-62%
Le deal à ne pas rater :
ABEIL – Lot de 2 Oreillers à mémoire de forme matelassés- 60×60 ...
14.54 € 37.99 €
Voir le deal

Réparation d'intérieur [ft Jeremiah]
 :: Zone RP - Downtown :: Gold Coast :: Logements :: Appart de J. Plenton

Deepali Cox

Messages : 13
Date d'inscription : 17/11/2021
Deepali Cox
Voir le profil de l'utilisateur
Deepali Cox

Sam 11 Déc - 15:47
ft. Jeremiah
Réparation d'intérieur
« Deepali, tu laisse Dionysos ici pour ton rendez-vous ? » Elle regarde son chien puis son collègue de travail, avec un sourire amusé, elle dit : « Nop, je le garde. » Il est terriblement déçu, elle sait qu’il adore son chien et il s’en occupe toujours très bien quand elle ne peut pas l’emmener. Elle éclate de rire et lui confie Dionysos. Elle à l’esprit totalement libre à présent, elle caresse son Shiba Inu et lui parle doucement avant de rassembler ses affaires, son sac à main bien entendu mais aussi une sacoche où se trouve à l’intérieur de quoi dessiner, de quoi écrire, des instruments pour prendre des côtes et un petit appareil photo. Elle se lève et salut ses collègues pour prendre ensuite les transports en commun. Elle regarde dans son téléphone l’adresse de son client. L’endroit est situé dans le Gold Coast, un très endroit très huppé comme son nom peut l’indiquer, il est très probable que son client soit quelqu’un de très riche comme un politicien, un entrepreneur. Jeremiah Plenton, c’est le nom de son nouveau client. Ce nom ne lui dit rien et comme elle n’ai pas journaliste ou très fan de potin, elle n’a pas chercher à savoir ce qu’il faisait dans la vie.

Elle descend du bus et fini à pied. Elle n’en à pas pour longtemps, à peine cinq minutes avant d’arriver devant l’immeuble de Mr Plenton. Elle inspire profondément puis expire avant de sonner à l’interphone. Elle est légèrement en avance, à peine deux minutes et le propriétaire des lieux lui répond. Elle se présente et elle rentre pour prendre un ascenseur. Le calme est apaisant, elle regarde dans un miroir son reflet et remet rapidement en place une mèche de cheveux. Elle n’est pas spécialement très coquette mais devant un client, il faut être quand même impeccable … sinon, elle risque de se faire passer un savon par le patron et ses collègues. Elle se tourne face aux portes qui s’ouvrent peut de temps après. Elle vérifie le numéro de la porte avant de frapper sur cette dernière. Elle préfère taper à la porte plutôt que de sonner, c’est moins brusque, ça fait moins sursauter … Quoi que … Bref, dans tous les cas, c’est trop tard.

La porte s’ouvre sur un homme pas bien plus grand qu’elle mais qui n’a rien à voir avec elle physiquement. Bon en même temps, cette remarque est terriblement idiote vu qu’ils ne sont pas de la même famille … Elle lui tend la main avec un sourire professionnel sur le visage : « Bonjour Mr Plenton, je suis Deepali Cox, votre architecte d’intérieur. Enchantée de faire votre connaissance. » Sa voix est calme, posé. Elle attend de pouvoir entrer chez lui et regarde immédiatement la hauteur sous plafond avant d’être attiré par la luminosité et par la vue. Elle tourne ensuite la tête vers Jeremiah pour lui dire : « Votre appartement est très beau, il a un très beau potentiel pour en faire quelque chose qui vous ressemble. Pardonnez-moi, je vais devoir vous posez quelques questions, vous n’êtes pas obligé de répondre à celle qui va arrivé si vous ne le souhaitez pas. Puis-je vous demandez si vous avez acheté l’appartement avec ces meubles ? » Elle ne veut pas faire sa curieuse ni avoir tous les détails s’il ne le souhaite pas mais il y a quelques meubles qui lui semble particulièrement intéressant et qui pourraient rentré dans le nouveau décor de l’appartement s’il autorise le home-staging sur ces meubles. Elle commence déjà à réfléchir au thème qu’elle pourrait donner à ce bel espace sans savoir s’il avait déjà des idées. L’endroit l’inspire déjà. Elle se reprend cependant, il faut qu’elle visite le reste de l’appartement et qu’ils discutent ensemble. « Souhaitez-vous rénover tout votre appartement ou est-ce qu’il y a des pièces déjà rénover ? » Elle est impatiente de pouvoir commencer à parcourir l’endroit et prendre photo et côtes  pour pouvoir faire des plans. Elle sourit.

Jeremiah Plenton

Messages : 35
Date d'inscription : 20/08/2021

Profil Personnage
Profession : Avocat pénaliste
Race : Humain
Jeremiah Plenton
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremiah Plenton

Mer 19 Jan - 13:26

Bon courage, l’appartement est… daté…


La première fois qu’il avait poussé la porte du cabinet d’avocat en charge de la succession de son grand-père, il venait tout juste d’arriver à Chicago. Il s’était demandé s’il y avait un appartement dans les biens de son grand-père ou s’il allait devoir se trouver une chambre à l’Université de Chicago. Si l’avocat l’avait reçu avec politesse, il avait annoncé que la succession était bloquée pour encore quelques années, jusqu’à la majorité d’April. Il avait donc pris une chambre sur le campus en notant de revenir après son diplôme. C’était donc quelques semaines avant l’obtention de diplôme qu’il avait repris rendez-vous avec l’avocat.

Il avait récupéré les clés et avait poussé la porte de l’appartement de son grand-père et il avait hésité à le décrire entre un mauvais rêve ou une horreur… L’appartement familial avait été laissé à l’abandon pendant les vingt dernières années. L’avocat avait embauché un service de ménage, pour être sur que l’appartement ne prenait pas trop la poussière, mais rien dans le contenu de l’appartement avait changé depuis que Samuel et sa mère était venu en septembre 2001 après la disparition de son grand-père. Certes, l’appartement n’était ni poussiéreux, ni rempli d’araignées ou d’autres animaux désagréables, mais là où il y avait eu des papiers peints, la colle avait cessé de faire son travail, les moquettes n’avaient pas du voir une shampooineuse depuis des années…

Refermant la porte derrière lui, Jeremiah avait pris le temps de faire le tour du propriétaire, téléphone en main pour prendre des photos. En face de l’entrée, se trouvait la buanderie, le lave-linge et le sèche-linge étaient toujours là, mais la question à vingt mille dollars était marchaient-ils encore ? A côté, un placard encombré de vestes et de manteaux aussi bien masculins que féminin voire d’adolescent. En continuant dans le sombre couloir, il trouva deux portes entrouvertes, l’une menant à la suite principale qui semblait toujours être la propriété de son grand-père. La chambre avait connu des jours meilleurs, la peinture au plafond s’écaillait, comme dans plusieurs autres coins de l’appartement. Le dressing et la salle de bain ne connaissaient plus de lumière, surement des lampes non fonctionnelles et vu l’aspect de la baignoire, elle n’avait pas vu de produit ménager depuis des années… Retournant dans le couloir, il trouva une salle à manger fermée qui contenait des meubles en état correct, un peu vieillot, mais ce serait bien le dernier des problèmes. La cuisine au centre de l’appartement totalement fermée le dérangeait un peu plus. Certes, il n’allait pas y passer son temps, il ne s’approchait d’une cuisinière que contraint et forcé, quand les services de livraisons ne fonctionnaient plus et les restaurants étaient tous fermés. Mais comme le reste de l’électroménager de l’appartement, il avait au moins vingt ans et n’avait pas servi depuis des années. Il allait devoir s’assurer que l’électricité ne craignait rien avant de tester le moindre ustensile… Pareil pour la plomberie d’ailleurs... Le salon avait une vue magnifique, sur le lac Michigan, comme la salle à manger. Les deux dernières chambres avaient perdu leur papier peint, délavés du temps passé et vu le peu qu’il en devinait, ce n’était absolument pas un drame. Et la salle de bain était toute aussi vieillote… [HRP : Plan ]

S’il voulait occuper cet appartement quand il aurait fini l’université, il allait y avoir du travail… Et clairement, ce n’était pas pour lui. Il avait fait le plus urgent, qui avait consisté en trouver un électricien pour s’assurer que de remettre le courant ne ferait pas flamber la tour d’immeuble, ça aurait fait un titre de nécrologie stupide « Mort en allumant le courant dans l’appartement familial ». Et un plombier pour s’assurer que les canalisations n’étaient pas bouchés, il n’avait aucune envie de découvrir ça un matin… Et pour le reste, il avait simplement paré aux plus pressé. La lessive ? Il avait trouvé un pressing à trois immeubles de là, la cuisine ? Il commandait constamment ou ne mangeait que des plats qui demandaient un micro-ondes. Ca avait été l’un des seuls investissements qu’il avait bien voulu faire en posant ses valises dans l’appartement. Bon, il avait aussi changé le matelas de la chambre principale, donner les vêtements de son grand-père, de sa mère ou de son frère qui encombraient les armoires. Si ça pouvait aider d’autres personnes, il n’allait pas les jeter. Sans compter le petit coup de pub bon genre que ça pouvait faire.

Mais il n’avait pas pris le temps de faire refaire l’appartement. Pourtant ses trois sœurs lui avaient gentiment fait comprendre que là, cet appartement n’était pas possible et pas uniquement à cause du papier peint délavé. Mais il aurait du le savoir, inviter Violet à Chicago était une mauvaise idée. Non pas qu’il n’aimait pas sa sœur aînée, mais disons qu’elle n’avait pas appréciée les salles de bain… Le week-end avait été compliqué sur plus d’un point, mais elle avait surtout dit clairement le dimanche soir avant de prendre l’avion qu’il avait intérêt à rendre son appartement plus fonctionnel ou elle le dénoncerait aux deux benjamines… Et il n’avait aucune envie que ses trois sœurs se mettent à le harceler pour savoir comment était son appartement et ce trois fois par jour… Alors il avait pris rendez-vous avec un cabinet de décoration pour être sur que ses trois sœurs ne le harcèlent pas. Il savait parfaitement reconnaître les combats perdus d’avance et face à ses sœurs, il allait forcément perdre.

Le jour venu, le jeune avocat s’était assuré de n’avoir aucun rendez-vous au tribunal pour pouvoir travailler depuis l’appartement, le temps d’avoir ce fameux rendez-vous. Il était content que ce soit en pleine semaine, sinon ses sœurs seraient venus pour y mettre leur grain de sel. Il hésitait entre un drame ou une chose vitale, au moins ça lui aurait éviter de perdre son temps dans cette réunion. Le nez plongé dans son dossier, l’avocat avait sursauté en entendant l’interphone. Son regard sur son téléphone, il nota l’avance de son rendez-vous. Un bon point pour elle. Se relevant, le jeune homme alla jusqu’à l’interphone pour découvrir que son rendez-vous était une femme. Lui confirmant l’étage, il retourna à son dossier pour le refermer et ranger ses affaires - ne jamais laisser traîner un dossier n’importe où – avant de revenir à la porte d’entrée et d’ouvrir pile après la sonnette.

Ouvrant la porte, il nota que la jeune femme qui lui faisait face était à peine plus petite que lui et une apparence hautement étrange. De longs cheveux blancs… Sérieusement… Une Therian ou juste une de ces gamines persuadées que le monde ne se préoccupait pas de l’apparence. Un contraste complet avec Jeremiah qui portait un pantalon de costume gris clair parfaitement taillé, une chemise bleu marine qui rendait son regard encore plus sombre. « Bonjour Mademoiselle Cox. Enchanté de faire votre connaissance aussi. » Se décalant pour la laisser entrer, il la mena jusqu’au salon pour qu’ils puissent s’installer tranquillement. « Souhaitez-vous boire quelque chose ? Un café ? Un thé ? » Un sourire amusé, le jeune avocat écouta la remarque de la jeune demoiselle. « C’est parce que vous n’avez pas vu l’ensemble de l’appartement que vous dites ça. Mon grand-père en était l’ancien propriétaire, mais il est mort il y a vingt ans et personne ne l’a occupé depuis. » Il aurait pu ne pas répondre, mais ce genre d’informations circulait assez facilement, alors une personne de plus ou de moins… Le plus étonnant était qu’elle ne semblait rien savoir des Plenton. Et pour l’avocat, c’était amusant comme constat. Mais il n’allait pas se plaindre.

« Pourriez-vous me faire un devis par pièce ? Je voudrais au minimum la buanderie, la cuisine, le salon et la salle à manger. Pour les chambres, c’est un peu moins urgent. » Mais il savait que tout l’appartement en aurait besoin a terme, mais il n’allait pas non plus dépenser tout son argent dans la rénovation de l’appartement.  
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: