retrouvait en même temps. Il se sent toujours bien après avoir gonflé ses poumons de chansons. À part ça, c’est la perspective de rire qui l’a amené à choisir le karaoké. Il aimerait s’amuser ce soir, ça fait longtemps.

Quand il arrive au pied de la scène, deux filles viennent d’y grimper après le passage de la blonde et du type avec qui elle disparaît plus loin. Kallen attrape le répertoire de chansons en s’appuyant sur un haut-parleur et cherche Queen dans la catégorie des artistes. Il ne pense pas encore à les inscrire, trop curieux des titres disponibles. La liste n’en affiche pas moins de vingt, de l’iconique Bohemian Rhapsody au moins connu Good Old‐Fashioned Lover Boy, mais c’est un autre qui retient son attention.

-Tu connais I want it all ?

Il relève la tête vers Avis dans sa veste de cuir. Ses tatouages, ses longs cheveux bouclés.. Kallen peut entendre d’ici les riffs de la guitare qui complèterait son look de rockeur. Qu’il ne la connaisse pas l’étonnerait, surtout pour un britannique, et il se rend compte qu’il espère surtout que les paroles lui soient familières alors que l’alcool commence à faire son effet et à engourdir ses sens. Juste assez pour faire élargir son sourire en tendant la tablette à Avis afin qu’il puisse y jeter un coup d'œil aussi. En attendant qu’il se décide, il rigole des deux filles qui se donnent à fond sur le morceau qu’elles ont choisi. La musique vibre en provenance des enceintes et Kallen glisse tranquillement les mains dans ses poches, balançant sa tête en rythme.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Sam 26 Mar - 13:00



Sauf si Kallen en décide autrement. Posant son verre de whisky au creux de sa paume tendue vers lui alors que le sien attend encore, à moitié plein, juste devant lui. Avis referme néanmoins ses doigts dessus, l’observant en demander un nouveau qu’il vide cul-sec sans une once d’hésitation alors qu’il trempe seulement les lèvres dans le sien.

“Tu triches.” Il s’indigne faussement en avalant d’une traite le contenu du premier. “Ça m’en fait deux à finir.”

Il grimace légèrement à la chaleur inhabituelle du whisky qui se répand dans chacun de ses pores, puis s’empare du rhum & coke qu’il vide de la même façon. Pas un gramme de plus, n’est-ce pas ? Ça lui tire un léger rire alors qu’il quitte le bar auquel il s’était simplement accoudé, en se demandant si ses jambes vont le suivre. Il semble que oui, pour le moment et il marche vers Kallen et son sourire éclatant qui s’en vont à reculons au milieu de la foule.

“Damn, mate, you’re...”

Sexy ? Magnifique ? Il ne finit pas sa phrase, gagné par un grain de raison dans cet esprit qui s’embrouille, et il tend la main trop tard pour rattraper Kallen qui va s’écraser contre l’épaule d’un homme dans 3, 2, 1... Il l’évite à temps et sa main retombe tout aussi vite le long de sa cuisse qu’elle a tenté d’en décoller.

Ils parviennent finalement sans encombres jusqu’à la scène. Ave ne trébuche pas sur ses pieds et son compagnon du soir ne renverse personne. Lorsqu’ils arrivent, la blonde vient de quitter la scène pour laisser la place aux suivants et la tignasse châtain est penchée sur la tablette qu’il semble maîtriser étrangement bien. Quant à s’il connaît la chanson ? Il attrape d’une main la tablette qu’il lui tend.

“Bien sûr, tu me prends pour qui ?” Il rit déjà avec plus d’éclat. “Celle-là ou une autre, Alaska, on va tout défoncer tu vas voir !”

C’est plutôt lui qui commence à être légèrement défoncé. Quoique des années avant, il aurait bien été incapable de bouger du bar jusque là avec autant d’alcool qui court dans son sang. Et il aurait sans aucun doute tenté de s’accrocher à Kallen pour se traîner jusqu’à la scène, en déblatérant des conneries sans aucun sens. À y réfléchir, il se félicite d’avoir bien profité de ses années étudiantes - l’université en moins puisqu’il a passé plus de temps dans les pubs qu’en cours - qui lui permettent de tenir le choc ce soir sans avoir l’air trop ridicule.

Avis rit de nouveau en observant les deux filles avant eux, elles se donnent à fond, avec ou sans le verre de trop, jusqu’à la fin, et le début de leur chanson. Il rejoint la scène d’un bond souple mais légèrement chancelant sous les effets de l’alcool, attendant que Kallen l’y rejoigne. Il aurait volontiers tendu la main, mais pour peu qu’il trouve un nouveau verre à mettre dedans...

Les premières notes résonnent une fois leurs micros en main. Ave jette un regard pétillant à son partenaire, commençant déjà à battre la mesure. Pour se mettre, sans aucune hésitation, à chanter sur les premières paroles lorsqu’elles arrivent.

“Adventure seeker on an empty street
Just an alley creeper, light on his feet”


Pour sûr, Avis n’aura jamais la voix de Freddie Mercury. Il se défend pas mal cependant, au moins il chante juste, avec une voix sûre et autant de détermination dans ses yeux gris que dans tout ce qu'il engage.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Sam 26 Mar - 16:35

The Night We Met
Ah, ce n’était pas un verre de plus en plus de celui-là ?
Tant pis.

-J’en prendrai un autre après.

La soirée est encore jeune et il aura soif après le karaoké. Par contre il s'imaginait qu’Avis viderait un verre pour emmener le second et écarquille les yeux de le voir se les enfiler sans plus de cérémonie. Il n’y a pas à dire, le brun a une bonne descente. Kallen vérifie tout de même qu’il arrive à marcher jusqu’à la scène, relevant les yeux vers lui à sa phrase laissée en suspens.

-What? Seeing double already?

Ça l’amuse, et la rhétorique d’Avis sur la chanson qu’il lui propose encore plus. Il n’a pourtant pas toujours le sourire si facile, comme quoi il était vraiment temps qu’il décompresse. Récupérant la tablette, il sélectionne le titre qui s'ajoute à la playlist de l’écran qui affiche les paroles et la dépose pour suivre le brun sur scène. Avec la longueur de ses jambes il y est en un seul mouvement facile, presque comme s’il montait une marche, et attrape un micro. Dès les premières notes, les quelques personnes à proximité qui les reconnaissent leur accordent un coup d'œil intrigué, et la plupart des regards se tournent vers Avis lorsqu’il ouvre le chant, Kallen le rejoignant après deux vers.

-A young fighter screaming, with no time for doubt
With the pain and anger can't see a way out


Sous les lumières dansantes, le coin de ses yeux se rehausse. La foule ne l’intéresse pas, elle ne l’a jamais fait, Kallen a toujours chanté pour lui, mais jusqu’ici il chantait du Queen avec Jude ou son pote Dave dont l’allure tient plus du bûcheron avec ses éternelles chemises à carreaux et son bonnet de laine. Ce soir il chante avec Avis et dire que le britannique a le rock n’ roll dans le sang est un euphémisme. Il prend possession de la scène et il chante bien, très bien même, il ne mentait pas.

-It ain't much I'm asking, I heard him say
Gotta find me a future move out of my way


Ils enchaînent sur le refrain et la voix de Kallen descend d’un cran dans les graves, mais plus les “I want it all” résonnent et plus il chante fort. Puis il éclate de rire et laisse Avis reprendre la suite. Il entend siffler depuis le bar et sourit de voir le brun enflammer les esprits. Pas un instant il ne regrette son choix.

-It ain't much I'm asking, if you want the truth
Here's to the future for the dreams of youth


Le micro contre les lèvres, il n’arrive pas à arrêter de sourire en bougeant au rythme de la musique, l’un de ses pieds tapant contre le bois du podium. Heureusement qu’il connaît la chanson sur le bout des doigts, autrement il n’est pas sûr qu’il serait en mesure de la gérer aussi bien et de s’amuser autant. Ses veines bouillent d’ivresse et d’excitation.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Sam 26 Mar - 20:20



C’est facile.
Ils enchaînent les paroles, un coup ensemble puis chacun à son tour, comme s’ils avaient fait ça toute leur vie. Ils n’hésitent pas, se font confiance, se laissent la place quand il y a besoin et Avis le rejoint dans son sourire, les paroles coulant d’entre ses lèvres sans qu’il n’ait besoin de regarder l’écran.

Heureusement.

Au départ, il était sage, puis au fur et à mesure que les secondes s’écoulent et les paroles avec, il ne retient plus son corps de bouger. Ce n’est d’abord qu’un pied pour battre la mesure et puis il se laisse entraîner par le rythme, vogue sur les accords de guitare et se cale sur le rock de la chanson, emporté par les extravagances qui le composent. Au fil de la musique, il gratte une guitare imaginaire en riant, puis la seconde d’après il reprend le chant, bougeant sans cesse sur la scène comme s’il avait fait ça toute sa vie. L’arène en est juste une un peu différente certainement.

Ça ne l’empêche pas de jeter vers Kallen des sourires heureux et des regards complices. Il s’en rapproche, s’en éloigne, au rythme du refrain qu’ils chantent ensemble à nouveau et il plonge ses yeux dans les siens, observe les visages plus loin, revient sur celui heureux de l’homme qui partage cet instant avec lui.

“Not a man for compromise and where's and why's and living lies
So I'm living it all, yes I'm living it all”


Malgré la chaleur ambiante, malgré tous ses mouvements, malgré la veste sur ses épaules et la chanson qui s’échappe sans louper une parole, Avis n’a pas le souffle court. Il ne semble pas peiner le moins du monde et seuls les mèches brunes légèrement collées à ses tempes montrent qu’il commence à avoir chaud.

“It ain't much I'm asking, if you want the truth
Here's to the future”


À mesure que la fin de la chanson approche, il ne détache plus son regard de Kallen. Il aimerait que ça dure tout le temps, un simple moment où il s’amuse comme ce n’est pas arrivé depuis un certain temps. Un moment où il ne pense à rien d’autre que ça, chanter, chanter, chanter, et ni à savoir s’il sera encore en état pour rentrer une fois que l’alcool aura entièrement fait effet, ou comment il va rentrer.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Sam 26 Mar - 22:22

The Night We Met
Le sentiment se teinte d’une incroyable familiarité au début, mais l’énergie est si différente des soirées qu’il a connues en Alaska que l’expérience devient complètement nouvelle. La foule est réactive, les gens tapent dans leurs mains, deux ou trois cris d’encouragement s’élèvent jusqu’à eux. Avis se met à jouer d’une guitare imaginaire et les inhibitions de Kallen tombent en même temps que son genou touche le sol pour arquer son dos et pousser la note plus haut. La lumière du projecteur lui tombe dans les yeux, alors il penche encore plus la tête pour tenir la note et se relève en riant. Son regard retrouve celui d’Avis et l’amusement ne fait aucun doute. Une connivence se crée et il avance vers lui au même moment.

-I'm a man with a one track mind
So much to do in one lifetime


L’adrénaline coule dans son sang et celui-ci bat d’une force incroyable contre ses tempes. Il sent la sueur sur sa nuque, pourtant rien ne l’arrête, sinon la réplique qu’il donne au brun au fur et à mesure que les couplets défilent.

-And I'm giving it all, and I'm giving it all
Ooooooh aaaah


Le solo de guitare reprend et ils sont deux à danser sur la mélodie endiablée. Ça semble si facile pour Avis, et Kallen se laisse aller en retour. Ses mouvements sont spontanés, libérateurs, et pendant un instant tous ses tracas se fondent dans la musique.

-Hear the cry of youth
I want it all, I want it all, I want it all and I want it now


Ils entament le crescendo final et c’est à bout de souffle qu’il abaisse son micro lorsque l'acouphène du silence est tout ce qu’il entend à travers quelques applaudissements enthousiastes. Il descend de la scène sans lâcher Avis des yeux, le cœur gonflé de légèreté.

-Je meurs de chaud, on va dehors ?

Sans oublier de récupérer son manteau, il se dirige vers le bar pour leur commander un rhum & coke chacun et donne le sien à Avis. Il rit sans raison en passant la porte sans se donner la peine de se couvrir. Pas tout de suite en tout cas. Il boit une bonne rasade de son verre, soupirant de satisfaction lorsque le liquide froid le rafraîchit.

-C’était génial ! Tiens, pour la crève que tu dois pas choper.

D’une main, il glisse son écharpe au cou d’Avis et s’écarte pour enfiler son manteau sans l’attacher. Son pouls continue de battre à toute allure alors qu’il passe une main dans ses cheveux pour dégager son front et sentir la brise. Kallen n’a pas envie de rester immobile contre le mur cette fois, il se tient sur le trottoir et lève les bras au ciel en s'époumonant de joie. Il se sent si bien. Les rabaissant, il se tourne vers le brun à ses côtés, le détaillant avec un peu plus d’attention.

-Il te manquerait plus qu’un piercing à l’oreille.

À moins que ses boucles en cachent déjà un ?

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Dim 27 Mar - 12:25



Les dernières notes s’égrainent sous quelques applaudissements. Avis les ignore, pourtant pas vraiment consciemment. Son regard refuse juste de quitter celui de Kallen, à cet instant, et leurs sourires se font écho alors qu’ils s’enfuient de la scène ensemble. Quoique du côté d’Avis, s’enfuir est un bien grand mot quand ses pas se font moins assurés que quelques minutes plus tôt quand l’alcool n’avait pas encore fait totalement effet. Il descend de la scène avec moins d’agileté qu’il n’y est monté et ça lui tire un rire.

“Je te suis.”

Il le perd quelques secondes dans la foule à vrai dire, peinant davantage à se frayer un chemin alors que ses sens le trompent doucement. Néanmoins, par déduction, il se dirige d’abord vers le bar où Kallen devrait être allé récupérer sa veste abandonnée à sa place et c’est effectivement là qu’il le retrouve. Deux verres à la main en plus de ce rire qui résonne agréablement aux oreilles d’Avis.

Quand il lui donne le sien, le brun ne proteste pas, se dirigeant vers la porte avec les doigts plus fortement agrippés sur la boisson qu’à l’accoutumée. Il parvient à rejoindre l’extérieur sans encombres et se fait aussitôt saisir par le froid, mais il n’a rien le temps de dire ou de penser que Kallen s’approche pour lui passer autour du cou son écharpe.

“Merci.” Il y enfouit son visage et masque une rougeur qui monte sur ses joues. “Je t’avais dit qu’on allait tout défoncer, non ?”

Ave rit, sans cesser de regarder Kallen qui laisse échapper sa joie vers ces étoiles qu’ils voient à peine. Et avec un verre de moins, il le rejoindrait dans cet éclat, mais le pas qu’il tente vers l’avant se solde par son corps qui s’affaisse vers le mur quand il croit qu’il va tomber et il préfère s’accroupir, posant son verre plein sur le sol à côté.

“Je crois que ton verre de plus est en train de me rattraper.” Ça ne l’empêche pas de sourire. “J’en voulais un quand j’étais à l’université.” D’une main, il montre son oreille droite qu’il dégage légèrement d’une boucle de cheveux bruns. “J’avais envie de choquer un peu, même si je suis quasiment sûr qu’ils n’auraient rien remarqué vu le peu de temps que j’y ai passé.

En riant, il rejette la tête vers l’arrière et la pose contre le mur, laissant ses yeux se fermer sur quelques souvenirs chaotiques. Il se souvient davantage des bleus et des plaies qu’il gagnait en provoquant des bagarres plus que des cours durant lesquels il s’endormait.

“Puis j’ai arrêté mes études et ça m’est passé.”

Et après quelques mois de retour à Londres, il a fini par s’envoler pour l’Amérique. Il ne lui dit pas bien sûr que ce serait dangereux avec son métier. Qu’il faudrait qu’il pense à le retirer avant chaque combat s’il veut éviter qu’il finisse arraché. Malgré l’alcool, il prend d’ailleurs enfin une gorgée de son nouveau verre, il ne parle pas de ça.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Dim 27 Mar - 16:56

The Night We Met
Avis le lui avait dit, oui, et il a tenu parole. Après une telle réussite la soirée ne saurait être meilleure, il aura finalement quelque chose à raconter à Jude demain. Il se balance sur ses pieds, incapable de rester en place, comme si l’excitation se refusait à redescendre.

-Woh.

Il a encore le sourire aux lèvres lorsqu’il tend un bras vers l’épaule du brun qui opte pour la position assise le temps que le sol retrouve un peu de stabilité, et rétracte son geste en s'asseyant par terre en plein milieu du trottoir, face à lui.

-Je t’aurais bien offert une bière, mais t’as l’air de préférer l’alcool fort.

Il rit à sa suite et prend une gorgée de son propre verre, retroussant le nez quand le rhum coule sur sa langue. Kallen perd souvent le compte des verres en soirée, mais il se fie à son jugement pour savoir quand arrêter, et jusqu’ici son instinct n’est pas trop mal. Reposant son verre, il tend le cou pour mieux voir l’oreille, par simple réflexe de regarder de plus près quand on lui montre quelque chose, car il n’y a aucun piercing accroché au lobe d’Avis. Il l’écoute parler, attentif à l’histoire, et profite de la pause qu’il s’accorde en reposant sa tête au mur pour donner voix à sa pensée.

-Quelqu’un aurait fini par le remarquer.

Les gens remarquent bien plus qu’il n’y paraît. Même ce qu’on croit bien cacher. Un coup de vent sur les boucles d’Avis et le secret aurait été mis à jour, ou alors il se serait penché et le piercing aurait été visible. Il aurait fini par choquer quelqu’un, il en est sûr, même si Kallen ne comprend toujours pas ce que ça peut bien faire aux autres, ce qu’une personne décide de faire de son corps. Ramenant le verre à ses lèvres, il replie tranquillement ses genoux vers lui pour y poser les bras. Il remarque qu’il n’a plus chaud, l’air du soir ayant fait son boulot, sûrement aidé par le béton sur lequel ses fesses sont posées. Il est bien là, à continuer de fredonner la chanson sur laquelle ils viennent de s'époumoner.

-Tu savais qu’en plus d’être un guitariste de génie, Brian May a étudié l’astrophysique jusqu’au doctorat ? Ce mec est dingue.

Il y a de l’admiration dans sa voix, les musiciens de Queen sont des légendes.

-J’ai jamais mis les pieds à l’université.

Ça le fait rire. Kallen aurait tout aussi bien pu parler de Disneyland, l’endroit lui paraît tout aussi éloigné de sa réalité. Il ne voit pas ce qu’il y aurait fait, encore moins avec l’alcool qui lui court dans les veines, et qu’il se félicite d’avoir eu la présence d’esprit de payer avant de sortir. Il prend le temps de boire son verre cette fois, conscient que ce sera probablement leur dernier à tous les deux vu la vitesse avec laquelle ils ont enfilé les autres, surtout dans le cas d’Avis.

-T’es venu comment, ici ? Qu’il demande soudain en jetant un coup d'œil sur l’heure de son téléphone.

Est-ce que ce type – Atlas – est censé le ramener, ou il a prévu autre chose ?

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Dim 27 Mar - 18:18



Il est gentil Kallen, il se dit Avis. Quelqu’un aurait fini par remarquer, il assure, et l’adolescent qu’il était a envie d’y croire.

Il rouvre les yeux quand il se met à fredonner la chanson sur laquelle ils ont tout donné et il prend quelques centilitres de sa boisson malgré le fait qu’il sache parfaitement qu’il n’aurait pas dû toucher à ce verre là vu la rapidité avec laquelle il a bu les trois autres trop peu de temps avant.

“Non, je ne savais pas.” Il rit doucement sous l’admiration qui teinte la voix de Kallen. “Mais effectivement, faut être dingue pour tenir autant de temps.” Il ajoute avec malice. “Je n’ai tenu qu’un mois et crois-moi, pour les gens c’est encore pire que de n’y être jamais allé.”

Parce qu’on pouvait ne pas aller à l’université pour plein de raisons différentes : l’argent bien sûr, ou bien par choix, ou parce qu’il n’y avait pas besoin de ça pour exercer le métier de nos rêves. Mais Avis avait abandonné quand tout lui souriait et pour certains c’était encore pire aussi que l’échec. Il était capable. Mais il avait plaqué tout ça pour retourner à sa première addiction, l’adrénaline des combats, et ça n’avait étonné personne chez lui : ni son frère, ni son père, encore moins lui-même.

L’anglais abandonne ces souvenirs dans une gorgée d’alcool. Il n’est plus temps de parler de ça, il le voit bien à la façon dont Kallen boit son verre sans tenter de relancer le sujet. À vrai dire ça l’arrange, il n’a pas prévu de passer tout son passé en revue ce soir et avec le taux d’alcool qui doit couler dans son sang il aimerait bien éviter une gaffe malencontreuse sur ses activités.

-T’es venu comment, ici ?
“À pieds.” Il grimace. “Je ne suis pas si loin.”

Mais sa moto aurait été appréciable. Il serait rentré vite, certainement entier, et il se serait réchauffé dans les draps après avoir poussé le cul de son frère de sa place. Et ça lui tire un soupir de se dire qu’il va en plus devoir s’occuper de lui. Vérifier qu’il a pas gerbé, lui retirer ses fringues sales et s’assurer qu’il n’a besoin de rien. Certains soirs, il a cette envie égoïste de n’avoir à penser qu’à lui-même.

“Mais si t’as un truc miracle pour que je sois devant ma porte en un claquement de doigts, je prends hein.”

Il pose le verre vide à côté de lui en se demandant s’il va être capable de se remettre debout. Il a glissé en position assise depuis quelques minutes déjà, mais vu comme son corps l’a trahi quand ils sont sorti il n’est pas sûr d’arriver à faire le trajet de retour tout de suite.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Dim 27 Mar - 20:30

The Night We Met
Il écoute d’une oreille distraite, occupé à vérifier jusqu’à quand il a payé le parcomètre à son arrivée. À force de faire des courses pour sa tante, il a fini par télécharger une application au lieu de perdre son temps à courir les bornes de stationnement, ça va plus vite. Quand il relève ensuite la tête vers Avis, il voit très bien à son expression qu’il n’habite pas au coin de la rue, et qu’il regrette sûrement d’avoir bu autant maintenant que la question de rentrer s’impose. Kallen réfléchit un instant, jetant un regard sur la silhouette de son véhicule garé plus bas.

-J’ai une idée.

Il vide son verre d’une traite et se remet sur ses pieds avec précaution, laissant deux secondes à son cerveau pour assimiler le retour debout.

-Tu peux te lever ?

Sans attendre de réponse, il lui tend la main pour l’aider à se relever et sort ses clés de voiture. Il se met à marcher, passe sous un lampadaire et rejoint son véhicule dont il ouvre la portière du côté passager. La lumière de l’habitacle l’éclaire alors qu’il se penche pour récupérer la vieille couverture qui recouvre les sièges, puis il la referme en se tournant vers Avis.

-Si ta porte peut attendre demain matin, j’ai un toit pour la nuit.

D’un élan qui trahit son habitude, il grimpe dans la benne à l'arrière où des poches de terre reposent tout au fond et secoue la couverture pour l’aérer dans le but de s'en servir pour se couvrir ensuite. Il prévoyait dormir quelques heures derrière son volant le temps de dégriser, mais on risque de finir par venir cogner contre sa fenêtre. Pourquoi il n’y a pas pensé avant ? Détachant la bâche qu’il utilise normalement pour protéger sa cargaison des intempéries, il la met en place jusqu’au trois quart et abaisse la porte arrière où il s’assied avec un sourire béa.

-C’est pas le Ritz, mais…

Il hausse les épaules, au final assez amusé par les capacités de son esprit embrumé. C’est un peu comme faire du camping en ville et terminer la soirée avec la sécurité de pouvoir s’endormir la tête tranquille, sans crainte de se faire déranger par qui que ce soit. Pas volontairement en tout cas, puisque personne ne saurait qu’ils sont là une fois la porte refermée et la bâche tirée bien comme il faut au-dessus d’eux. Pas même le vent ne pourrait les atteindre. En revanche quelqu'un saura qu'il n'est pas rentré dormir à la maison puisque celle-ci appartient à sa tante qui a l'habitude de le croiser au petit-déjeuner, mais comme cette dernière dort déjà d'un profond sommeil, elle ne se rendra compte de la disparition de son neveu qu'en début de matinée.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Dim 27 Mar - 23:00



“Aucune idée.” Il répond quand Kallen demande s’il peut se lever.

Il ricane et avant d’avoir réfléchi, il attrape aussi fermement qu’il peut la main tendue pour se hisser sur ses pieds. Au départ, juste histoire d’être sûr, il reste accroché aux doigts puis il comprend qu’il est debout et que ça tient. Pas sûr qu’il aille bien loin et certainement pas jusque chez lui vu son état, mais il suit le châtain sur quelques pas sans trop chanceler.

Avis avise le pick-up devant lequel ils s’arrêtent. Est-ce qu’il compte conduire ? Ça lui tire un sourire canaille en s’imaginant que Kallen va aller contre toute prudence, avant de disparaitre vite quand il comprend qu’il n’en sera rien. Il n’est pas déçu, cependant, tout le monde n’a pas le goût du risque comme il peut l’avoir et la couverture que sort le jeune homme l’intrigue. Il ne le quitte pas des yeux alors qu’il se tourne vers lui avec une question simple qui fout le bordel dans sa tête.

“Euh je...” Il s’est déjà montré plus loquace que ça, pour le coup. Et plus sûr de lui, aussi. “Oui, elle peut attendre.” Ash, surtout, attendra.

Il ne remarquera même pas son absence avant le matin, quand il verra que le lit est vide et qu’il porte toujours ses fringues sales de son début de soirée ici. Malgré son esprit embrumé d’alcool, Ave ne peut qu’espérer qu’il changera les draps avant d’aller bosser. Ils n’auront pas ce soucis, au moins, Avis comprend enfin ce que fait Kallen en le voyant grimper habilement dans la benne pour la couvrir d’une bâche, et sa remarque le fait autant rire que le fait qu’il ne sache pas s’il va réussir à se hisser là-dedans.

“Va falloir que je réussisse à monter mon cul dedans.”

Il s’approche de l’arrière du pick-up, évalue la distance et se dit qu’il n’aurait aucun soucis en temps normal, avec autant de force que d’habitude au fond des jambes. Mais même avec quatre verres, il doit bien lui en rester, vu les muscles que les combats et ses entraînements quotidiens ont fini par lui faire, non ?

“Bouge pas, j’arrive.”

Ça ne ressemble plus vraiment à son saut habile de quand il est monté sur scène. Il balance une jambe par dessus et il se hisse sans trop de grâce, mais il est dedans et c’est tout ce qui compte en vrai.

“Ça t’arrive souvent de faire ça ?” Il rit avec éclat. “T’es sûr qu’on va pas finir congelé jusqu’au matin ?”

Ils ont une couverture pour deux et la protection d’une bâche et de leurs simples fringues alors qu’il fait -10°C. Même pour l’Alaskan boy, Ave n’est pas sûr que ça suffisse. Pourtant, à aucun moment il ne se plaint. Il s’installe du mieux qu’il peut pour lui laisser de la place, et pendant que Kallen leur partage la couverture, il en profite pour laisser un court SMS à son frère. “Knackered. See U tomorrow.” Avant de l’éteindre pour le poser plus loin.

“J’ai jamais dormi dans un coffre avant aujourd’hui.” Il enfouit ses mains sous la couverture. “Jamais eu d’oreiller de terre non plus.” Il a un sourire plein de malice qui lui monte jusqu’aux oreilles. “Ça me fera un sacré truc à raconter.”

Il ne doute pas qu’Ash va de toute façon le cuisiner sur ce qui s’est passé pendant cette soirée pour qu’il ne rentre pas.

Kallen Galloway

Messages : 122
Date d'inscription : 23/01/2022
Age : 26
Kallen Galloway
Kallen Galloway

Lun 28 Mar - 2:55

The Night We Met
Il s’en doutait, personne ne peut se relever après avoir ingéré si vite quatre verres d’alcool fort, mais la franchise d’Avis le fait rire alors qu’il lui donne un coup de main pour se remettre à la verticale, manquant de chanceler deux secondes avant de retrouver son équilibre. Il n’a aucun mal à filer tout droit vers son pick-up, les gestes s’enchaînent avec une mécanique familière et avec raison, il y a plusieurs années qu’ils parcourent des kilomètres ensemble. Ce n’est qu’une fois de retour en position assise que son agitation des dernières minutes remonte jusqu’à son cerveau. Kallen se met à tanguer – à moins que ce ne soit la gravité dans sa tête qui lui donne l’impression de pencher vers la droite – et lâche d’une élégance pour le moins vaseuse.

-Oh shit.

Le sourire imprimé sur son visage laisse entendre le contraire alors qu’il tire sur une jambe du brun pour le traîner à l’intérieur de la benne, pas mécontent qu’il puisse attendre avant de rentrer chez lui, car cette idée est la seule dont il se sente capable dans l’état des choses.

-Come on !

Il éclate de rire quand il y arrive, le corps d’Avis retombant à côté de lui avec une agilité des plus discutables, mais l’essentiel est que l’objectif soit atteint.

-On ne pouvait pas dormir tous les deux à l’avant, il n’y a pas la place. Ce n’était pas la question, mais il est occupé à refermer la porte derrière eux. Mais si t’as une meilleure idée...

Est-ce qu’il a pensé à la température ? Pas vraiment, et il n’a pas l’énergie de s’en inquiéter. La bâche mise en place, il s’allonge en posant la couverture sur eux, aidé de la lumière du portable d’Avis.

-On va survivre. Qu’il assure. Au pire on dort qu’une heure ou deux, ensuite je pourrai conduire.

Kallen tire sur une poche de terre et tape un peu dedans dans l’espoir de la rendre plus moelleuse pour sa tête. Il essaie de trouver une position confortable, et se rendant compte qu’ils sont plongés dans le noir, il cale son téléphone entre eux et l’ouvre pour avoir une source de lumière. En fond d’écran, le très célèbre prisme de Pink Floyd, plutôt apaisant pour les yeux dans la pénombre.

-J’ai jamais rien fait de tout ça non plus. Il lui rend son sourire et s’installe sur le dos, fronçant les sourcils sur le ciel d’encre artificiel au-dessus de leurs têtes. Marre de pas voir les étoiles.

Il fouille ses poches et en ressort un feutre, retire le bouchon avec ses dents et se met à dessiner des étoiles sur le revers de la bâche. L’entreprise est incroyablement satisfaisante, et lorsqu’il estime avoir un firmament digne de ce nom, il trace le quadrillage d’un jeu de tic tac toe avec un cercle dans le coin inférieur gauche, puis tend le feutre à Avis dans un geste sans équivoque.

Avis Green

Messages : 120
Date d'inscription : 23/01/2022

Profil Personnage
Profession :
Race : Humain
Avis Green
Avis Green

Lun 28 Mar - 11:11



“Non, c'est parfait.”

Parfait n'est peut-être pas le mot quand on pense que Kallen a dû le tirer pour l'aider à monter, qu'ils vont sûrement passer la pire nuit de leur vie en terme de confort, et qu'il y a un sacré risque d'hypothermie au bout du compte. Surtout s'ils réussissent à s'endormir, en prime Avis est absolument certain que s'il y parvient, il sera tout aussi difficile de le réveiller qu'au matin dans son lit. Un message à Ashley plus tard et installé pour sa future nuit, le brun se voit déjà fermer les yeux pour trouver un sommeil qu'ils méritent tous les deux, mais ça n'a pas l'air au goût de Kallen qui lui arrache un rire alors qu'il le voit sortir un crayon pour dessiner sur la bâche au dessus de leurs têtes des étoiles. Suivi d’un quadrillage de tic tac toe, dans lequel il place un rond avant de lui tendre le crayon.

L’Anglais se prête au jeu sans hésitation. Il réfléchit à sa meilleure option durant quelques longues secondes puis place finalement sa croix en plein centre.

“Paraît qu’il existe une méthode infaillible pour ne pas perdre à ce jeu là.” Il balance tout bas en lui rendant le crayon. “Mais je suis trop bourré pour m’en souvenir.”

Pas encore assez pour ne plus tenir une conversation, au moins. Juste suffisamment pour que ses pensées soient beaucoup moins cohérentes et que toute réflexion trop difficile lui soit impossible. Pour preuve, à la croix suivante que son compagnon de karaoké place dans sa case, il tente de le bloquer avant de se rendre compte qu’il a fait une erreur qui lui coûte la partie. Tant pis. Avis est bon joueur et perdre dans l'intimité d'un arrière de pick-up ne le contrarie aucunement. Néanmoins...

“Promets-moi qu’on en refera une quand on sera à jeûn.”

Il rit en enfouissant son nez dans l’écharpe qui réchauffe son cou en espérant gagner un peu de chaleur, non sans se demander comment Kallen fait pour ne pas être frigorifié. Il inspire en même temps l’odeur du parfum prise dans le vêtement.

“Bloody hell, I'm so fucking cold.”

Il laisse finalement échapper d’une traite, en faisant la seule chose qui lui vient à l’esprit : se rapprocher de Kallen d’un seul mouvement, pour glisser un bras autour de sa taille et le pousser avec ses hanches à basculer sur le flanc. Il se resserre encore, écrasant son visage sur son manteau pour récupérer toute la chaleur qu’il peut.

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: